Navigation – Plan du site
38-39 | 2008
Villes et résistances sociales
Histoire radicale

Souvenirs

Pierre Monatte
p. 228-252

Texte intégral

  • 1 Le congrès d’Amiens proprement dit se tient du 8 au 13 octobre dans le préau de l’école de garçons (...)

1Il y aura bientôt cinquante ans que se tint le congrès confédéral d’Amiens. Il se déroula du 8 au 16 octobre 1906 1. La résolution qui y fut adoptée est restée connue sous le nom de « Charte d’Amiens ».

2Je viens de relire le compte rendu officiel publié à l’époque, il m’a paru bien froid. Comment les historiens parviendraient-ils, à sa seule lecture, à reconstituer la signification d’un tel congrès ? Les militants ouvriers d’aujourd’hui, guère mieux.

3D’où l’utilité pour les survivants d’Amiens de rassembler leurs sou­venirs. Combien restons-nous encore ? Difficile à dire. Mais il y en a ­sûrement une ou deux douzaines.

4Suis-je entraîné à accorder à ce congrès trop d’importance ? C’est le premier congrès confédéral auquel j’ai assisté. J’avais vingt-cinq ans. J’y intervins peu, mais je le suivis avec une passion que je n’ai ressentie dans guère d’autres congrès depuis.

  • 2 Sur l’histoire du mouvement syndical à la fin du xixe siècle, on se reportera à l’Histoire des Bour (...)

5Il est incontestable que le congrès d’Amiens fait date dans le mouvement ouvrier de ce pays. Il est situé sur une hauteur que nos syndicats mirent dix à vingt ans, plus peut-être, à gravir 2. Ensuite ce fut la descente, jusqu’à l’éclatement de la guerre de 1914-1918. Depuis, que d’événements ! Une Deuxième Guerre mondiale. La révolution russe, la révolution espagnole, la révolution chinoise.

  • 3 L’entrée de Millerand dans le gouvernement Waldeck-Rousseau en tant que ministre du Commerce et de (...)
  • 4 Ex-anarchiste, Jules Guesde – de son vrai nom Jules Bazile (1845-1922) – fonde, en compagnie de Pau (...)
  • 5 Les blanquistes – ou vaillantistes, du nom du dirigeant le plus connu de cette faction socialiste, (...)
  • 6 En référence au typographe Jean Allemane (1843-1935), qui, ayant participé à la Commune, est condam (...)

6Pour comprendre la signification exacte du congrès d’Amiens, il faut se reporter assez loin en arrière. Il constitue en fait le couronnement de la lutte contre le millerandisme 3. Une longue lutte caractérisée ainsi par Griffuelhes dans son intervention au congrès : « Le millerandisme a tenté de domestiquer le mouvement syndical, mais il n’y est pas parvenu. L’explosion de vitalité de la CGT résulte de ces événements. Il y eut une coalition d’anarchistes, de guesdistes 4, de blanquistes 5, d’allemanistes 6 et d’éléments divers pour isoler du pouvoir les syndicats. Cette coalition s’est maintenue : elle a été la vie de la Confédération. Or le danger existe encore. Il y a toujours des tentatives pour attirer le pouvoir les syndicats. »

  • 7 La FBT est fondée en février 1892 à Saint-Étienne. Succédant à deux blanquistes, Bernard Besset pui (...)
  • 8 La création de la CGT a lieu un an après le congrès corporatif de Nantes, où les partisans de la gr (...)

7En 1902, le congrès confédéral de Montpellier avait réalisé l’unité ouvrière en englobant dans une même organisation la Fédération des Bourses du travail 7 et la CGT d’alors, créée à Limoges en 1895, mais qui n’avait pas pris son élan 8.

  • 9 Le débat sur la représentation proportionnelle a été lancé à Bourges par le secteur réformiste ou m (...)

8En 1904, le congrès confédéral de Bourges enregistrait la victoire des révolutionnaires sur les réformistes après une vive lutte sur le problème de la représentation proportionnelle 9. Il décidait en outre un vaste mouvement pour les huit heures à la date du 1er mai 1906.

  • 10 La proposition du Textile, défendue par Victor Renard au cours de la séance du 11 octobre au soir, (...)
  • 11 Ici, Monatte ne fait que citer le contenu de la résolution d’Amiens et, en particulier, les deux po (...)

9Enfin en 1906, devant une attaque menée par les socialistes guesdistes 10, par ceux du Nord plus particulièrement, le congrès d’Amiens repoussait tout accord avec le parti socialiste, proclamait que le syndicat était le groupement ouvrier essentiel et que le syndicalisme entendait mener à lui seul la double tâche journalière et d’avenir, réformiste et révolutionnaire. Par la mise en pratique de l’action directe, la suppression des bureaux de placement avait été réalisée ; de là devait naître la décision de Bourges en faveur des huit heures. Quant à l’avenir, le syndicat, aujourd’hui grou­pement de résistance, deviendrait le groupement de production et de répartition, la révolution sociale étant associée à l’idée de grève générale 11.

  • 12 Dans la circulaire « Aux travailleurs de l’industrie textile », lue par Dhooghe au cours de la séan (...)
  • 13 Sur ce thème, lire notre introduction à 1906. Le Congrès syndicaliste d’Amiens, op. cit., p. 34-39.

10On n’a longtemps retenu de la résolution d’Amiens que le refus de tout lien avec les partis politiques et les sectes 12. C’était en fausser l’esprit. La résolution commençait par une reconnaissance de la lutte de classe et concluait ainsi : « Afin que le syndicalisme atteigne son maximum d’effet, l’action économique doit s’exercer directement contre le patronat, les organisations confédérées n’ayant pas, en tant que groupements syndicaux, à se préoccuper des partis et des sectes 13 qui, en dehors et à côté, peuvent poursuivre en toute liberté la transformation sociale. »

11La coalition de militants divers dont parlait Griffuelhes avait dégagé de son expérience une conception nouvelle, le syndicalisme révolutionnaire.

  • 14 Les premiers utilisateurs de ce mot, en France, ont été – à notre connaissance – les responsables d (...)
  • 15 Cordonnier de profession, militant blanquiste, Victor Griffuelhes (1874-1922) est présent au congrè (...)
  • 16 Secrétaire de la fédération des Coiffeurs en 1898, Alexandre Luquet (1874-1930) mène campagne pour (...)
  • 17 Employé, venu des rangs de l’allemanisme, Albert Lévy (1871-1926) est trésorier de la FBT puis de l (...)
  • 18 Fernand Pelloutier (1867-1901) collabore très jeune à La Démocratie de l’Ouest puis à L’Ouest répub (...)
  • 19 Anarchiste, Émile Pouget (1860-1931) participe très tôt à l’action syndicale. Il fait paraître la f (...)
  • 20 Typographe de métier, anarchiste, Georges Yvetot (1868-1942) succède à Pelloutier à la tête de la F (...)

12On peut se demander si l’appellation d’anarcho-syndicalisme 14, utilisée dans un but de polémique par la social-démocratie, de droite et de gauche, par les social-démocrates allemands comme par les bolcheviks, est bien fondée. Regardez la formation du bureau confédéral d’alors : la CGT de 1906 avait comme secrétaire général Victor Griffuelhes 15, venu des blanquistes ; comme secrétaire adjoint Luquet 16, venu des guesdistes ; comme trésorier Albert Lévy 17, venu des allemanistes. Certes l’apport d’anarchistes comme Fernand Pelloutier 18, mort en 1901, qui avait si fortement marqué la Fédération des Bourses, ou celui de Pouget 19, alors rédacteur de La Voix du peuple, l’hebdomadaire confédéral, ou celui encore d’Yvetot 20, secrétaire de la Section des Bourses, sont loin d’être négligeables. Point négligeable non plus certainement l’esprit libertaire dans son effort vers la culture de soi-même et vers l’action individuelle, ce qui explique pour une part le rôle joué par ce qu’on a appelé les « minorités agissantes ». Mais il n’est pas téméraire d’avancer que le syndicalisme révolutionnaire a bien été l’œuvre commune de militants ouvriers venus de tous les camps socialistes, de tous les horizons révolutionnaires. Instinctivement une nouvelle génération ouvrière reprenait, retrouvait, à la lumière de sa propre expérience, la formule essentielle lancée par la Iere Internationale quarante ans auparavant : « L’émancipation des ­travailleurs ne peut être l’œuvre que des travailleurs eux-mêmes. »

  • 21 Il s’agit de la grève qui suit la catastrophe de Courrières [lire infra, note 33, p. 237].
  • 22 Lire infra, p. 238.
  • 23 Venu de l’anarchisme, Albin Villeval (1870-1933) est en 1906 à la tête du syndicat des Correcteurs, (...)
  • 24 Parmi les articles de Monatte parus dans cette publication avant le congrès d’Amiens, on citera « L (...)

