Navigation – Plan du site
Numéros
49 | 2012
Crise financière globale ou triomphe du capitalisme?

Spéculations sur l’état stationnaire

Gopal Balakrishnan
Traduction par Étienne Dobenesque
p. 169-194

Résumé

Quelle est la signification historique de l’implosion du néolibéralisme, moins de vingt ans après l’effondrement de l’Union soviétique ? Une hypothèse troublante vient à l’esprit. On sait que l’URSS est parvenue au sommet de sa puissance dans les années 1970, juste avant de s’enfoncer dans une spirale de retranchement, de dérive et d’effondrement. Se pourrait-il, par une de ces bonnes vieilles ironies de l’histoire, qu’un revers de fortune comparable guette la superpuissance occidentale ? Après tout, on peut voir une forme d’unité des contraires dans l’opposition entre un capitalisme débridé et les économies industrielles planifiées de l’ancien COMECON.
La dépression qui s’annonce révélera peut-être que les statistiques économiques nationales de la période de l’économie des bulles étaient des fictions assez comparables à celles qui avaient cours dans le vieux système soviétique.

Notes de la rédaction

Texte original « Speculations on the Stationnary State », NLR II-59, septembre-octobre 2009.

Texte intégral

« Une crise se produit, qui parfois se prolonge sur des dizaines d’années : cette durée exceptionnelle signifie que dans la structure se sont révélées (sont venues à maturité) des contradictions irrémédiables, et que les forces politiques qui travaillent positivement à la conservation et à la défense de la structure elle-même s’efforcent cependant d’y remédier à l’intérieur de certaines limites et de les surmonter. Ces efforts incessants et persévérants (car aucune forme sociale ne voudra jamais avouer qu’elle est dépassée) forment le terrain de l’“occasionnel”, sur lequel s’organisent les forces d’opposition. »

Antonio Gramsci, Cahiers de prison

1Quelle est la signification historique de l’implosion du néolibéralisme, moins de vingt ans après l’effondrement de l’Union soviétique ? Une hypothèse troublante vient à l’esprit. On sait que l’URSS est parvenue au sommet de sa puissance dans les années 1970, juste avant de s’enfoncer dans une spirale de retranchement, de dérive et d’effondrement. Se pourrait-il, par une de ces bonnes vieilles ironies de l’histoire, qu’un revers de fortune comparable guette la superpuissance occidentale ? Après tout, on peut voir une forme d’unité des contraires dans l’opposition diamétrale entre un capitalisme tardif débridé et les économies industrielles planifiées et centralisées de l’ancien COMECON. À la grande époque du reaganisme, l’opinion occidentale officielle s’est ralliée à l’idée que l’administration bureaucratique des choses était vouée à la stagnation et au déclin parce qu’elle se privait de la rationalité des forces du marché, dont les transactions étaient coordonnées par la discipline de la concurrence. Pourtant, peu après les derniers jours de ce qu’on appela jadis socialisme, un capitalisme dont l’endettement et la spéculation devenaient peu à peu le principal moteur s’est mis à compter et à distribuer la richesse dans une dangereuse indifférence pour toute mesure objective de la valeur. Les bilans des plus grandes banques du monde offrent un témoignage impressionnant de l’érosion des normes à l’aune desquelles on jugeait autrefois de la richesse des nations.

2Chacun à sa manière, le socialisme bureaucratique et son vainqueur néolibéral, immensément plus riche, ont dissimulé leurs échecs derrière des « tableaux économiques » toujours plus arbitraires. Dans les années 1980, on apprit que le revenu national annoncé par la RDA était un artifice statistique qui gonflait grossièrement son niveau de vie très réduit. Mais pendant cette même décennie, l’émergence d’un circuit de déséquilibres mondiaux a commencé à entraîner des problèmes considérables pour la mesure de la richesse capitaliste. La dépression qui s’annonce révélera peut-être que les statistiques économiques nationales de la période de l’économie des bulles étaient des fictions assez comparables à celles qui avaient cours dans le vieux système soviétique.

3Bien sûr, les crises récurrentes du capitalisme sont censément différentes des phases terminales des civilisations et des modes de production non capitalistes. Les ordres sociaux de ce type semblent privés de la faculté, spécifique au capitalisme, de destruction créatrice, de renouvellement périodique par des fléchissements qui liquident les conditions de production et les formes de vie inefficaces, ouvrant de nouveaux horizons pour la prochaine série d’expansions. Fidèles à ce schéma, pratiquement tous les commentateurs de la débâcle économique actuelle ont supposé que ce conte schumpétérien de crise et d’innovation se répéterait d’une façon ou d’une autre. Mais est-il vraiment inéluctable que de nouvelles phases d’accumulation émergent à la suite de ce qui s’annonce désormais comme une interminable et gigantesque contraction ? Je voudrais suggérer ici que ce scénario d’un renouvellement capitaliste est nettement moins probable que celui d’une dérive durable vers ce que les théoriciens classiques de l’économie politique appelaient « l’état stationnaire » de la civilisation.

Non-croissance

  • 1 E. A. Wrigley, Continuity, Chance and Change. The Character of Industrial Revolution in England,Cam (...)

