Navigation – Plan du site
21 | 1999
Utopies économiques
Fictions & dictions

Furoncle

Jérémy Beschon
p. 185-192

Résumé

Vous devriez réclamer le furoncle plutôt que discuter, lire, voter, manifester. Le furoncle et pas de travail, pas rangés, pas soumis, pas ternis. Le furoncle et plus de philo, plus de psycho, plus de conscience, à l’anus, de retour à l’anus. La douleur gène pour pérorer, pour perroquer juste. Vous pourriez encore clamer debout, mais la contagion est lancée, votre tête bubon ne répond plus. Vous ne pouvez plus pervertir la langue, lui soutirer des définitions. Vous ne pouvez plus la polir ou la crotter d’histoire. Sans ça les étages dégringolent, les rouages se déglinguent, et rien à recommencer. Une masse honnête.

Texte intégral

1Bibi m’a quitté juste avant furoncle. Elle me trouvait obscène, vulgaire, désespérant. Elle m’a laissé au trou. Pas devenu fou, pas triste. J’ai eu du sang haine, deux trois journées de ventre plombé, et une flopée d’insomnie. Une vidange. On imagine pas tout ce que tendresse dépose, filtre crasseux de bisous bisous, d’ennuis couchés, de niaiserie et d’habitude.

2Je somatise, gratte papier pour gratte fesse.

3Les poètes ont raté l’infini, moi qu’ai furoncle, j’assure l’impuissance. Au début t’oses pas, puis quand l’apocalypse n’est rien à coté du trou feu t’y vas sans remords, à l’ongle. Faut bien qu’un stylo dénonce ! martyre ! oubliez pas que j’écris assis, les chaises font pas de cadeau. J’habite un appartement pas loin de Confi, avec peinture en miettes et fuites d’eau. Voilà la place de votre narrateur, dans un logis qui pue, sur une chaise en bois. Mais je me bats, je fais roman, même si ça prend qu’un feuillet maigre, je resterai romancier.

4Commençons :

5J’ai cru que mon front allait se décoller, le cerveau à l’air pour le reste du livre… imaginez l’écrivain sans front, les pensées éparpillées aux quatre coins de la page. Je me soigne, j’ai vu médecin. Personne voulait, on me disait : « Mais non monsieur, votre front est bien en place ». J’ai dû l’enlever devant tout le monde, dans la salle d’attente. L’affolement, il contrôlait plus ses clients, voulaient tous porter plainte. Ça l’a calmé, il m’a donné rendez-vous. Comme j’ai horreur des déplacements, j’ai envoyé ma tête. Les hommes manquent de délicatesse, trimballé comme patate, je te jette, je te shoote, et moi je cognais carton. Le médecin m’a directement réexpédié. J’ai atteint bon port, un hôpital bien gentil, plein d’infirmières cellulites et de malades traîne-savates. Ils m’ont pas donné de chambre, au placard, les infâmes, et poussiéreux, pas fermé l’œil, éternué tout le séjour. Je les priais une piqûre sommeil, une dernière. La bouche et les paupières ankylosées, les oreilles bourdon. Tout ça pourquoi ? « Vous avez pris un mauvais coup de vent. » Je sais ! je sais ! tempête ! pas soignable. Je garde une main sur le front, comme le Rodin, sauf qu’en plus des crises méditatives j’ai furoncle. Y’aurait une sculpture à faire, une main tête l’autre cul. Je me débrouille seul. C’est pas objectif l’autoportrait, on magnifie, on se met les cernes en couleurs. Certains y voient un miroir métaphysique. Ce matin même je croise une glace :

6Cheveux sales

7caca aux yeux,

8bouton volcan sur joue,

9les lèvres bleues.

10D’intérieur vivant, d’extérieur cadavre, et pas frais, qu’on découvre à l’odeur. J’ai toujours pué. Trois douches par jour n’y font rien. Jadis mes parents m’ont mis dans machine à laver. On y apprend le sens du rythme, tous les concerts que j’ai vu, à tuer tympan, valent pas machine à laver. Bébé dans la ferraille, l’éjaculation mousse, d’un côté le crâne mou, puis de l’autre, pendant une heure, en face le grand huit c’est la luge amateur, et un bateau chez tempête, même si Neptune est colère, c’est balançoire fi-fille. Le buveur peut imaginer, le sol houle, écrase ton nez, les murs s’éloignent, le ciel comme une toupie. Les poètes veulent pousser les limites sensorielles pour renouveler le verbe, moi pas besoin d’opium, de crapahute forêt à la recherche peyolt, ou de sodomie en pleurant Bouddha, artiste ! alors machine à laver. C’est pas du hasard si mon front part en biberine, les réminiscences du chahut.