13C’est à ma participation à la grève des mineurs de mars-avril 1906 21 et à mon inculpation dans l’« affaire du complot 22 » que je dus d’être désigné par mon syndicat comme délégué au congrès d’Amiens. Sans me prévenir, Villeval 23, le secrétaire du syndicat des Correcteurs, en fit la proposition au conseil syndical ou à l’assemblée générale, je ne me souviens plus. La grève des mineurs et le complot ne manqueraient pas de venir sur le tapis, ma présence au congrès était nécessaire. Certes, je comptais bien me rendre à Amiens, mais je ne voyais pas mon syndicat désigner un autre délégué que Villeval, dont l’intervention au congrès précédent, celui de Bourges, avait été utile et remarquée. J’obtiendrais certainement quelque autre mandat, soit chez les mineurs, soit ailleurs. Il m’en vint un, en effet, sur lequel je ne comptais pas vraiment. Celui de l’important syndicat des Marins du commerce de Marseille. Son secrétaire, le camarade Réaud, que je ne connaissais pas, avait été frappé par mes articles des Temps nouveaux 24d’avant le congrès, il m’avait fait désigner par son ­syndicat comme délégué.

  • 25 Après l’échec des tentatives précédentes, dont le congrès général des organisations socialistes fra (...)

14Les débats du congrès d’Amiens devaient être dominés par deux grands faits : 1° le mouvement pour les huit heures du 1er mai 1906 précédé par la grève des mineurs du Pas-de-Calais et du Nord, consécutive à la catastrophe de Courrières ; 2° la réalisation de l’unité socialiste l’année d’avant 25, qui avait fait espérer aux éléments guesdistes qu’il allait être possible de réaliser en France l’alliance entre le parti socialiste et le mouvement syndical qui était de règle dans les pays étrangers où le mouvement ouvrier subissait l’influence social-démocrate.

  • 26 Contrairement à la résolution présentée par Griffuelhes, la motion antimilitariste d’Yvetot ne rall (...)

15Une autre question, l’antimilitarisme et la grève générale en cas de guerre, figurait à l’ordre du jour, mais les discussions passionnées sur le rapport moral, puis sur les rapports entre les syndicats et les partis politiques ayant absorbé beaucoup de temps, elle ne provoqua pas de débat et fut sanctionnée par un simple vote 26.

  • 27 Secrétaire général de la fédération française des travailleurs du Livre (FFTL) de 1884 à 1920, Augu (...)
  • 28 Né en 1864, ouvrier du textile, socialiste de tendance guesdiste, Victor Renard est élu secrétaire (...)
  • 29 Ouvrier mineur, syndicaliste et socialiste, secrétaire du syndicat des Mineurs de Montceau-les-Mine (...)

16Dès l’arrivée à Amiens, on put constater que la proposition du Textile n’avait pas mordu sur les syndicats de province. De toutes parts, on signalait une nette hostilité à son égard. Pourtant, que feraient les éléments réformistes qui avaient, deux ans auparavant, à Bourges, mené une si vive lutte contre le bureau confédéral révolutionnaire, à propos de la représentation proportionnelle ? Réformistes à la Keufer 27 et guesdistes à la Renard 28 s’associeraient-ils ? C’était peu probable, mais ce n’était pas impossible. Plus vraisemblablement, les premiers formeraient une tendance à part. Un autre point d’interrogation se posait. Parmi les éléments de la majorité révolutionnaire de Bourges on comptait pas mal de membres du parti socialiste. N’y aurait-il pas du flottement parmi eux ? Le syndicat des Mineurs de Montceau, par exemple, était un cas type. Bouvert, le député socialiste de la région, aurait-il essayé de retourner ses camarades du syndicat ? Merzet 29, le militant syndicaliste, était là, toujours solide. Il devait d’ailleurs apposer sa signature au bas du texte présenté au congrès par Griffuelhes quelques jours après. L’expérience des deux grèves des mineurs de Montceau, celle de 1900 et celle de 1901, avait marqué ce syndicat pour toujours, pour longtemps au moins.

17Le congrès s’ouvrait naturellement par l’examen du rapport moral. Deux questions tranchèrent tout de suite : le mouvement pour les huit heures et le secrétariat international des syndicats.

  • 30 Lire Maurice Dommanget, Histoire du Premier Mai (1953), Le Mot et le reste, 2006.

18On se rappelle – se le rappelle-t-on vraiment ? – comment le mouvement pour les huit heures avait été décidé à Bourges. Il y avait eu quelque surprise dans le congrès quand le rapporteur de la commission des huit heures était venu présenter son rapport. Une surprise même pour le bureau confédéral qui ne s’attendait guère à pareille proposition. Le rapporteur, Dubéros, était un jeune militant des coiffeurs parisiens. Il appartenait à l’équipe de militants qui avaient mené dans leur corporation la lutte contre les bureaux de placement et qui avaient enlevé le morceau. Pourquoi ne pas appliquer aux huit heures, pensaient-ils, la même méthode ? Voilà assez longtemps que les manifestations du 1er mai se poursuivaient sans résultat 30. Depuis 1890, chaque année, pétitions et démarches auprès des mairies et des préfectures se répétaient sans résultat. Il fallait changer de tactique. Des partisans de l’action directe se devaient de prendre exemple sur le mouvement de 1886 des trade-unions américaines. À telle date, les travailleurs refuseraient de travailler plus de huit heures. Cet exemple américain, depuis des années, Pouget lui consacrait le numéro spécial du 1er mai de La Voix du peuple. Le souvenir des martyrs de Chicago était entré dans la légende ouvrière. La commission des huit heures du congrès de Bourges proposait qu’à partir du 1er mai 1906 les ateliers et les usines soient abandonnés une fois la huitième heure faite.

19La proposition de la commission trouva immédiatement un défenseur en Pouget. Il l’appuya devant le congrès. Plus encore peut-être auprès de ses camarades du bureau confédéral, un peu effrayés par la lourde charge et les risques du mouvement envisagé.

  • 31 Sur l’effort mené par la CGT autour de la campagne des huit heures et l’importance du rôle joué par (...)

20Pendant un an et demi, la propagande avait été menée, à grand renfort d’affiches, de réunions, de brochures 31. Les difficultés n’avaient pas manqué, au premier rang l’opposition des réformistes. Le Livre avait décidé de revendiquer les neuf heures au lieu des huit heures. D’autres réclamaient une réduction de travail sans parler des huit heures. Chez les mineurs, une vieille proposition de loi avait fini par être déterrée, les neuf heures allaient être appliquées, assurait-on. La classe ouvrière dans son ensemble s’ébranlerait-elle ? Quitterait-elle le travail le 1er mai 1906, une fois ­effectuées les huit heures, comme le demandait la résolution de Bourges ?

  • 32 Lire « La grande peur », in ibid., p. 280-283.

21Pour la presse bourgeoise, il ne s’agissait pas seulement d’un mouvement de réduction du temps de travail. Le grand quotidien réactionnaire du moment, L’Écho de Paris, mena six mois durant une violente campagne pour faire accroire que c’était la Révolution qui était en vue. Cette campagne porta sur les bourgeois parisiens ; beaucoup accumulèrent les provisions dans leurs caves ; d’autres quittèrent la capitale avant le 1er mai. L’émotion était grande dans l’armée. Un officier, le lieutenant Tisserand-Delange, croyant que la Révolution était là, se rendait à une réunion à la Bourse du travail de Paris, la veille du 1er mai, pour déclarer que, s’il recevait l’ordre de tirer sur les travailleurs, il n’exécuterait pas cet ordre. Depuis bien longtemps Paris n’avait pas vécu dans une pareille atmosphère 32.

  • 33 En mars 1906, un coup de grisou provoque la mort de 1 200 mineurs dans le puits de Courrières. Dès (...)
  • 34 Sous le titre « Un complot clérical », Le Réveil du Nord annonçait, dans son numéro du 28 avril, le (...)
  • 35 Militant de la SFIO (parti socialiste unifié), Ernest Lafont (1879-1946) représente, en 1906, avec (...)
  • 36 Le comte Durand de Beauregard était un des organisateurs de la résistance aux inventaires dans les (...)

22Or voilà que la catastrophe de Courrières, avec ses 1 200 victimes, venait déclencher une grève des bassins miniers du Pas-de-Calais et du Nord 33. Le manque de charbon risquait d’amener l’arrêt de nombreuses industries. Gros problème pour Clemenceau, nouveau ministre de l’Intérieur dans un cabinet Sarrien. Il recourut à tous les moyens pour terminer cette grève avant la fin avril. Mais les compagnies minières, habituées à la résistance contre leurs ouvriers, n’entendaient pas céder. Un vaste coup de filet fut jeté sur les militants du jeune syndicat des Mineurs et sur un certain nombre de jeunes du vieux syndicat. Cela ne suffisant pas, Clemenceau, se faisant jouer par la Sûreté nationale, lança une ridicule histoire de complot, où les militants de la CGT apparaissaient associés à des bonapartistes pour créer des troubles. Les documents établissant cette association auraient été découverts au cours d’une perquisition à mon domicile de Paris après mon arrestation à Lens dans le large coup de filet d’après le 20 avril 34. J’aurais reçu des fonds d’un bonapartiste pour fomenter les troubles du Nord : de là les conflits entre la troupe et les grévistes en plusieurs endroits et l’incendie de la maison de M. Reumeaux, le directeur de la Compagnie de Lens. Pendant que la presse se gargarisait de ces révélations, j’étais en cellule à la prison de Béthune, ignorant tout ce qui m’était imputé. C’est seulement lors de mon premier interrogatoire, retardé à plaisir, que mon avocat, Ernest Lafont 35, m’apprit de quoi il était question : « Vous n’avez pas l’air de vous douter que vous êtes accusé de complot et d’avoir touché 70 000 francs d’un comte Durand de Beauregard 36? — Vous voulez rigoler ? — Mais pas du tout. » Comment aurais-je pu m’en douter ? J’étais au régime de droit commun, dans une cellule de la prison de Béthune, ne recevant pas de visites et ne voyant pas les journaux. Passe pour moi, mais Griffuelhes et Lévy, le secrétaire et le trésorier de la CGT, avaient aussi été arrêtés. Ils devaient être libérés une huitaine de jours après le 1er mai. Je ne l’étais qu’à la fin du mois.