4D’Adam Smith à John Stuart Mill, les premiers théoriciens de la richesse des nations étaient pessimistes sur la durabilité des perspectives de croissance de leurs sociétés et pensaient que les gains de productivité issus de la spécialisation et de la division du travail finiraient par être contrecarrés par l’épuisement des sols et l’accroissement de la population. L’historien E. A. Wrigley écrit : « S’appuyant sur des arguments convaincants, Smith et ses successeurs prévoyaient que la dynamique de croissance finirait par s’épuiser, bloquée par des changements inhérents au processus de croissance même, pour faire place en son lieu à l’apparition de l’état stationnaire. En outre, les économistes classiques exprimaient clairement leurs doutes quant à la possibilité de maintenir indéfiniment le niveau des salaires réels, pourtant bas, de l’époque. De futures baisses étaient plus probables que de futures augmentations. L’idée d’une progression constante et conséquente des salaires réels pour la masse de la population était une chimère utopique et non une éventualité à laquelle un homme rationnel et bien renseigné pouvait croire, aussi vivement pouvait-il la souhaiter pour sa part. 1 »

  • 2 En français dans le texte. [ndt]
  • 3 Les spéculations de Marx sur une supposée tendance à la baisse du taux de profit sont d’une obscuri (...)

5Ce passage nous permet de comprendre pourquoi Adam Smith et ses contemporains ont pu penser que la Chine stagnante du xviiie siècle était d’une certaine manière en avance sur l’Europe occidentale de la même époque. Après avoir épuisé ses sources de croissance de la productivité, la Chine était entrée, inévitablement, sur la voie de l’involution séculaire : de te fabula narratur. Bien sûr, ce verdict pessimiste sur la longue durée 2 de la civilisation a été annulé par les grandes vagues d’expansion capitaliste qui ont suivi. Par la suite, la critique de l’économie politique de Marx était, pour une part, une tentative de reconceptualisation du pessimisme classique, pré-industriel, issu de cette tradition, en partant cette fois des limitations externes, naturelles, de la croissance économique, reconceptualisation qui pointait une impasse socio-économique de l’accumulation encore plus difficile à dépasser 3.

6Pendant plus d’un demi-siècle, ces efforts de théorisation des limites du capitalisme furent relégués dans les marges politiques et intellectuelles. Au cours des années 1920 et 1930, des personnalités de diverses convictions politiques arrivèrent à la conclusion que le capitalisme touchait à sa fin et furent surprises de son incroyable rétablissement après la Deuxième Guerre mondiale. Ce grand retour a alors dissuadé les plus prudents d’envisager une crise capitaliste suffisamment longue et profonde pour remettre en question l’avenir du système. Aujourd’hui, si peu de temps après ses triomphes de la fin du siècle passé, on a du mal à imaginer que quelqu’un puisse contester sérieusement la viabilité historique du capitalisme. On considère que la question a été résolue vers 1989. Contre ce consensus, je voudrais avancer l’idée que l’ère de contraction qui s’annonce – conséquence de problèmes économiques irrésolus qui remontent aux années 1970 – est aggravée, dans les régions les plus développées économiquement, par une dérive vers une situation stationnaire. La période qui s’annonce sera marquée par la convergence d’une crise conjoncturelle d’accumulation et de mutations déjà à l’œuvre dans le capitalisme mondial – dans ses fondements technologiques, dans les schémas démographiques et dans la division internationale du travail – qui ont diminué ses capacités de croissance durable. Dans les pages qui suivent, je souligne certaines des principales caractéristiques de cette double crise et j’envisage les formes de politique qui pourraient se dessiner dans ce contexte de déclin et de transformation structurels. Qu’y a-t-il au-delà de l’horizon actuel de nationalisations et de renflouements défensifs d’un statu quo chancelant ?

Périodiser le présent

7Les historiens s’intéressent depuis longtemps au problème du déclin et de la chute [decline and fall] des collectivités humaines, à la façon dont des modes de vie disparaissaient à la suite de changements structurels, d’extinctions ou d’involutions qui ne conservent d’eux que l’apparence de ce qu’ils ont été. Quiconque se penche sur le problème des changements historiques qualitatifs aujourd’hui peut faire appel à diverses traditions de pensée à ce sujet, s’appliquant à tel ou tel moment ou à une période où un certain ordre des choses humaines cesse d’exister. Il y a des effondrements nets – la conquête des civilisations précolombiennes, le renversement de l’Ancien Régime français, l’autodissolution du bloc soviétique – et des longues transitions dont les contemporains ne peuvent avoir conscience, comme le déclin de l’esclavage antique et les passages au féodalisme. Comment pourrait se dérouler la fin du capitalisme, dans quel laps de temps et à quelle échelle ?

  • 4 La formule qui définit chez Marx la spécificité du capitalisme où l’argent (A) est transformé en ma (...)