11J’écris, pas plus d’utilité que quand je gratte. Ça soulage le temps du mouvement et après la douleur empire. Le cul a vaincu l’âme. Privé d’amour métaphysique et d’amour instinct, reste l’affection du papier. Me suis caparaçonné dans mon atelier mais la conscience m’a frappé l’anus, revenue par trou de balle, comme vexée du ping-pong d’un cerveau. Je suis retourné chez le médecin, il m’a pris de suite. Mon dernier manège l’avait terrifié, faites perdre sa clientèle, comme lui arracher les dents à main nu, après il est doux, un agneau, tout à l’écoute.

12Il m’a prescrit des remèdes bonne femme, déjà essayé les désinfectants et les pommades bébé, rien n’y fait. Alors j’y retourne, qu’il vérifie lui-même ses ordonnances incapables. Ça l’a laissé songeur, il a pris la chose au sérieux, m’a refilé à un confrère.

13Docteur Bezcon
Spécialiste en irritation

14 Son cabinet ressemblait à un musée, des sculptures plastique très réalistes. Une aisselle, une paire de cuisses tonneaux, un pied au petit doigt rogné, une oreille toute griffée, un dos couvert de plaques rougeâtres, un cou perlé de boutons, mais pas d’anus.

15Docteur Bezcon, les yeux livides, tripote son Mont-blanc. Le soleil haché par les stores zèbre ses bras de lumière.

16— Quel est votre mal monsieur ?

17— Un furoncle.

18— Veuillez-vous déshabiller, on va faire une photographie.

19Il prend l’appareil.

20— Écartez les jambes… voilà.

21Il me met un écarte fesses, serre au maximum.

22— Très bien, ne bougez plus… le petit oiseau va sortir… voilà… je photographie toujours mes patients pour avoir un dossier… le vôtre signale une récente hospitalisation.

23— Oui.

24— Une perte du front…

25— Oui.

26— Ça c’est arrangé ?

27— Non.

28— Depuis quand souffrez-vous ?

29— Depuis que femme m’a plaqué.

30— Le traitement de mon ami s’est avéré inefficace…

31— Oui.

32— Bien, vous allez tremper votre postérieur dans l’eau la plus chaude que vous supportez, 15 minutes 3 fois par jour. Si les démangeaisons sont trop fortes, vous vous soulagerez uniquement avec un mouchoir de soie. Vous êtes désormais au régime, soupe et légume sans assaisonnement. Vous buvez ?

33— Oui…

34— Plus d’alcool jusqu’à nouvel ordre… pratiquez-vous la sodomie ?

35— Non.

36— Voilà un point positif pour votre cas, pas pour votre caca…

37Il afficha un sourire niais.

38— Revenez dans une semaine.

39En une seule semaine, trois mouchoirs de soie. Aucun résultat. Son ultime remède fut une mauvaise plaisanterie, il voulait que je porte une robe Plexiglas pour arrêter la gratte. Le faquin ! et gradé ! spécialiste escroc ! médecin zinzin ! vicieux ! sado photo ! quand il m’a annoncé, j’ai empoigné une lamelle d’ombre et je lui ai fait bouffer, comme les avaleur de sabre, lentement, jusqu’à l’estomac. Je l’ai quitté baveux, virant au marron.

40Bibi m’a quitté juste avant furoncle. Elle me trouvait obscène, vulgaire, désespérant. J’aurais pu chercher l’amour encore. Une fois dans un pub, avec mauvais blues et bière trop chère, dans l’assemblée de clone Elvis et de cow-boy tatoués, au milieu d’ivrognes et de petits cons. Y avait trois filles seules, j’ai branché la moins laide, genre rockeuse. Connaissant le prix des boissons, j’avais fait le plein chez l’épicier. Trois litres de bières meublent les discussions les plus plates. Je l’ai travaillée tout le concert mais j’ai raté le final, quand ça tient plus qu’à une bretelle. Le lendemain, un ami m’apprit que la rockeuse était séropositive. Vu mon taux d’alcoolémie, j’aurais mangé capote. J’ai décidé, la dernière aventure avant bail. Merde à Bibi, un nœud au désir.

41J’ai entendu par la rumeur des souffrants le nom d’un médecin : Sicmoun. Loufoque, plus proche du gourou que des sciences exactes. J’ai tenté. Pour lui, le furoncle était qu’une violente somatisation. Je communiquais pas assez. J’ai répondu que c’est pas mon fort, qu’on change pas une vie sur rendez-vous, que mon bol d’air, ma communication, c’est le papier. Qu’est-ce que j’ai pas dit ! il voulait que je fasse lire mes œuvres, sursautait, tout fier de son idée.