23Quelle influence eut cette invention du complot sur le mouvement du 1er mai ? Il est difficile de le dire. La CGT, ainsi calomniée à plaisir, ­gardait-elle aux yeux des travailleurs toute son influence ? Cela ne pouvait ­qu’accroître le trouble des esprits.

24Dans le rapport moral établi en vue du congrès d’Amiens, Griffuelhes a donné ce tableau du mouvement du 1er mai 1906 : « À Paris, dans certaines villes de province, la manifestation fut importante. Les travailleurs y participèrent nombreux. Il serait difficile d’en indiquer le nombre. Ce qui est à retenir, c’est que jamais semblable effervescence ne s’était produite. […] Les grèves qui éclatèrent le 2 mai furent nombreuses. […] La fédération du Livre avait, au 18 avril, afin de profiter des circonstances favorables pour son industrie, fait la mise-bas pour les ouvriers travaillant dans les maisons refusant les conditions de travail élaborées par les syndicats. Dans plusieurs villes, les patrons accédèrent aux demandes des ouvriers, dans d’autres villes il fallut recourir à la grève. À Paris, la grève fut importante. Il reste, au moment où nous écrivons, encore des grévistes : à Paris, ils sont plus de 500. C’est la grève qui aura le plus duré.

25» Puis le 25 avril, à Paris, les bijoutiers et orfèvres partaient à leur tour. Trois semaines après, le travail était repris moyennant quelques satisfactions accordées par le patronat. Ajoutons que, pour ces corporations, le meilleur moment n’était pas arrivé, c’est au mois d’octobre et suivants que, le travail battant son plein, la lutte était préférable.

26» Le 2 mai, ce sont les ouvriers de la Voiture, les terrassiers, les charpentiers, les menuisiers, les peintres, les maçons et tailleurs de pierres, les monteurs-levageurs, les lithographes, qui se mettaient en grève. Les imprimeurs-conducteurs et certaines catégories du Papier avaient suivi la corporation des typos. L’Ameublement, comprenant les ébénistes, les sculpteurs, les menuisiers en sièges, etc., partait lui aussi. C’était, au bas mot, pour ces corporations un chiffre de plus de 150 000 grévistes.

27» D’autres grévistes vinrent grossir ces chiffres ; c’étaient les Métallurgistes, comprenant les mécaniciens, les mouleurs en cuivre, les ferblantiers, les ouvriers du bronze, les chaudronniers en cuivre, etc. Leur chiffre, pour le département de la Seine, dépassa 50 000.

28» C’est dans plusieurs de ces corporations que se produisirent les faits les plus curieux. L’union des Mécaniciens, peu de jours avant le 1er mai, dans une réunion, avait déclaré qu’il n’y avait pas lieu de faire grève, la corporation n’étant pas prête. De son côté, le syndicat des Métallurgistes, qui compte des mécaniciens, avait fait de la propagande en faveur de l’agitation. Ce dernier étant moins nombreux, il semblait que la corporation ne bougerait pas. Le contraire se produisit. Les non-syndiqués, tant de Puteaux que d’ailleurs, déclarèrent les premiers la grève et celle-ci fut conduite en dehors de toute intervention officielle des organisations. Les syndiqués étaient hostiles à la grève, les non-syndiqués la déclaraient. Nous nous garderons de tout commentaire susceptible d’être mal interprété. Nous exposons simplement les faits.

29» En province, l’agitation fut moins intense que nous l’avions espéré. À Lorient, la grève fut générale durant plusieurs jours. À Hennebont, la grève dure au moment où nous écrivons. À Brest, l’arbitraire s’exerça sans autre limite que le bon vouloir ministériel. Le 4 mai, la Bourse était fermée, dix-huit camarades choisis parmi les plus militants étaient incarcérés. À Rosières, dans le Cher, plus de 600, à Montluçon plus de 3 000 métallurgistes entraient en conflit. Là encore, le pouvoir montra son profond mépris des travailleurs en mettant toutes ses forces de répression à la disposition des patrons. Dans d’autres localités, les grèves surgirent. Nous ne pouvons en donner la liste, ce serait trop long. »

30Ce n’était pas évidemment le vaste mouvement qu’avait décidé le congrès de Bourges, mais c’était un mouvement sérieux. Il avait posé carrément le problème des huit heures, de la réduction de la journée de travail sans réduction de salaires. Il avait mis le cran d’arrêt à la méthode des longues journées pour sortir un salaire convenable. Aujourd’hui, où l’on revoit dans pas mal d’industries les ouvriers courir après les heures supplémentaires pour atteindre une paye capable de faire vivre une famille, on peut mesurer la valeur d’un mouvement comme celui de 1906.

31Quant à l’élan donné aux syndicats par un tel mouvement, une déclaration de Fareny, délégué du Bâtiment du Havre, la fait ressortir excellemment : « Si nos organisations sont devenues actives et vivaces, c’est grâce à la propagande confédérale des huit heures. »

  • 37 Quotidien proche des dirigeants du « vieux syndicat », lié à la franc-­maçonnerie, il répand, avant (...)
  • 38 Dans son intervention, le guesdiste Clévy fait mine de s’étonner « qu’on fasse au Réveil du Nord un (...)

32Avant l’ouverture de la discussion du rapport moral, un incident fut soulevé par la présence du docteur Desmons, le directeur du Réveil du Nord 37, au banc de la presse. Dhooghe déposa une protestation contre son attitude au cours de la dernière grève des mineurs et particulièrement dans l’affaire du complot. Pour éviter que l’on puisse interpréter cette protestation comme une atteinte au droit de critique, je fis passer sous les yeux du congrès quelques coupures du Réveil du Nord où les délégués de la CGT étaient accusés de faire la propagande de l’incendie, du cambriolage et de la mendicité à main armée. Seuls quelques guesdistes, Inghels, de Lille, et Clévy, de Troyes, quoique un peu gênés, présentèrent la défense du Réveil du Nord 38. Le docteur Desmons dut quitter le congrès.

33Par la suite, Renard et quelques autres délégués du Nord déclarèrent que Le Réveil du Nord n’était pas leur organe. En effet, il était plutôt le quotidien du socialisme réformiste, notamment pour le Pas-de-Calais. Mais l’hebdomadaire guesdiste de Lille, Le Travailleur, avait publié sous la signature de son correspondant du Pas-de-Calais, au cours de la grève des mineurs et à l’occasion du complot, des gentillesses assez semblables à celles du Réveil. J’étais jeune et assez timide, j’attendis pour l’affirmer qu’un de nos camarades soit allé chercher et m’ait rapporté la collection du Travailleur. Les articles du Réveil du Nord avaient frappé les délégués. Ceux du Travailleur, du même ton, ne firent pas remonter le crédit des guesdistes du Nord.

34La discussion du rapport moral commença par une intervention de Voilin, des mécaniciens de la Seine, contre le passage du rapport de Griffuelhes où il était dit que les mécaniciens syndiqués avaient été hostiles à la grève du 2 mai, tandis que les non-syndiqués la déclenchaient. Le syndicat des Mécaniciens venait de publier un tract traitant d’infamie le paragraphe du rapport moral. Voilin exposa longuement la propagande faite par son syndicat pour les huit heures. Restait que les mécaniciens, à leur assemblée générale du 17 avril, avaient examiné la situation dans leur corporation et conclu que la propagande faite n’avait pas donné les résultats escomptés et pu vaincre l’indifférence. Le 1er mai venu, des ­syndiqués avaient fait grève les premiers. Mais le 2 mai, une maison importante, Belleville de Saint-Denis, ayant accordé la semaine anglaise, 10 heures par jour et le repos du samedi après-midi et du dimanche, d’autres boîtes avaient débrayé : De Dion, Panhard, Renault, notamment. Si bien qu’un véritable lock-out s’en était suivi. Il s’en dégageait que le syndicat des Mécaniciens avait été surpris par les événements. Ne voulant pas paraître forcer la main aux non-syndiqués, il avait appelé [sic] leur large participation au sein du comité de grève. Les faits exposés de part et d’autre, on pouvait déduire que le syndicat des Mécaniciens de la Seine avait fait un effort de propagande mais que, dans cette première grève de l’automobile, il avait manqué d’expérience pour juger la situation et pour la dominer.

35Keufer devait ensuite, après avoir rappelé l’effort de la fédération du Livre et l’obtention de la journée de neuf heures dans plus de cent cinquante villes, soulever l’épineuse question des relations avec le Secrétariat international des syndicats.

36La CGT ne s’était pas fait représenter à la dernière conférence internationale. Elle avait demandé l’inscription à l’ordre du jour de trois questions : l’antimilitarisme, la grève générale, les huit heures. Cette inscription ayant été refusée, elle n’avait pas envoyé de délégué.

  • 39 Il s’agit des incidents diplomatiques apparus entre la France et l’Allemagne de Guillaume II à prop (...)