8La force d’expansion qui définit le capitalisme (A–M–A’ 4) repose sur un grand nombre d’infrastructures et de dynamiques pour partie autonomes. De ce point de vue, les difficultés actuelles de la civilisation capitaliste ne sont pas seulement une question de logique cumulative de stagnation économique. Je soutiendrai qu’une tendance émergente à la décélération séculaire a été exacerbée – « surdéterminée » – par des problèmes grandissants de disproportion démographique, de dégradation écologique, de délégitimation politico-idéologique et d’inadaptation géopolitique. Nature, culture, guerre : la force d’expansion socio-économique qui totalisait pour partie ces différentes dimensions historiques en un système mondial est peut-être en train de chanceler, ne laissant persister de l’ancien régime que des éléments et des tendances disparates, aux espérances de vie indéterminées. Il ne faudrait sans doute que quelques générations pour qu’un ordre capitaliste non dynamique évolue en un post-capitalisme inégalitaire à la dérive. Quoi qu’il en soit, on peut affirmer sans risque que, comme tout le reste dans l’histoire du capitalisme, la façon dont il s’achèvera sera sans précédent.

9Si l’effondrement du marché mondial pendant la Grande dépression a tout d’abord semblé confirmer telle ou telle interprétation « orthodoxe » de Marx, en réalité, aucune théorie générale des crises capitalistes n’est jamais parvenue à l’expliquer totalement. Les causes de la profondeur et de la longévité de la Grande Dépression ne sont toujours pas bien comprises, notamment dans le cas des États-Unis, dont la croissance, contrairement à l’Allemagne, ne reposait pas entièrement sur une économie d’entre-deux-guerres déséquilibrée. Même si toutes les crises capitalistes sont le résultat de processus d’expansion anarchiques et autodestructeurs, cette autodestruction n’a jamais correspondu à un schéma général et elle prend des formes toujours nouvelles selon la conjoncture. L’économie mondiale est sortie d’une impasse d’une certaine façon après 1873 – par une contraction progressive, sans effondrement brutal de la production ni des niveaux de vie, qui a fini par aboutir à la reprise des années 1890 ; et d’une tout autre après 1929 – une purge du système par une sévère dépression, qui n’a pu prendre fin qu’avec le déclenchement de la guerre. Chaque grande crise du capitalisme a donné lieu à un nouveau monde socio-historique qui a modulé les fluctuations de la valorisation. Il n’y a donc pas de diagnostics ni de solutions applicables universellement.

10Face à l’enlisement des politiques, un certain nombre d’analyses de l’économie de notre temps, d’inspiration marxiste, se sont imposées. Les travaux de Giovanni Arrighi, Robert Brenner et David Harvey ne sont que les sommets d’une vaste production sur la situation actuelle du capitalisme et de l’État. En comparaison avec les épisodes de crises capitalistes précédents, la longue période qui a préparé le fléchissement actuel a été plus profondément théorisée. Pendant les années 1930 et 1970, même ceux qui ne croyaient pas que le capitalisme avait surmonté sa propension aux effondrements et aux krachs n’arrivaient pas totalement à expliquer les causes d’une telle catastrophe systémique mondiale. Comment expliquer cette différence avec aujourd’hui ? Sans doute le néolibéralisme a-t-il balayé nombre des institutions de régulation et des formations sociales non capitalistes qui entravaient et modulaient jusque-là la logique du capital. Sans doute fut-il de plus en plus difficile d’ignorer les déséquilibres économiques mondiaux sans précédent qui ont conduit à la crise actuelle, alors même que les marchés continuaient leur progression vertigineuse. Quelle que soit la raison, à l’âge de ses triomphes universels, toutes sortes de limitations du capitalisme ont commencé à apparaître. Et pourtant, tout en ayant conscience d’un risque croissant, même les plus durs critiques du néolibéralisme ont généralement considéré que cette volatilité était l’expression du dynamisme et de la santé de fer du système.

La longue décennie 1970

  • 5 Robert Brenner, The Boom and the Bubble, Verso, Londres/New York, 2002.

11Ces trente dernières années de capitalisme néolibéral peuvent être caractérisées comme une longue et vaine tentative de dépasser la crise économique mondiale des années 1970. Pour Robert Brenner, la source fondamentale de la crise actuelle est la vitalité réduite des économies développées pendant toute la période qui a suivi 5. Cette décélération est le résultat d’un déclin chronique de la rentabilité du capital investi. Bien que ce déclin ait été suivi d’une réduction de la part des revenus reversée aux salaires et aux bénéfices, Brenner montre que le taux de profit ne s’est pas redressé après les années 1970 en raison d’une surcapacité de production persistante de l’industrie manufacturière mondiale. Un taux de profit chancelant, en dehors de quelques rebonds intermittents, dégageait des excédents plus faibles pour l’investissement, provoquant un ralentissement de la croissance des immobilisations corporelles (usines et équipements). Dans les principaux pays capitalistes développés, cela a conduit à une stagnation des salaires ou à une hausse du chômage. Pour tenter de rétablir la rentabilité, les employeurs du monde entier ont maintenu des niveaux de salaires et de bénéfices bas tandis que les gouvernements limitaient l’augmentation des dépenses sociales. Mais ces coupes ont elles-mêmes entraîné un ralentissement durable de la croissance de la demande, renforçant la stagnation provoquée par la surproduction. L’effet cumulatif de la décélération s’est manifesté très clairement par une expansion constante, dans l’ensemble du système, de l’endettement des gouvernements, des entreprises et des ménages. Si beaucoup ont jugé bien trop sombre ce tableau des performances économiques du monde capitaliste développé depuis les années 1970, la croissance générale de l’endettement devrait apparaître comme un commencement de preuve qu’il y a bel et bien eu ralentissement. Car c’est la seule explication valable de ce phénomène.