42J’ai fouillé mes manuscrits et jugé qu’une pièce serait cachet. À qui lire ? Bibi partie, père mère morts. Finalement, j’ai fait lire à une metteuse en scène. Une sur la fin, qui sera jamais paillette. Elle a détesté. M’a fait critique, elle a peut-être cru que je lui passais pour une mise en planche. Elle commence en citant les illisibles : Marx, Beckett, Brecht. J’aurais pu répondre : Rimbaud, Artaud, Céline, mais ce serait parti en discussion. Elle poursuit, baragouine, concept et pas concept. Y avait une expression qu’elle adorait : « Chier sur la moquette pour emmerder maman. » Monologue fini, elle attend ma tirade. J’ai pris la pièce et dit adieu.

43Plus revu la trogne de Sicmoun.

44Le trou feu continue la traque. Je pense aux milliards d’idées qui ne pénétreront jamais l’esprit soumis à l’obsession anus. Lucidité infecte. Pour soi, pour l’évacuation de soi. Je connais le bouchon mental, les stylos radins, mais là c’est pas constipation, c’est souffrance, brûlures et picotements affreux. Les chaises à même blessure, tortiller, gratter des heures durant.

45Bibi m’a quitté juste avant furoncle. Depuis j’y ai plus droit. Je suis perfectionniste en peu de choses sauf en cul. Je donne maximum, vigueur et sincère, sinon la jouissance apparaît comme un crime, une accolade au minable. Comment voulez-vous bien piner si popotin vous démange ? rentre dedans rentre dehors, gratte, rentre dedans rentre dehors, gratte. Au lit, j’adore qu’une femme me caresse la fesse, un doigt des couilles à la colonne. Je peux pas, je peux plus, même une peau délicate et un touché d’ange. Ça me dérange qu’à moitié, la moitié instinct.

46La crotte inextricable, l’infini tout con. Au bout des paupières, quand le noir prend l’être. L’ennui aigre mou, la folie maigre.  

47Je sors du lit, vide le cendrier. Me mets au bureau, je gratte. Peu à peu les doigts couvrent une page. Je cherche une cigarette. Je peux pas relire, les mots du cahier déconnent. Je peux pas m’asseoir, l’anus a eu sa dose de chaise. Je vais à la cuisine ouvrir fenêtre. Une armée de rats comme un fleuve noir, la marée des égouts monte en ville. Je retourne à la chambre, trouve un mégot. Je prends les escaliers du dernier étage. J’ouvre la fenêtre, l’escalade, me pose sur le toit. Je fume avec les antennes, le clocher et le gros tas sombre d’une colline.

48Le malheur d’homme c’est pas qu’il pense, c’est qu’il SE pense. Ma petite misère c’est furoncle, le grand malheur c’est métafuroncle. Son âme le démange. Il gratte avec des pensées, cautérise avec des idées, mais le mal est là, allergique à vie.  

49Y a beaucoup de lecteurs cabinet, un petit endroit culturel. Quand la crotte va du cul à l’eau, qu’elle est dedans dehors, cerclée par anus, l’homme peut pas lire, il ne pense plus et surtout, ne SE pense plus, il chie. Avec absolu. Vide comme néant, heureux comme une pierre. Il prend un livre, entre dans le récit avec aisance. Il a alors directement accès à la vie, comme nos cerveaux ailés dans le ciel Platon. L’inspiration vient du cabinet. L’homme lâche la crotte sans se douter. Je sais de quoi j’écris, transit imperturbable, deux trois fois par jour quoi qu’il advienne. Il m’arrive même de plus chier que de manger. J’aurais pu me croire mystique, envoyé d’étron.

50Il y a peu de communion avec l’absolu, y a le caca. Tout d’abord ascèse, on perd de la matière, on sort léger. Rédemption, on évacue les misères d’estomac. Plus de recueillement qu’église. Système égalitaire, du saint au tueur, ce que me disait grand-mère : « Imagine le président au petit coin ». Une vraie fessée de réel pour tous les hommes dentelles, les femmes napperons, qui ont lâché leurs idées comme des ballons d’hélium, pour tous ceux qui ont codifié le sentiment pour s’asseoir dans un système, celles qui parfument les couloirs, pour les narcisses, les bellâtres, pour tous ceux qui ont confondu le raffinement et le mépris.