37Griffuelhes exposa le peu de travail fait par les conférences précédentes de Stuttgart et de Dublin. Il rappela la délégation infructueuse faite par lui à Berlin, en janvier 1906, au moment des incidents du Maroc 39. Il était allé proposer à la commission syndicale allemande l’organisation de deux démonstrations communes contre la guerre, à Berlin et à Paris. Pour le Secrétariat international, toutes les questions de principe étaient du ressort des partis socialistes ; il s’en tenait quant à lui à l’échange de renseignements administratifs sur les différents mouvements syndicaux.

  • 40 Né en 1860 à Saint-Étienne, Pierre Coupat contribue à l’introduction du socialisme en région stépha (...)
  • 41 Typographe, secrétaire de la Bourse du travail de Montpellier et militant de la fédération des Agri (...)
  • 42 Anarchiste, très tôt acquis au syndicalisme révolutionnaire, Paul Delesalle (1870-1948) assiste au (...)

38Deux ordres du jour se trouvèrent en présence ; l’un de Keufer, Coupat 40 et Niel 41, demandant le maintien de la participation de la CGT au secrétariat international ; l’autre de Delesalle 42 et Pouget, proposant que la CGT renouvelle sa demande de discussion de la grève générale et de l’anti­militarisme à la prochaine conférence internationale et dans le cas de refus qu’elle s’adresse directement, par-dessus la tête du Secrétariat international, aux centrales syndicales des divers pays. C’est ce dernier ordre du jour qui fut adopté.

39Enfin on allait aborder la grande discussion de ce congrès, les rapports entre le parti socialiste et la CGT. Victor Renard, le secrétaire fédéral du Textile, ouvrit le feu. Il présenta sa proposition avec une grande habileté. L’action syndicale est obligée de se préoccuper de la protection légale des travailleurs. D’où l’utilité de rapports avec le parti socialiste, dont les élus sont tout désignés pour établir des projets de réformes ouvrières et pour les soutenir au Parlement. En outre, syndicats et parti mènent une action complémentaire. C’est la méthode employée dans le Nord. Elle peut présenter des résultats précieux : 315 syndicats, 76 000 syndiqués, 300 groupes, de nombreux conseillers municipaux, huit députés et 105 000 électeurs. Si partout on agissait de même, il n’est pas de force bourgeoise qui pourrait résister à la CGT unie au parti socialiste.

40Le premier orateur à répondre fut Dhooghe, au nom du syndicat ­textile de Reims. Dhooghe, homme du Nord aussi, mais militant anarchiste. Souvent les ouvriers du textile de Roubaix et Tourcoing étaient forcés de descendre à Reims pour trouver du travail. Renard l’avait mis en cause à propos d’une circulaire envoyée après le congrès fédéral du Textile récemment tenu à Tourcoing et qui avait adopté une résolution analogue à celle soumise au congrès confédéral. Pour Dhooghe et la minorité fédérale du Textile, lier syndicats et parti, c’était subordonner les premiers au second, les engager dans les luttes électorales et les détourner du terrain économique. Perdant leur autonomie, ils perdaient leur propre force.

  • 43 « Brandon de discorde », La Voix du peuple (12-19 août 1906). Le texte est reproduit in Le Syndical (...)

41Desjardins, des Tisseurs parisiens, avait expliqué, dans La Voix du peuple, comment Renard et les syndicats du Nord avaient rallié la fédération du Textile 43. Ces donneurs de leçon de syndicalisme étaient restés sourds, des années durant, aux appels fédéraux. Ils n’avaient adhéré que le jour où on leur avait offert le siège fédéral.

  • 44 Ouvrier chaudronnier en cuivre, Alphonse Merrheim (1871-1925) adhère au POF puis passe dans les ran (...)

42C’est un autre homme du Nord, Merrheim 44, l’un des secrétaires fédéraux des Métaux, qui devait mettre à bas la cathédrale dressée par Renard. Des 315 syndicats indiqués, d’après l’annuaire du ministère du Commerce de 1905, il convenait de défalquer au moins 130 syndicats jaunes, nombreux particulièrement dans les centres textiles de Roubaix, Tourcoing, Lille, Armentières et comptant, certains, plus de 1 000 membres. Même remarque sur le chiffre des syndiqués : les deux syndicats de Mineurs du Nord, portés comme ayant 8 000 membres, venaient de payer à leur fédération unifiée pour 900 membres. Le syndicat du Textile de Roubaix, compté comme ayant 6 200 membres, en avait à peu près 3 000, d’après les chiffres fournis au récent congrès fédéral de Tourcoing. Dans le bassin d’Anzin, où il y avait plus de 30 000 ouvriers de la métallurgie, on trouvait trois députés socialistes, mais seulement 600 syndiqués. « Vous êtes glorieux à tort de vos cathédrales. Elles ont, peut-être, de belles façades, mais c’est tout. Roubaix, proclamée la “ville sainte”, La Mecque du socialisme, est une cité de souffrances et de misères. Il est peu de villes où l’on trouve des salaires aussi bas. Quel est l’ouvrier de l’article “robes” qui pourrait dire qu’il gagne, en le tissant, au long d’une année, neuf francs par semaine ? Je prétends que c’est la conséquence de votre tactique. »

43Merrheim avait ainsi détruit par des chiffres toute la base de l’exposé de Renard. Que restait-il des reproches faits à la méthode et à l’esprit de la CGT ? Griffuelhes, dans son intervention, devait l’examiner.

  • 45 Début juin 1900, la troupe riposte à des jets de pierres des ouvriers mécaniciens-constructeurs de (...)

44Avant 1900, dit-on, la CGT n’avait pas prêté le flanc aux critiques. Oui, parce qu’elle n’existait pas. C’est l’entrée de Millerand au ministère Waldeck-Rousseau qui donna naissance à cet esprit. À peine Millerand ministre, parut une déclaration signée de Keufer, Baumé, Moreau, approuvant cet acte. Cette déclaration n’était-elle pas un acte politique ? À l’Union des syndicats de la Seine on vint proposer un banquet à Millerand. Au lendemain de la fusillade de Chalon 45, les membres de la commission de la Bourse du travail de Paris reçurent pour eux et leurs familles une invitation à une soirée du ministre du Commerce. Deux jours après, nouvelle invitation, de Galliffet, pour un carrousel. Que voulait-on, sinon domestiquer les syndicats ? Les protestataires, peu nombreux au début, eurent vite fait d’ouvrir les yeux de leurs camarades. L’explosion de vitalité de la CGT résulte de ces événements. La coalition formée à ce moment pour isoler du pouvoir les syndicats s’est maintenue ; elle a été la vie de la Confédération.

45Est-ce l’influence anarchiste ou l’influence du pouvoir qui entraîne la division ouvrière ? Griffuelhes cite l’exemple des mineurs : « En 1901, dit-il, on s’opposa à la grève des mineurs pour ne pas contrarier l’œuvre “socialiste” de Millerand-Waldeck-Rousseau. Quatre ans après, Jouvaciel, des mineurs de Carmaux, qui avait tout fait pour s’opposer à la grève, reconnaissait que le pouvoir n’avait pas tenu les promesses faites, que le gouvernement avait roulé les mineurs. Est-ce les anarchistes de la CGT qui ont créé le conflit ? Non. Pas plus qu’ils n’ont créé celui des travailleurs municipaux. »

  • 46 Anarchiste, Benoît Broutchoux (1879-1944) s’oppose, à partir de 1903, au « vieux syndicat » des Min (...)
  • 47 Mineur, militant coopérateur et syndicaliste, Ovide Goudemetz (1868-1913) appartient à la section d (...)

46Griffuelhes aurait pu ajouter que, dans le Pas-de-Calais, Broutchoux 46 n’avait fait que continuer l’œuvre entreprise en 1902 par Goudemetz 47 et ses camarades guesdistes, les véritables fondateurs du jeune syndicat des Mineurs.

47« Créer des rapports entre la CGT et le parti ? Or qui dit rapport dit entente, qui dit entente dit accord. Comment s’établirait cet accord fait de concessions mutuelles entre un parti qui compte avec le pouvoir, car il en subit la pénétration, et nous qui vivons en dehors de ce pouvoir ? Nos considérations ne seraient pas toujours celles du parti, d’où impossibilité d’établir les rapports demandés. » Pour les guesdistes, le syndicat est de nature foncièrement réformiste et réduit à jouer un rôle secondaire, tandis que le rôle révolutionnaire revient au parti.

48Quand survint le vote final des motions, un mouvement surprenant se produisit. La proposition du Textile fut repoussée par 724 mandats contre 34 pour et 37 abstentions, ces dernières représentant les voix du Textile amené à cette attitude par le refus du vote par division sur sa motion.

  • 48 Cheminot, membre de la Chevalerie du travail et socialiste de la fraction allemaniste, Eugène Guéra (...)
  • 49 Dans son compte rendu du congrès d’Amiens, Pouget note que la résolution proposée par Niel a une «  (...)

49La fédération de la Céramique avait retiré sa motion en déclarant prématurée la réglementation des rapports entre la CGT et le parti. Le bloc réformiste Keufer, Coupat, Guérard 48 retirait celle que Keufer avait déposée pour se rallier à une motion présentée par Niel 49, que celui-ci retirait dès lecture de la motion Griffuelhes.

  • 50 Typographe, H. Jusserand fut un militant de la fédération du Livre.