  • 6 Karl Marx, Le Capital, op. cit., t. 1, p. 552.

12Mais en quel sens y a-t-il eu une croissance mondiale de la dette pendant cette période ? Après tout, à tout moment, l’investissement – qui comprend les achats de titres de dette portant intérêt – est censé être égal à l’épargne. Le problème est qu’une part toujours plus importante de cette réserve mondiale d’épargne est allée alimenter la croissance incontrôlée des crédits à la consommation et de la spéculation à court terme au lieu de trouver des débouchés dans des formes d’investissement générant une croissance des revenus à long terme. Les exportations des autres pays génèrent des réserves qui permettent d’acheter la dette des États-Unis à des taux suffisamment bas pour entretenir les booms successifs de son économie. La véritable histoire économique de la période n’est pas un apologue opposant des épargnants et des producteurs vertueux à des flambeurs et des grands dépensiers. Les secteurs manufacturiers des principales économies exportatrices – la Chine, le Japon et l’Allemagne – reposaient tout autant sur l’accroissement de la dette et la montée de la spéculation que ceux de la finance et de l’immobilier dans les pays débiteurs. Et cela parce qu’à mesure que les revenus issus de l’investissement dans les immobilisations corporelles chutaient, le niveau de la demande globale reposait toujours davantage sur la transformation de l’épargne en dette, celle-ci pouvant, dans certaines conditions, s’accroître hors de toute proportion avec les sources de revenus qui sont tout de même ce sur quoi elle se fonde ultimement. La dette est le pivot des formes innombrables de titres de richesses qui ne se fondent ultimement sur rien. « Par un coup de baguette, elle doue l’argent improductif de la vertu reproductive et le convertit ainsi en capital, sans qu’il ait pour cela à subir les risques, les troubles inséparables de son emploi industriel et même de l’usure privée. 6 »

13Et un jour, bien sûr, il finit par être exposé à tous les risques et troubles de son emploi. Selon l’analyse de Brenner, la crise actuelle est la résurgence inexorable de l’effet d’une contraction systémique qu’on a empêché de se produire au cours des trois dernières décennies, malgré de nombreuses vagues de réductions d’effectifs et des transferts de capitaux massifs des chaînes de production manufacturière surchargées vers les endroits moins chers et les actifs financiers. L’implosion de la bulle financière et immobilière aux États-Unis est le point d’aboutissement d’une effarante période de déséquilibres des balances courantes, de bulles spéculatives et d’endettement. Bien sûr, l’ère néolibérale a déjà connu d’énormes plans de renflouement : dès le début des années 1980, ces opérations de nettoyage ont été l’une des conditions essentielles de la poursuite de la dynamique des booms et des bulles. Mais contrairement aux précédents épisodes de la débâcle néolibérale, qui étaient localisés, celui-ci se produit de toute évidence à une échelle bien plus considérable, et aucun renflouement n’empêchera l’économie mondiale d’entrer soit dans une nouvelle ère de dépression mondiale, soit dans une interminable période de stabilisation avec une croissance faible, voire une combinaison inédite des deux.

Élasticité du capital

14Jusque-là, en dehors des marchés du logement, il n’y a pas eu de baisse générale des prix comparable à celles qui ont marqué les années 1870 et 1930. Cela témoigne des formidables capacités de l’État d’après guerre à soutenir la demande, même si elles ne devraient pas tarder à atteindre leurs limites puisque le chômage continue à augmenter partout. Si nous connaissons actuellement une forme de stabilisation qui permet aux marchés de se redresser, c’est au prix d’un endettement croissant qui ne peut pas se poursuivre indéfiniment. Cela ne signifie pas que les prix vont finir par s’effondrer, comme pendant la Grande Dépression. En réalité, les conséquences déflationnistes d’une chute générale de la consommation – les entreprises et les ménages s’efforçant de payer leurs dettes – seront probablement combinées avec, et parfois compensées par, des bulles inflationnistes, voire hyper-inflationnistes, conséquences des efforts des États pour stimuler des économies essoufflées en injectant encore davantage de liquidité, autrement dit, en faisant marcher la planche à billets. Dans les années qui viennent, nous assisterons probablement à la naissance d’une forme nouvelle et déconcertante de stagflation.

15On peut se demander si, au lieu de soutenir la demande globale par la dette, il aurait été possible de déclencher une crise suffisamment importante après les années 1970 pour liquider les grandes quantités de capital marginal et inefficace qui empêchent le taux de rendement d’augmenter, rétablissant ainsi les conditions nécessaires à une accumulation du capital plus dynamique. Le « choc Carter-Volcker » fut une brève expérience dans cette direction. Bien sûr, si les États-Unis s’étaient tenus à cette stratégie, une grande partie des pays de l’OCDE auraient dû connaître des ajustements structurels de l’envergure de ceux imposés en Amérique latine. Si ces sociétés avaient été capables de supporter une contraction de cette envergure, peut-être les taux de croissance auraient-ils fini par revenir à un niveau certes plus modeste, mais reposant moins sur la dette et la spéculation. Mais ce scénario se serait-il réalisé ? L’austérité pendant cette période n’a permis la croissance qu’au prix d’un recentrage de l’économie sur l’exportation. Si les États-Unis avaient suivi la voie Volcker pendant les années 1980, cela aurait très probablement plongé l’ensemble de l’économie mondiale (et pas seulement l’Amérique latine) dans une dépression, et il n’y aurait plus eu nulle part où exporter. Dans tous les cas, peu de sociétés du monde capitaliste d’abondance de l’après-guerre auraient supporté une restructuration et une destitution aussi drastiques sans perspective concrète d’un retour à une hausse des niveaux de consommation.