51À l’homme uniforme qui se croit plus fort d’une matraque, à l’homme église devant l’élévation, à la bourgeoise qui mange pas sans trois couverts. Le caca appelle l’homme.

52On nous fait bouffer des pensées ratiboisées, on fait croire au mouvement, et on culpabilise nos culs. On ne peut plus s’asseoir sans conséquences… des liaisons… des douceurs abrutissantes pour que la population sorte pas des gonds.

53Quand l’homme chie, baise, poésie, il décalque la vérité et s’euphorise du dessein de nature. Il s’offre sans cérémonie, sans l’édifice de la pensée.

54Bibi m’a quitté juste avant furoncle. Une vidange. On imagine pas le trou de petit con et d’ivrogne, la solitude séropositive. Dans des pubs à mauvais blues avec mes trois litres de bière. Je tenais plus qu’à une bretelle. Lendemain minable, à cuver sur un banc, crasseux de désir.

55Vous vous dites pourquoi il tempête merde et furoncle. « Il a oublié la liaison », j’avais prévenu ! liaison/lésion.

56L’erreur vient du transport, rien ne pénètre l’immobilité. C’est pour ça qu’y a tant de contempteurs du caca. Ils préfèrent les valeurs aux cieux que sous fesses. Ils baignent dans l’humus de la connerie. Englués d’eux-mêmes. Ils ont poussé dans des savates et n’auront jamais plus le rêve en jachère. Faut déraciner les cerveaux. Les colonnes serpenteront sur trottoirs, laisseront des vertèbres aux pavés. Les rues pourront marcher jusqu’aux collines pour prendre frais. Elles écraseront les passants pour faire des cadeaux de sang aux arbres et aux pierres. Voilà mes partitions gratte gratte. Ils ont déjà des têtes en merde, ce serait des têtes bubons qui s’assoient pas, qui s’affolent, se cognent, les yeux dans la croûte. Ils se guideraient au nez. Société qui gonfle, là elle péterait en éjaculation de pus, la mort au moindre carambolage. Comme un éternuement. L’agitation ne durerait pas. De la place ! sans Klaxon, sans gueule vérité, sans rien pour abrutir. Des citoyens au nez, ça éviterait les problèmes de regard, les fameuses manipulations d’images. Pour diriger la populace à l’odorat, faudrait tout remballer. Y a qu’à voir les chiens, même bien dressés, quand ils ont une odeur en truffe, peuvent plus décoller, et si la piste les inspire aucun maître les rattrape.

57Vous devriez réclamer le furoncle plutôt que discuter, lire, voter, manifester. Le furoncle et pas de travail, pas rangés, pas soumis, pas ternis. Le furoncle et plus de philo, plus de psycho, plus de conscience, à l’anus, de retour à l’anus. La douleur gène pour pérorer, pour perroquer juste. Vous pourriez encore clamer debout, mais la contagion est lancée, votre tête bubon ne répond plus. Vous ne pouvez plus pervertir la langue, lui soutirer des définitions. Vous ne pouvez plus la polir ou la crotter d’histoire. Sans ça les étages dégringolent, les rouages se déglinguent, et rien à recommencer. Une masse honnête. On ne tétera plus la tête des autres, on grossira pour éclore. Un programme qui dépend ni de l’âme ni des astres. Un déroulage à soi. Dans la connerie c’est pas le borné qui est à déplacer, mais la borne. Les êtres auront déjà subi le ménage, le mouvement dans l’idée et l’idée dans le mouvement.

58Je m’étends pas plus, le livre prend fin, je reste malade, à concocter d’autres recueils. J’ai augmenté ma production, j’ai là l’intuition de guérison. La fin du calvaire en phrase, raturer des tomes, des bennes à brouillon. Du monde néant, d’être ou du séant, écrire sans relâche, comme idiot, des pages à la chaîne, et mon anus redeviendra mignon, une thérapie d’encre, à long terme, l’espoir en berne, chier à nouveau plaisir, s’asseoir sans torture, foutre mille vagins.

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérémy Beschon, « Furoncle », revue Agone, 21 | 1999, [En ligne], mis en ligne le 04 mai 2010. URL : http://revueagone.revues.org/876. Consulté le 02 octobre 2014. DOI : 10.4000/revueagone.876

Auteur

Jérémy Beschon

Retenu par la Ville de Marseille pour la Biennale des jeunes créateurs d’Europe et de la Méditerranée 1999, Jérémy Beschon a vingt ans. Cet extrait de son recueil Gimi est le premier texte qu’il publie.

Droits d'auteur

© Editions Agone