50Si bien que le Livre, par la voix de Jusserand 50, déclarait voter la proposition Griffuelhes, en faisant toutefois des réserves sur la grève générale, étant donné que le Livre y était momentanément hostile. Ce qui m’amenait à déclarer qu’au nom de mon syndicat, adhérent à la fédération du Livre, je voterai la motion Griffuelhes sans faire aucune réserve.

51Les résultats du vote étaient éclatants. Pour : huit cent trente mandats ; contre : huit ; blanc : un.

52Ce n’était pas une majorité, c’était presque l’unanimité que recueillait la motion Griffuelhes, appelée depuis la charte d’Amiens. Toutes les tendances du syndicalisme français, sauf les guesdistes, avaient rallié le syndicalisme révolutionnaire. Renard avait espéré entraîner avec lui les réformistes. Il n’avait pas tenu assez compte de l’impression produite sur eux par l’attitude des socialistes du Nord, tant réformistes à la Basly que guesdistes à sa façon, dans la grève des mineurs et l’affaire du complot. Il n’avait pas tenu compte non plus que le passé ne s’oublie pas facilement. Toutes les tendances syndicales, depuis les débuts du mouvement ouvrier français, avaient dû lutter contre l’autoritarisme des guesdistes et contre leur mépris du syndicat, regardé comme une organisation inférieure. À Amiens, le syndiqué s’affirmait en face de l’électeur et du citoyen, le syndicat se déclarait le groupement ouvrier essentiel. D’où l’isolement du guesdisme, révolutionnaire en paroles sur le terrain électoral, mais réformiste sur le terrain syndical.

53Le syndicalisme révolutionnaire revenait d’Amiens la tête haute, mais les épaules chargées d’une lourde responsabilité. Il allait pouvoir continuer sa marche avec plus de confiance, puisque la CGT à peu près entière lui avait manifesté son accord sur l’essentiel de sa pensée.

54Allait-il poursuivre son effort pour les huit heures industrie par ­industrie ?

55Allait-il réussir à constituer des fédérations d’industrie en fusionnant les fédérations de métier ? La lutte pour les huit heures lui avait fait sentir les inconvénients d’avoir dans les mêmes usines ou sur les mêmes chantiers des éléments rattachés à différentes fédérations de métier. Ç’avait été le cas pour les Métaux : la fusion des fédérations de Mouleurs, de Mécaniciens et de Métallurgistes était posée. De même dans le Bâtiment. On peut dire que la fédération d’industrie du Bâtiment est sortie du 1er mai 1906.

  • 51 C’est en fait le 14 octobre 1898 qu’eut lieu le cuisant échec de la grève ­générale des transports.

56Le branle était donné dans les services publics et chez les fonctionnaires. Les postiers, les instituteurs formaient leurs premiers syndicats. Les cheminots remuaient et Guérard, le Guérard écrasé par l’insuccès de la grève des cheminots de 1897 51, sentait frémir un nouvel état d’esprit qui l’amènerait à la grève de 1910.

57Trouverait-on les militants capables de faire face à tous les besoins d’un mouvement en plein développement ? Dans les rangs des vieux, une certaine lassitude se traduisait. Le mouvement syndical est un terrible mangeur d’hommes. Le meilleur militant ne reste pas toujours un entraîneur. À ce moment, être secrétaire de syndicat ou de section syndicale, ou simple militant, n’allait pas sans coups et sans aventures. Où trouver ces militants ? Comment les découvrir, comment les former ?

58Surtout, il fallait bien s’attendre à ce que le gouvernement et le patronat cherchassent à briser l’élan de la CGT.

  • 52 De fait, non seulement la majorité socialiste prend acte à Limoges du désir d’« indépendance du syn (...)

59Le parti socialiste lui-même, comment prendrait-il la défaite de ses éléments guesdistes ? On allait être vite fixé. Le congrès socialiste de Limoges, au début de novembre 1906, avait grand mal, malgré Jaurès et Vaillant, à réunir une majorité, se résignant à accepter la résolution d’Amiens 52.

60Après la montée vers Amiens, on peut parler de descente. Une descente à brusques secousses, débutant par la crise intérieure provoquée par l’affaire de la Maison des fédérations, pour tomber dans le gouffre de la guerre de 1914-1918.

  • 53 Avant d’entamer, à partir de 1906, une longue carrière ministérielle, Aristide Briand avait été un (...)

61Un homme, dans le cabinet Clemenceau de 1906, connaissait assez le mouvement syndical pour se rendre compte de la situation exacte de la CGT. C’était Aristide Briand. Il avait été amené à la grève générale par Fernand Pelloutier 53. Un curieux homme dont Anatole France avait dit un jour : « Briand ? Il a, sans en éprouver aucune tristesse, un grand mépris de l’humanité. » La force de la CGT était en voie de devenir immense, mais elle était encore fragile. Comment la briser ? Il eut vite fait de trouver le point sensible.

62Chassée de la Bourse du travail de Paris, la CGT avait transporté ses bureaux cité Riverin, puis rue de la Grange-aux-Belles, cette fois dans un immeuble industriel acheté avec les fonds prêtés par un ami du syndicalisme. La mise en état de l’immeuble et sa transformation en bureaux d’organisation n’étaient pas une petite affaire. Griffuelhes s’y donna corps et âme. Il y réussit. Une imprimerie fut installée. Ensuite une clinique médicale. Mais les besoins d’argent étaient harcelants. Pour y faire face, Griffuelhes dut recourir aux fonds mêmes de la CGT. C’était pour elle, pour assurer son fonctionnement et son indépendance que ces travaux étaient exécutés. N’était-il pas naturel d’y employer ses fonds ? Évidemment. Mais quand le trésorier confédéral, Albert Lévy, comptable de métier, sortant de prison, retrouva la comptabilité confédérale plus ou moins bien tenue, il poussa de grands cris. Simples comptes mal tenus ou détournements ? Griffuelhes n’avait pas que des amis, même dans la tendance révolutionnaire, même au lendemain d’Amiens. Briand avait gardé des relations avec certains éléments. Une fois au courant, il vit très vite le moyen d’abattre Griffuelhes et par là de briser l’élan de la CGT. Dans nos milieux syndicaux, les histoires d’argent peuvent provoquer de terribles ravages. Il suffisait d’agir sur le trésorier confédéral. Lévy, un garçon nerveux en diable, et qui, d’ailleurs, ne s’entendait pas avec Griffuelhes. On s’y employa. Des mois durant, Griffuelhes fut en butte aux attaques d’une coalition formée de quelques révolutionnaires renforcés par les réformistes d’hier. Il aurait pu facilement, il aurait dû répondre, livres en mains. Par orgueil, par mépris de telles attaques, alors qu’il était en droit, pensait-il, d’escompter les remerciements et la reconnaissance de la CGT, longtemps il refusa de s’expliquer, rendant difficile la défense par ses amis. Quand il le fit, tardivement, le malaise s’était approfondi. Il avait dû quitter, d’ailleurs, le secrétariat de la CGT, où Niel, candidat cette fois des réformistes, devait le remplacer durant quelques mois, avant d’être lui-même obligé de démissionner. C’est alors que Jouhaux fut désigné comme secrétaire de la CGT.

  • 54 Militant anarchiste, auteur de Philosophie de l’anarchie (1889), Charles Malato (1857-1938) s’exile (...)
  • 55 Sur La Bataille syndicaliste, lire supra, p. 222. Le quotidien syndicaliste ne parviendra jamais à (...)

63Le désarroi provoqué par une telle crise, Griffuelhes abattu, on peut dire que l’élan pris à Amiens était perdu. Dans cette période de 1907 à 1910, il aurait fallu renforcer la CGT, aménager sa maison, organiser ses moyens de propagande. Qui veut renverser le régime bourgeois doit prouver sa propre capacité de gestion. Le syndicalisme avait aménagé sa maison rue de la Grange-aux-Belles, mais sans en garder le mérite moral. Pouget avait quitté la Voix du peuple pour fonder un quotidien syndicaliste, grâce aux fonds provenant d’un héritage de vieux militant, héritage recueilli par Charles Malato 54 et confié en partie par celui-ci à Pouget. Le quotidien, La Révolution, mal préparé, mal administré, mal rédigé, devait vivre quarante jours seulement. Deux ans après, un nouvel essai de quotidien était tenté. La Bataille syndicaliste devait tenir la mer plus longtemps 55, mais dans des conditions difficiles et sans accroître réellement la force de propagande du syndicalisme et de la CGT.

  • 56 Sur La Vie ouvrière, lire supra, p. 221-222.

64La guerre de 1914 pouvait venir. Elle provoquerait en France l’effondrement de la CGT et de tout le mouvement ouvrier, de même que dans la plupart des pays d’Europe. Non seulement le mouvement ouvrier international avait été incapable de barrer la route aux forces de guerre, mais on peut se demander s’il les avait vues s’approcher. La petite équipe de La Vie ouvrière 56 était traitée de défaitiste parce que nous osions prévoir l’approche de la guerre. Naturellement, ceux qui n’avaient rien prévu devaient être, l’ouragan venu, les premiers à jeter au diable tout ce qui avait caractérisé le syndicalisme révolutionnaire, l’antimilitarisme et l’internationalisme ouvrier. Ils se mettaient à la remorque du gouvernement d’union sacrée ; ils publiaient une édition de La Bataille syndicaliste, à Bordeaux, avec des fonds gouvernementaux.