16Le contrat social du capitalisme occidental d’après guerre reposait sur des taux de croissance élevés. Passé son âge d’or, le consumérisme effréné est resté malgré tout un héritage non négociable. Non seulement une explosion cathartique de destruction créatrice complète était hors de question après le début du fléchissement dans les années 1970, mais les taux de croissance de la consommation inférieurs qui caractérisaient les ères précédentes du capitalisme n’étaient plus socio-politiquement légitimes. Des niveaux d’endettement croissants étaient nécessaires pour compenser la chute potentielle de la consommation. Celle-ci eut lieu malgré l’entrée massive des femmes dans la population active, qui ont fait que les foyers à double revenu sont devenus la norme. L’accroissement de la dette pendant cette période, rendu possible ultimement par la monnaie fiduciaire, exprimait les espérances institutionnalisées d’une hausse de la richesse. S’il est vrai que, comparés à des moyennes historiques plus anciennes, les taux de croissance de ces trente dernières années n’ont pas été bas, ils l’ont été en regard de ces espérances, historiquement construites, qui, comme Marx le disait au sujet des salaires, donnent la mesure de ce qui est bas ou élevé.

17Il existe toujours une forte opposition socio-politique à un ajustement à la baisse des niveaux de vie dans les pays capitalistes développés, et sans doute également dans les plus avancés des pays en voie de développement. Le néolibéralisme a conduit au chômage de masse en Europe, à une stagnation des salaires chronique en Amérique et à une augmentation de l’insécurité des allocations sociales et de l’emploi partout. Mais à part pour le quintile le plus pauvre de la population, une grande part des dommages sociaux a été amortie par les prestations sociales, l’augmentation des revenus des femmes (et donc la croissance du revenu global des ménages) et, dans certains pays, par l’essor des dettes de cartes de crédit et la montée des prix du logement. En réalité, dans tous les pays de l’OCDE, la part des prestations sociales dans le PIB a augmenté tout au long de l’ère néolibérale, principalement du fait de l’augmentation constante des coûts du système de santé dans ces sociétés vieillissantes. Ainsi – l’exemple est particulièrement frappant –, Medicare a grimpé en flèche sous la présidence de G. W. Bush. Mais en l’absence de ces amortisseurs que sont la dette et la spéculation, les niveaux de vie pourraient commencer à se dégrader d’une façon qui rappellerait bien davantage les années 1930 que les années 1980. Bien sûr, pendant les années 1980 et au début des années 1990, ou dans la série de crises qui ont ponctué la période 1997-2001, plusieurs pays ont connu des effondrements comparables à ceux de la Grande Dépression ; mais en dehors de l’Afrique, après les supplices de l’ajustement structurel, ces pays avaient le maigre réconfort d’une croissance basée sur l’exportation. Il n’y a plus aujourd’hui de « puissances supérieures » comparables capables d’imposer des ajustements structurels aux plus grandes sociétés capitalistes développées, et il n’y a plus non plus de trajectoire d’ajustement évidente fondée sur l’austérité et l’exportation. Les efforts herculéens de renflouement et de stimulation des actuels dirigeants du monde capitaliste développé montrent qu’ils savent déjà que ce qui était censé être bon pour le tiers-monde est hors de question pour le premier.

Révolution technologique

« Une formation sociale ne disparaît jamais avant que soient développées toutes les forces productives qu’elle est assez large pour contenir. »

Karl Marx, Contribution à la critique de l’économie politique

  • 7 L’autre théorisation du capitalisme postmoderne, celle de David Harvey, s’intéresse plus directemen (...)

18La crise à laquelle nous assistons se définit par un certain nombre de caractéristiques inconnues jusqu’alors qui découlent de l’incapacité des sociétés capitalistes développées à assumer les coûts d’une nouvelle infrastructure socio-technique pour remplacer le réseau du capital fixe existant. Un complexe de forces productives vieux de soixante ans se trouve ainsi retranché au cœur de l’économie mondiale. Cette impasse structurelle n’a pas été pleinement comprise, ce qui explique les difficultés à historiciser le dernier quart de siècle capitaliste. Fredric Jameson, avec sa conception du postmodernisme comme logique culturelle de notre temps, est sans doute la grande référence de l’époqualisme [epochalism] contemporain 7. Dans un premier temps, au début des années 1980, Jameson concevait ce nouvel ordre des choses comme la préfiguration de technologies et de sources d’énergie radicalement nouvelles pour le capitalisme. Si l’on veut comprendre la trajectoire ultérieure de la société capitaliste, il est important de reconnaître que ce grand bond en avant, ce qu’Ernest Mandel appelait la troisième révolution technologique, ne s’est jamais vraiment réalisé. Même cette idée plus modérée qu’était le « post-fordisme » n’a pas réussi à déclencher la révolution de la productivité qui aurait réduit les coûts et dégagé des revenus pour une expansion générale.