65Dans les autres pays, même situation. Le mouvement international avait été incapable de prévoir la guerre et d’organiser la résistance contre elle. L’hégémonie social-démocrate, affirmée au congrès international de Londres de 1896, et qui n’avait fait depuis que s’appesantir tant sur les partis socialistes que sur les centrales syndicales, faisait en 1914 une faillite lamentable.

66La France, par la CGT et le syndicalisme révolutionnaire, avait tenté de réagir contre cette hégémonie ; elle n’y était pas parvenue. Pour dresser un réel barrage contre la guerre, il eût fallu en premier lieu que travailleurs allemands et travailleurs français eussent confiance les uns dans les autres et confiance en eux-mêmes. Faute de cette double confiance, pas de barrage possible. Prolétaires de tous les pays, incapables de s’unir, il ne leur restait plus qu’à s’entretuer.

  • 57 Venu de l’allemanisme, Albert Bourderon (1858-1930) participe en 1905 au congrès qui voit la créati (...)
  • 58 Mineur, Georges Dumoulin (1877-1963) adhère au POF de Jules Guesde avant de découvrir le syndicalis (...)
  • 59 Typographe et correcteur, Francis Million (1882-1960) est présent au congrès du Havre (1912), où il (...)
  • 60 Au congrès de Lyon (septembre 1919), le comité confédéral de la CGT voit son rapport d’activité vot (...)

67La dure leçon de la guerre de 1914-1918 ne resta pas incomprise des prolétaires de France, ni de ceux d’Allemagne, semble-t-il. Après la Révolution russe de 1917 et la Révolution allemande de 1918, la CGT se trouva devant un choix décisif. Malheureusement, au congrès confédéral de Lyon, en 1919, les principaux militants qui s’étaient dressés dès la fin de 1914 contre le reniement du syndicalisme et l’abandon de l’internationalisme ouvrier, Merrheim et Bourderon 57, Dumoulin 58 et Million 59, avaient fait défection 60. Que pouvions-nous, à quelques-uns, sauf sauver l’honneur du syndicalisme et sauvegarder l’avenir révolutionnaire ?

68La charte d’Amiens était en somme reniée. La CGT tombait dans le pire millerandisme. Elle perdait toute indépendance, tant à l’égard du gouvernement que des partis politiques.

  • 61 Créé en 1891, le Conseil supérieur du travail était un organe consultatif, chargé de réfléchir à la (...)

69Certes, on continuait, en paroles, à se réclamer de la charte d’Amiens, comme on continue encore, en 1956, à le faire. Mais dans la pratique, on ne s’inspire plus d’elle. Un morceau du mouvement syndical, hier la CGTU, aujourd’hui la CGT, va infiniment plus loin que ne le demandaient Renard et les guesdistes en 1906. Il ne s’agit plus simplement d’accord, on accepte d’être à la remorque et aux ordres d’un parti. D’autres morceaux du mouvement, FO, CFTC – la CGT elle-même – ne courent plus au Conseil supérieur du travail 61 de Millerand mais au Conseil national économique et au Bureau international du travail ou au Conseil économique et social de l’ONU.

70Pourtant on continue à discuter autour de la charte d’Amiens. Ses idées flottent toujours dans l’atmosphère ouvrière française. Ce n’est pas ici le lieu d’examiner si la charte d’Amiens est morte définitivement ou si elle est capable de renaître pratiquement en s’adaptant aux conditions de 1956. Je suis convaincu qu’elle renaîtra, car la leçon de ces cinquante dures années, de deux guerres, de plusieurs révolutions, et particulièrement la Révolution russe, le commandent.

Notes

1 Le congrès d’Amiens proprement dit se tient du 8 au 13 octobre dans le préau de l’école de garçons du quartier Noyon. Une fois ses travaux conclus, il est suivi, les 15 et 16 octobre, de la conférence des Bourses du travail, selon les règles établies à l’issue du congrès de Montpellier de 1902, qui vit la fusion des deux organisations syndicalistes concurrentes, la FBT et la CGT. [Toutes les notes sont de la rédaction.]

2 Sur l’histoire du mouvement syndical à la fin du xixe siècle, on se reportera à l’Histoire des Bourses du travail de Fernand Pelloutier (Phénix, 2001) et au chef-d’œuvre de Maxime Leroy, La Coutume ouvrière (Éditions CNT-RP, 2007), qui prolonge l’étude de Pelloutier jusqu’à la première décennie du xxe siècle.

3 L’entrée de Millerand dans le gouvernement Waldeck-Rousseau en tant que ministre du Commerce et de l’Industrie, au côté du général Galliffet, un des massacreurs de la Commune, lui valut une critique en règle de très nombreux socialistes, guesdistes et vaillantistes en tête. Elle est une des raisons qui expliquent du reste l’échec des premières tentatives de réunification des ­factions socialistes tentées avant 1905, l’année de la création de la SFIO.

4 Ex-anarchiste, Jules Guesde – de son vrai nom Jules Bazile (1845-1922) – fonde, en compagnie de Paul Lafargue, le parti ouvrier de France (POF), premier parti qui se soit réclamé de l’enseignement de Marx. D’abord partisan de la voie insurrectionnelle vers le socialisme, il se convertit rapidement au socialisme parlementaire.

5 Les blanquistes – ou vaillantistes, du nom du dirigeant le plus connu de cette faction socialiste, Édouard Vaillant – sont parmi les animateurs du syndicalisme révolutionnaire de la fin du xixe siècle. Ils participent à la création de la FBT, conçue pour faire pièce à une FNS (Fédération nationale des syndicats) inspirée par les guesdistes, et sont massivement présents à la fondation de la CGT en 1895. Victor Griffuelhes, le secrétaire général de la CGT à Amiens, vient de leurs rangs.

6 En référence au typographe Jean Allemane (1843-1935), qui, ayant participé à la Commune, est condamné et déporté en Nouvelle-Calédonie. Amnistié en 1880, il milite dans les rangs de la Fédération des travailleurs socialistes de France (FTSF) inspirée par Paul Brousse ; puis il impulse la création du parti ouvrier socialiste révolutionnaire (POSR), de tendance fédéraliste, qui mise plus sur la grève générale que sur l’action politique pour instaurer le socialisme. Les militants allemanistes sont parmi les principaux fondateurs du syndicalisme révolutionnaire.

7 La FBT est fondée en février 1892 à Saint-Étienne. Succédant à deux blanquistes, Bernard Besset puis Rieul Cordier, Fernand Pelloutier est nommé secrétaire général de l’organisation ouvrière grève-généraliste, qui connaît, grâce à lui, un élan remarquable.

8 La création de la CGT a lieu un an après le congrès corporatif de Nantes, où les partisans de la grève générale l’ont emporté, une fois de plus, sur les guesdistes,

lesquels se sont retirés du congrès. Ceux-ci restent à la tête de la FNS, qui ne survivra pas longtemps à la scission, pendant que les premiers vont fonder la Confédération générale du travail en septembre 1895 à Limoges. Mais, victime du dynamisme de la FBT, la CGT végète jusqu’à la mort de Pelloutier, en 1901, et n’est relancée qu’à la fin de la même année, avec l’accession de Griffuelhes au secrétariat général.

9 Le débat sur la représentation proportionnelle a été lancé à Bourges par le secteur réformiste ou modéré de la CGT, qui souhaitait que les fédérations aient, dans les congrès, un poids en accord avec leur importance numérique respective, contrairement aux porte-parole du courant révolutionnaire, qui voyaient de nombreux dangers dans le principe de la représentation proportionnelle.

10 La proposition du Textile, défendue par Victor Renard au cours de la séance du 11 octobre au soir, se concluait par les mots suivants : « Le comité confédéral est invité à s’entendre toutes les fois que les circonstances l’exigeront, soit par des délégations intermittentes ou permanentes, avec le conseil national du parti socialiste pour faire plus facilement triompher ces principales réformes ouvrières. »

11 Ici, Monatte ne fait que citer le contenu de la résolution d’Amiens et, en particulier, les deux points par lesquels ses auteurs réaffirmaient l’orientation nettement anti-étatique du courant révolutionnaire de la CGT : la grève générale – et non la conquête des pouvoirs publics par l’insurrection ou par les urnes – comme moyen par excellence pour la classe ouvrière d’instaurer un régime d’égalité et de liberté, et la gestion de l’économie par les producteurs eux-mêmes.

12 Dans la circulaire « Aux travailleurs de l’industrie textile », lue par Dhooghe au cours de la séance du 11 octobre 1906 au soir, on trouve déjà cette fameuse

allusion aux « partis et sectes » qu’on retrouvera dans le texte de la « charte » d’Amiens et qui a été la cause de tant d’interprétations. Il n’est pas exclu que le mot de « secte » utilisé par le libertaire Dhooghe vise en priorité la faction guesdiste de la SFIO, que la réunification de 1905 n’a pas fait disparaître. « Il faudra montrer, écrit Dhooghe, que, s’il y a, dans la fédération textile, des syndicats politiciens, il en reste cependant qui veulent rester “syndicalistes” et indépendants de toute secte comme de tout parti. » (1906. Le Congrès de la Charte d’Amiens, Éditions de l’Institut CGT d’histoire sociale, 1983, p. 264)

13 Sur ce thème, lire notre introduction à 1906. Le Congrès syndicaliste d’Amiens, op. cit., p. 34-39.

14 Les premiers utilisateurs de ce mot, en France, ont été – à notre connaissance – les responsables du quotidien Le Réveil du Nord, farouches adversaires du syn­dicalisme révolutionnaire, qui, dès 1907, dénoncent les « anarcho-syndicalistes parisiens », qu’ils accusent de vouloir fomenter des troubles dans le Nord.

15 Cordonnier de profession, militant blanquiste, Victor Griffuelhes (1874-1922) est présent au congrès socialiste de 1899 à la salle Japy. La même année, il est nommé secrétaire de l’Union des syndicats de la Seine puis, en 1900, secrétaire de la fédération des Cuirs et Peaux. Il est appelé au secrétariat général de la CGT en septembre 1901. Emprisonné quelques mois à la suite des heurts sanglants qui ont lieu l’été 1908 à Villeneuve-Saint-Georges, il quitte son poste de secrétaire général en 1909, collabore à la feuille syndicaliste révolutionnaire L’Action directe puis travaille au lancement du quotidien La Bataille syndicaliste.

16 Secrétaire de la fédération des Coiffeurs en 1898, Alexandre Luquet (1874-1930) mène campagne pour la semaine de huit heures et le repos hebdomadaire. Secrétaire adjoint de Griffuelhes dès 1903, il le remplace pendant que celui-ci est emprisonné après les événements de Villeneuve-Saint-Georges.

17 Employé, venu des rangs de l’allemanisme, Albert Lévy (1871-1926) est trésorier de la FBT puis de la CGT. En 1906, il fait partie du comité confédéral de l’organisation ouvrière.

18 Fernand Pelloutier (1867-1901) collabore très jeune à La Démocratie de l’Ouest puis à L’Ouest républicain, où il côtoie Aristide Briand. Passé au socialisme, il adhère au parti ouvrier français de Guesde avant de se séparer de ce dernier sur le sujet de la grève générale. Il s’oriente alors vers l’anarchisme et appuie, avec sa fameuse Lettre aux anarchistes, l’entrée de ces derniers dans les syndicats. Délégué de la Bourse du travail de Nantes, il participe lui-même au mouvement syndicaliste en formation. D’abord secrétaire adjoint de la FBT, fondée en 1892, il accède en 1895 au secrétariat général de l’organisation ouvrière et publie, la même année, la brochure Qu’est-ce que la grève générale ? Il est présent au congrès socialiste international qui se tient à Londres en 1896, au sein d’une délégation française qui comprend de nombreux anarchistes.

19 Anarchiste, Émile Pouget (1860-1931) participe très tôt à l’action syndicale. Il fait paraître la fameuse publication Le Père Peinard à partir de 1889. Exilé à Londres, il y découvre certaines méthodes du trade-unionisme, qu’il popularisera plus tard au sein du syndicalisme français. En 1906, il est, en tant que secrétaire de la Section des fédérations, l’alter ego de Griffuelhes. Propagandiste de premier ordre, il dirige La Voix du peuple et contribue à l’animation des campagnes de la CGT contre les bureaux de placement, pour la journée de huit heures ou encore pour le repos hebdomadaire. Auteur de très nombreux articles dans la presse syndicaliste et socialiste, collaborateur au Mouvement socialiste, on lui doit aussi quelques importantes brochures sur la doctrine et la pratique du syndicalisme révolutionnaire.

20 Typographe de métier, anarchiste, Georges Yvetot (1868-1942) succède à Pelloutier à la tête de la FBT à la mort de celui-ci. Après la fusion de 1902, il est confirmé au poste de secrétaire à la FBT et devient donc, aux côtés de Griffuelhes et Pouget, un des trois secrétaires de la CGT. Antimilitariste convaincu, il participe aux activités de la section française de l’Association internationale anti­militariste (AIA). À l’issue du congrès d’Amiens, il propose – selon l’usage établi dans les congrès ouvriers de l’époque – une motion qui demande l’intensification de la propagande antipatriotique et antimilitariste.

21 Il s’agit de la grève qui suit la catastrophe de Courrières [lire infra, note 33, p. 237].

22 Lire infra, p. 238.

23 Venu de l’anarchisme, Albin Villeval (1870-1933) est en 1906 à la tête du syndicat des Correcteurs, d’inspiration syndicaliste révolutionnaire, opposé à la direction réformiste de la fédération du Livre.

24 Parmi les articles de Monatte parus dans cette publication avant le congrès d’Amiens, on citera « Le complot », « Le député socialiste ventriloque », « Le parti socialiste et la Confédération », « Parti socialiste et syndicats », « Aide et étranglement », « Dirigeants et militants », « L’unité minière ». L’hebdomadaire Les Temps nouveaux, qui succède à La Révolte, est une des principales publications libertaires françaises du début du xxe siècle. Animée par Jean Grave, elle est plus favorable à l’activité des anarchistes dans les syndicats que Le Libertaire. La « tendance » syndicaliste libertaire s’y exprime régulièrement dans ses colonnes, par l’entremise de Paul Delesalle, d’Amédée Dunois et de Pierre Monatte.

25 Après l’échec des tentatives précédentes, dont le congrès général des organisations socialistes françaises, tenu en décembre 1899 à la salle Japy, les diverses factions socialistes se rassemblent enfin en avril 1905, à la salle du Globe, à Paris.

26 Contrairement à la résolution présentée par Griffuelhes, la motion antimilitariste d’Yvetot ne rallie qu’une majorité relative, de nombreux syndicalistes révolutionnaires – dont Monatte – ayant refusé de voter un texte qui leur paraissait aller à l’encontre de la neutralité proclamée dans la résolution adoptée le matin même.

27 Secrétaire général de la fédération française des travailleurs du Livre (FFTL) de 1884 à 1920, Auguste Keufer (1851-1924) est parmi les fondateurs de la CGT en 1895. Membre de l’école positiviste, il participe aussi, en 1906, au congrès du « Sillon » de Marc Sangnier.

28 Né en 1864, ouvrier du textile, socialiste de tendance guesdiste, Victor Renard est élu secrétaire de la fédération du Textile en 1903, un an après l’entrée des ­syndicats du Textile du Nord à la CGT. Malgré l’échec d’Amiens, il propose à ­nouveau, au congrès du Havre (1912), l’instauration de liens permanents entre la CGT et la SFIO.

29 Ouvrier mineur, syndicaliste et socialiste, secrétaire du syndicat des Mineurs de Montceau-les-Mines en 1899, Étienne Merzet (1869-1934) rompt avec la fédération conduite par Basly et Lamendin et fait adhérer les mineurs montcelliens à la CGT. Secrétaire du l’union fédérative des Mineurs en 1904, il restera cependant éloigné des « broutchoutistes » du « jeune syndicat ».

30 Lire Maurice Dommanget, Histoire du Premier Mai (1953), Le Mot et le reste, 2006.

31 Sur l’effort mené par la CGT autour de la campagne des huit heures et l’importance du rôle joué par Émile Pouget, l’animateur de La Voix du peuple, lire « Pouget, l’âme de l’agitation », in ibid., p. 274-276.

32 Lire « La grande peur », in ibid., p. 280-283.

33 En mars 1906, un coup de grisou provoque la mort de 1 200 mineurs dans le puits de Courrières. Dès le 16 mars, 40 000 mineurs sont en grève. Le 17, Monatte fait paraître un article de deux pages dans Les Temps nouveaux sous le titre « Un crime capitaliste : Courrières ». La CGT l’envoie sur place afin de seconder Benoît Broutchoux et l’équipe du « jeune syndicat ». L’activité de ces derniers leur vaudra de très violentes attaques de la part des dirigeants du « vieux syndicat », Basly et Lamendin, et du quotidien Le Réveil du Nord.

34 Sous le titre « Un complot clérical », Le Réveil du Nord annonçait, dans son numéro du 28 avril, les perquisitions opérées au siège de la CGT, du journal La Croix et au domicile de militants royalistes. Il assurait que « d’importants documents » avaient été saisis « chez l’amiral de Cuverville et le broutchouteux Monatte ». Le lendemain, le même journal affirmait : « Les documents saisis ne laissent plus de doutes sur l’existence de relations déjà anciennes entre les champions de la monarchie et les meneurs anarchistes qui s’efforcent un peu partout de changer en émeute les manifestations pacifiques de la classe ouvrière. »

35 Militant de la SFIO (parti socialiste unifié), Ernest Lafont (1879-1946) représente, en 1906, avec André Morizet et Hubert Lagardelle, la tendance syndicaliste ; il collabore régulièrement à la revue animée par ce dernier, Le Mouvement socialiste.

36 Le comte Durand de Beauregard était un des organisateurs de la résistance aux inventaires dans les églises de Paris, menés en application de la loi de séparation des Églises et de l’État de 1905.

37 Quotidien proche des dirigeants du « vieux syndicat », lié à la franc-­maçonnerie, il répand, avant le 1er mai 1906, le bruit de l’existence d’un « complot clérical », dans lequel auraient trempé les « anarchistes » de la CGT.

38 Dans son intervention, le guesdiste Clévy fait mine de s’étonner « qu’on fasse au Réveil du Nord un pareil honneur » et il note que, au moment du 1er mai, « tous les organes de la presse bourgeoise se sont mis au service de Clemenceau ». Il demande, en conclusion, qu’à la motion présentée par Dhooghe on ajoute un « amendement flétrissant l’attitude de toute la presse bourgeoise ». La proposition Dhooghe et l’amendement Clévy sont adoptés tous les deux.