  • 8 Fredric Jameson, The Ideologies of Theory, Verso, Londres/New York, 2008, p. 496 ; « Postmodernism, (...)

19Au contraire, la toute dernière phase du capitalisme n’a connu qu’un ersatz de croissance, principalement alimenté par le consumérisme à crédit et les bulles spéculatives. Dans un premier temps, Jameson expliquait l’incapacité de la société contemporaine à connaître et à représenter la totalité du système mondial par une disproportion incommensurable entre l’action humaine [human agency] et les nouvelles forces productives nucléaires et cybernétiques 8. Mais dans ses analyses ultérieures, le problème s’est discrètement déplacé pour prendre la forme d’une cartographie d’un monde obscur, pseudo-dynamique, de marchés financiers. Les anticipations grisantes des débuts ont laissé la place à des totalisations d’une situation plus fermée et plus convenue. La culture du capitalisme est devenue l’image organisée d’un dynamisme de l’histoire mondiale dissimulant et compensant une décélération séculaire de « l’économie réelle ».

20Mais que dire des technologies de l’information et de la conteneurisation – les deux avancées technologiques emblématiques de la période ? Elles ont incontestablement contribué à une augmentation considérable du commerce mondial, indépendamment de la croissance de l’économie mondiale elle-même. L’informatisation et l’organisation en flux tendus des chaînes logistiques ont facilité comme jamais la distribution des produits manufacturés sur le marché mondial et les délocalisations. En réduisant les coûts, ces changements technologiques et organisationnels ont contrecarré les conséquences potentiellement inflationnistes de l’offre croissante d’argent sous diverses formes. Avec les déficits américains, ils sont la cause de l’accélération de la croissance est-asiatique, et notamment chinoise. Mais dans l’ensemble, contrairement à ce qu’aurait pu produire une « révolution industrielle nucléaro-cybernétique » ou le passage à une source d’énergie alternative, ces changements technologiques n’ont abouti qu’à importer d’énormes quantités de produits de pays à faible coût de main-d’œuvre sur des marché mondiaux déjà accablés par le poids de la surproduction de leurs équivalents à plus haut coût au lieu d’alimenter la croissance par la création de lignes de production totalement nouvelles.

21Dans les années 1990, on pouvait imaginer que la conteneurisation, l’organisation post-fordiste de la production et des chaînes logistiques et l’arrivée des technologies de l’information dans les bureaux deviennent les moteurs d’une transition vers une Nouvelle Économie, plus productive que tout ce qu’on avait connu jusqu’alors. Mais bizarrement, la grande transformation ne s’est pas traduite dans les chiffres et, en son lieu, le krach boursier de 2001 a mis un terme à la décennie de cyber-barnum. Beaucoup moins fondé était l’espoir, qui est apparu ensuite, qu’en créant des marchés pour les exportateurs de biens de consommation durables et de matières premières les bulles immobilières – technologiquement rétrogrades – constituent un fondement solide pour la croissance économique. Loin de donner lieu à une « Nouvelle Économie » de la base productive, les innovations de cette période du capitalisme ont conduit à des transformations dans la Lebenswelt de distraction et de sociabilité, à une expansion du shopping de luxe et du discount, mais surtout aux temps héroïques de ce qu’on appelait encore récemment la « technologie financière ». Internet et les téléphones portables, Wal-Mart et Prada, Black-Scholes et les subprimes – tels furent les grands repères technologiques de la période.

Vers l’est

22À côté de celui d’une nouvelle ère technologique, l’autre grand mythe du capitalisme de cette période a été le décentrement du noyau euro-américain de la civilisation capitaliste suite à l’essor de l’Asie, par laquelle on entendait tout d’abord le Japon, puis la Chine. La mondialisation postmoderne est une épopée de la transcendance de l’Occident vers un horizon oriental. (Du point de vue de la géographie comme de celui de l’histoire mondiale, il semble logique que, dans ces analyses de l’avenir du capitalisme, l’Asie apparaisse comme le nouvel Occident, une Amérique pour le prochain millénaire.) Pendant plus d’un demi-siècle, l’hégémonie des États-Unis a contribué à rendre cette évolution possible en ouvrant son immense marché à certains satellites choisis et en leur offrant une protection militaire gratuite contre le communisme. Dans la phase la plus récente, après la guerre froide, la demande des États-Unis a stimulé la croissance rapide des géants de l’exportation asiatiques, qui produisent des biens manufacturés déjà existants, mais beaucoup moins cher. Au lieu de permettre un déploiement plus large ou plus intense des nouvelles forces productives, l’excédent accumulé par ces derniers a fini par alimenter l’inflation des bulles spéculatives dans le monde entier.

23Le processus de délocalisation de la production industrielle moins avancée technologiquement dans des régions à bas salaire ne s’est pas déroulé selon les phases expansionnistes classiques du système capitaliste. Même si cela a permis à la Chine de connaître une croissance très rapide, celle de l’économie mondiale dans son ensemble a été trop lente et trop inégale pour que ce processus même soit viable. Les États-Unis, et plus globalement l’Occident, finiront par accepter que la Chine joue un plus grand rôle dans ce régime de gestion de crise instable que l’on voit apparaître, mais ce ne sera pas pour autant le début d’une nouvelle phase d’accumulation dominée par la Chine. Pour cela, il aurait fallu que la Chine s’appuie sur des forces productives nouvelles et plus avancées – et non pas simplement sur le déploiement plus large de forces existantes qui ne sont même pas au stade de développement le plus avancé, contrairement aux techniques américaines qui se sont diffusées en Europe et au Japon après la guerre. L’exploit de pays dont le PIB par habitant représentait la moitié ou le cinquième de celui des États-Unis et qui les ont rattrapés et même dépassés en un quart de siècle n’est pas prêt d’être répété aujourd’hui par d’autres dont le PIB par habitant en représente à peine le quatorzième.

24Une production manufacturière rudimentaire pourrait en principe permettre à la Chine de poursuivre sa croissance impressionnante mais elle ne saurait être le fondement d’une nouvelle phase d’accumulation mondiale. Par ailleurs, le taux de croissance de la Chine risque de marquer le pas à mesure que les marchés d’exportation se tarissent. Il n’est pas certain que la Chine puisse passer à une accumulation alimentée par le marché intérieur sans un ralentissement significatif de sa croissance. Seul un long processus de transformation socio-politique pour créer une demande compensatrice intérieure pourrait permettre de garantir les fondements d’une croissance durable pour sa population de 1,25 milliard d’habitants. Les efforts actuels de la République populaire de Chine pour investir dans les infrastructures ne devraient pas suffire à compenser la contraction massive de son secteur exportateur, car ces investissements sont sans doute trop limités et trop capitalistiques pour commencer à tourner l’économie vers la demande intérieure.

25Si le monde se dirigeait franchement vers une nouvelle phase d’accumulation capitaliste, la Chine serait l’un de ses principaux épicentres. Mais a-t-on la moindre raison de penser que, tandis que le fléchissement se confirme en même temps au Japon, aux États-Unis et dans une bonne partie de l’Europe, la Chine sera capable de ne pas se laisser entraîner par ces pays et de croître suffisamment rapidement pour leur offrir des débouchés susceptibles d’assurer leur relance par l’exportation ? Même si l’on accepte les estimations les plus généreuses du volume de l’économie chinoise, et à supposer que sa forte croissance– qui repose de plus en plus sur l’exportation – ne s’effondre pas dans l’immédiat, elle ne fait simplement pas le poids. L’Occident va poursuivre son déclin sans que s’établisse une prééminence de l’Extrême-Orient, et encore moins du Brésil, de la Russie ou de l’Inde.

  • 9 En français dans le texte. [ndt]
  • 10 Mike Davis, Le Pire des mondes possibles.?De l’explosion urbaine au bidonville global, La Découve (...)

26Par ces conjectures, il s’agit d’essayer de déterminer où nous en sommes dans la longue durée 9 du capitalisme. Sommes-nous au beau milieu de quelque chose ou au contraire tout près d’une fin ? Ce mode de production est-il ancien ou neuf, atteint-il ses limites ou est-il prêt pour de nouvelles vagues d’expansion ? L’expansion géo-économique spectaculaire du système ces deux dernières décennies, la subsomption formelle en cours des dernières grandes populations paysannes d’Asie ainsi que l’absorption du monde industriel de l’ancien COMECON semblaient attester les perspectives de croissance durable et de colonisation, à l’intérieur comme à l’extérieur, d’un empire in statu nascendi. Mais la stagnation séculaire et l’enlisement économique chronique d’une grande partie de l’Amérique latine, de l’Afrique et de l’ancienne Union soviétique sont des témoignages dégrisants des échecs de l’« accumulation primitive » néolibérale, comparée aux classiques enclosures qui ont alimenté la genèse et les épisodes d’expansion du capital. Le Pire des mondes possibles, de Mike Davis, est une enquête inquiétante sur le bannissement d’une masse toujours plus importante d’humanité dépassée, exclue du marché mondial, tant comme productrice que comme consommatrice 10.

27Dans le secteur capitaliste développé, on a assisté à des processus parallèles d’obsolescence. Malgré des explosions périodiques de spéculation effrénée depuis le milieu des années 1980, tandis qu’on annonçait en fanfare l’avènement d’une ère de dynamisme capitaliste sans précédent, les seuls résultats ont été de brèves périodes, toujours limitées, d’investissement dans les nouvelles technologies. Marx semble avoir prévu que le capitalisme commencerait à ralentir sur les lignes mûres de ses vieilles patries, la croissance explosive de la productivité de machines qui fabriquent d’autres machines toujours plus productives aboutissant à embaucher toujours moins d’ouvriers. À long terme, la croissance de la productivité industrielle devait être contrecarrée par la tendance à réduire les effectifs dans ce secteur, et donc à réduire également la demande globale qui devait soutenir l’expansion de la production. C’est sous cette forme qu’une contradiction entre les forces et les rapports de production devait se déployer.