39 Il s’agit des incidents diplomatiques apparus entre la France et l’Allemagne de Guillaume II à propos de la question marocaine, où on voyait poindre un motif de guerre de plus entre les deux pays. Sur le traitement des questions internationales au cours du congrès d’Amiens, on lira « Les relations internationales » in 1906. Le Congrès syndicaliste d’Amiens, op. cit., p. 71-82.

40 Né en 1860 à Saint-Étienne, Pierre Coupat contribue à l’introduction du socialisme en région stéphanoise avant de se consacrer au syndicalisme. Secrétaire de la fédération des Ouvriers mécaniciens en 1901, il est un des porte-parole les plus en vue du courant réformiste au sein de la CGT de 1906. Lié à Millerand, il a été élu en 1903 au Conseil supérieur du travail [lire infra, note 61, p. 252], dont il sera vice-président de 1910 à 1912.

41 Typographe, secrétaire de la Bourse du travail de Montpellier et militant de la fédération des Agricoles, Paul Niel (1872-1952) est un des artisans de la fusion entre la FBT et la CGT. Ex-anarchiste, il penche peu à peu vers le réformisme. En 1909, il succède à Griffuelhes à la tête de la CGT mais doit démissionner bien vite après l’échec de la grève des postiers.

42 Anarchiste, très tôt acquis au syndicalisme révolutionnaire, Paul Delesalle (1870-1948) assiste au congrès de Londres de 1896 en tant que délégué syndical et de la Bourse du travail d’Amiens. En 1906, il est secrétaire adjoint à la section de la FBT et membre de la commission de la grève générale. Présent au congrès d’Amiens, il propose l’ordre du jour auquel Monatte fait allusion et y lit un long rapport sur la continuation de la campagne des huit heures, où il annonce la création d’une commission de propagande des huit heures et de la grève générale, dernier avatar en date de la vieille commission de la grève générale créée en 1893.

43 « Brandon de discorde », La Voix du peuple (12-19 août 1906). Le texte est reproduit in Le Syndicalisme révolutionnaire, la Charte d’Amiens et ­l’autonomie ouvrière (à paraître aux éditions CNT-RP).

44 Ouvrier chaudronnier en cuivre, Alphonse Merrheim (1871-1925) adhère au POF puis passe dans les rangs allemanistes. Syndicaliste révolutionnaire, il est secrétaire de la fédération du Cuivre en 1904. Il œuvre à la fusion des fédérations métallurgistes, qui débouche en 1909 sur la création de la fédération des Ouvriers en métaux et similaires. Il est poursuivi en 1907 pour l’affiche « Gouvernement d’assassins », placardée après la fusillade de juin à Narbonne. En 1909, il est, aux côtés de Monatte, un des fondateurs de La Vie ouvrière.

45 Début juin 1900, la troupe riposte à des jets de pierres des ouvriers mécaniciens-constructeurs de Chalon-sur-Saône, en grève depuis le 21 avril. Deux grévistes sont mortellement atteints.

46 Anarchiste, Benoît Broutchoux (1879-1944) s’oppose, à partir de 1903, au « vieux syndicat » des Mineurs de Basly. Emprisonné en 1905, il est remplacé par Monatte à la direction de L’Action syndicale, l’organe du « jeune syndicat » de la fédération des Mineurs du Pas-de-Calais. Libéré en 1905, il organise la grève consécutive à la catastrophe de Courrières [lire supra, note 33, p. 237]. En 1907, il assiste au congrès anarchiste international d’Amsterdam.

47 Mineur, militant coopérateur et syndicaliste, Ovide Goudemetz (1868-1913) appartient à la section du Pas-de-Calais du POF puis du PS de F (parti socialiste

de France) – qui rassemble les partisans de Guesde et les blanquistes de Vaillant. En 1904, il quitte la France pour s’installer aux États-Unis.

48 Cheminot, membre de la Chevalerie du travail et socialiste de la fraction allemaniste, Eugène Guérard (1859-1931) est un des principaux porte-parole du courant grève-généraliste tant au congrès international de Londres en 1896 qu’au sein de la CGT, dont il sera nommé secrétaire confédéral en 1901, une fonction qu’il n’occupera du reste que quelques mois. Fonctionnaire syndical quasi inamovible du syndicat des Employés des chemins de fer et membre du Conseil supérieur du travail, il devient, à partir de 1902, un des premiers représentants du courant modéré de la CGT.

49 Dans son compte rendu du congrès d’Amiens, Pouget note que la résolution proposée par Niel a une « physionomie intermédiaire » entre celle que présente Griffuelhes au nom du courant révolutionnaire de la CGT et celle que défend Keufer en représentation de la fraction réformiste (1906. Le Congrès syndicaliste d’Amiens, op. cit., p. 118). Dans l’article « Amiens-Marseille », paru dans L’Humanité le 20 novembre 1908, Griffuelhes devait préciser que Niel, présent au cours de la rédaction de la « charte » d’Amiens, avait modifié ensuite sa propre proposition « dans le but de nous la faire accepter ». Ce témoignage précieux – non démenti par Niel dans les numéros suivants du quotidien socialiste – invalide l’affirmation de Jacques Julliard qui, frappé sans doute par les similitudes entre les deux textes,

parle de « l’insertion [au sein de la “charte” d’Amiens] de formules directement empruntées à la motion de Niel » pour accréditer l’idée que la résolution proposée par Griffuelhes serait « le résultat d’une négociation, voire d’un compromis entre éléments modérés et éléments radicaux au sein de la majorité confédérale. » (« La charte d’Amiens, cent ans après », Mil neuf cent, 2006, n° 24, p. 15)

50 Typographe, H. Jusserand fut un militant de la fédération du Livre.

51 C’est en fait le 14 octobre 1898 qu’eut lieu le cuisant échec de la grève ­générale des transports.

52 De fait, non seulement la majorité socialiste prend acte à Limoges du désir d’« indépendance du syndicalisme à l’égard de tout parti politique », mais elle se résigne même au mot d’ordre syndicaliste de la grève générale.

53 Avant d’entamer, à partir de 1906, une longue carrière ministérielle, Aristide Briand avait été un des premiers propagandistes de la grève générale, en parti­culier au congrès corporatif de Marseille (1892). La même année, Pelloutier et lui

rédigent un manuscrit (inachevé) intitulé « De la révolution par la grève générale ». Il s’en fera encore le chantre au congrès général des organisations socialistes tenu à Paris en 1899, puis au congrès socialiste international d’Amsterdam de 1904, mais il ne la conçoit plus alors que comme une arme parmi d’autres de l’arsenal révolutionnaire.

54 Militant anarchiste, auteur de Philosophie de l’anarchie (1889), Charles Malato (1857-1938) s’exile à Londres, où il côtoie Kropotkine et Malatesta au sein du groupe « L’Avant-garde ». De 1907 à 1914, il collabore à La Guerre sociale, ­l’hebdomadaire de Gustave Hervé, et à La Bataille syndicaliste.

55 Sur La Bataille syndicaliste, lire supra, p. 222. Le quotidien syndicaliste ne parviendra jamais à décoller et restera bien loin des ventes de L’Humanité, qui ­s’assure le concours de syndicalistes révolutionnaires comme Amédée Dunois et Émile Pouget lui-même.

56 Sur La Vie ouvrière, lire supra, p. 221-222.

57 Venu de l’allemanisme, Albert Bourderon (1858-1930) participe en 1905 au congrès qui voit la création de la SFIO. Coopérateur et syndicaliste révolutionnaire, il fonde la fédération du Tonneau en 1903. Il évolue vers le réformisme après la Grande Guerre.

58 Mineur, Georges Dumoulin (1877-1963) adhère au POF de Jules Guesde avant de découvrir le syndicalisme et de se lier d’amitié avec Monatte. Présent au congrès d’Amiens, il est nommé trésorier adjoint de la CGT en 1910. Il collabore à La Vie ouvrière et, à partir de 1913, devient responsable de La Voix du peuple.

59 Typographe et correcteur, Francis Million (1882-1960) est présent au congrès du Havre (1912), où il intervient en faveur de l’antimilitarisme. Secrétaire de l’UD-CGT du Rhône de 1913 à 1920, il écrit à Monatte après la démission de ce dernier du comité confédéral pour lui demander de revenir.

60 Au congrès de Lyon (septembre 1919), le comité confédéral de la CGT voit son rapport d’activité voté par une large majorité. Cependant, la minorité va combler une grande partie de cette différence au cours des deux années suivantes. La nouvelle crise ouverte au sein de la CGT aboutit, en 1921, à une scission et à la création de la CGT-Unifiée, impulsée par les courants révolutionnaires du syndicat.

61 Créé en 1891, le Conseil supérieur du travail était un organe consultatif, chargé de réfléchir à la législation ouvrière. Millerand y fit entrer des délégués ouvriers élus et s’en servit pour encourager les arbitrages dans les conflits sociaux. La participation de membres en vue de la CGT à cet organisme fut durement critiquée par les porte-parole du courant syndicaliste révolutionnaire.

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Monatte, « Souvenirs », revue Agone, 38-39 | 2008, [En ligne], mis en ligne le 03 mai 2010. URL : http://revueagone.revues.org/220. Consulté le 23 novembre 2014. DOI : 10.4000/revueagone.220

Auteur

Pierre Monatte

Articles du même auteur

Droits d'auteur

© Editions Agone