Société grise

  • 11 Robert Rowthorn et Ramana Ramaswamy, « Deindustrialization : Causes and Implications », IMF Working (...)

28Quelle que soit la valeur de cette analyse, on peut douter que le scénario d’une croissance de la productivité durable par les révolutions industrielles se poursuive à l’ère du secteur des services. Marx laissait entendre que le coût « interne » du capital assumé par les entreprises allait monter, diminuant d’autant le taux de profit. Ce qui semble s’annoncer ici, c’est une augmentation durable des coûts sociaux externes qui ne pourra pas être compensée par des gains de productivité ailleurs dans l’économie. Le capitalisme développé pourrait trouver un nouveau souffle s’il parvenait à diminuer significativement les coûts de la santé, de l’éducation et de la prise en charge des personnes âgées sans réduire drastiquement le niveau et la qualité de l’offre. Mais les révolutions de la productivité qui ont fait passer la part de la population paysanne sous la barre des 10 % et sont en train de faire de même avec la main-d’œuvre industrielle – évolution compensée, bien sûr, par les délocalisations vers des zones où elle est moins coûteuse – ne devraient pas se répéter pour une grande partie de ce qu’on appelle l’économie des services. Si les économies capitalistes vont vers l’état stationnaire, c’est avant tout pour cette raison : « Si l’industrie est “technologiquement progressiste”, c’est en raison de ses attributs intrinsèques – la production dans ce secteur est aisément standardisée et, par conséquent, les informations nécessaires à la production peuvent être formalisées en un ensemble d’instructions que l’on peut reproduire sans difficulté. Dans le cas des services, il y a de grandes différences entre les activités du point de vue de leur potentiel de croissance de productivité. Certains services qui sont impersonnels, comme dans les télécommunications, ont des attributs semblables à l’industrie et peuvent donc être “technologiquement progressistes”. En revanche, les services personnels, comme certains types de soins médicaux, ne se laissent pas facilement standardiser et soumettre aux méthodes de production en série employées dans l’industrie. Ces types de service seront donc “technologiquement stagnants”. En général, s’il y a deux activités, dont l’une est “technologiquement progressiste” et l’autre “technologiquement stagnante”, le taux de croissance moyen à long terme est déterminé par l’activité où la croissance de la productivité est la plus lente. 11 »

  • 12 Robin Blackburn, Banking on Death et Age Shock, Verso, Londres/New York, 2003 et 2007.

29On ne voit pas bien comment le capitalisme « post-industriel » pourra réduire les coûts de la reproduction sociale, compte tenu des problèmes chroniques de stagnation technologique dans des services comme ceux de la santé. Cette transition économique coïncide également avec une transition démographique, qui voit des populations vieillissantes financées par des travailleurs actifs toujours moins nombreux : en 2050, 22 % de la population mondiale (et 24 % de la population asiatique) aura plus de soixante ans. Le cœur de la crise conjoncturelle post-années 1970 est un problème non résolu de surproduction et de baisse des rendements, conduisant à un ralentissement de la croissance, qui est à la fois pallié et aggravé par l’accroissement compensateur de la dette. La croissance lente, par nature, de la productivité du secteur des services aggrave encore le problème de la demande, renforçant d’autres tendances dans ce sens. La crise conjoncturelle du néolibéralisme s’est peu à peu conjuguée à une crise époquale-structurelle [epochal-structural crisis], provoquée par la transition vers une économie des services, post-industrielle, à faible croissance – le capitalisme vieillissant, le capitalisme gris analysé par Robin Blackburn 12.

30Dans ses travaux, Blackburn montre comment le développement des fonds de pension a créé la possibilité d’une socialisation de la sphère financière, même si cette évolution reste bloquée et contrecarrée par une logique spéculative à court terme. À la base de cette observation, il y a l’idée que les économies modernes dépendent d’un financement étatique toujours plus important pour les environnements infrastructurels qui maintiennent la forme valeur. La viabilité du capitalisme comme la forme de ce qui surgira au-delà de son horizon dépendront des politiques publiques mises en œuvre, selon qu’elles soient capables d’engager ce processus de socialisation de la construction et de l’entretien des infrastructures sur une voie rationnelle et planifiée, ou au contraire qu’elles continuent à se déployer sous forme de subventions toujours plus importantes aux puissances à bout de souffle du capital privé. Il est difficile d’imaginer une solution rentable et socialement acceptable à nombre de ces problèmes « biopolitiques » dans le cadre du capitalisme. Historiquement, sa vitalité et ses facultés d’expansion ont toujours reposé sur une jeunesse démographique intenable à long terme.

Après le néolibéralisme

  • 13 Martin Wolf, « Seeds of its Own Destruction », Financial Times, 8 mars 2009.

31Aujourd’hui, après le néolibéralisme, quelles sont les perspectives d’une réforme du capitalisme ? Certains changements sont inévitables puisque les idées dominantes de la période ont fait faillite, même si, comme les grandes banques qu’elles défendaient, elles ont encore été soutenues un moment ou poussées avec beaucoup de douceur vers la sortie. Elles sont aujourd’hui dans un tel état de délabrement que les anciennes prétentions du néolibéralisme à la supériorité intellectuelle et au réalisme ne seront plus tolérables. L’un de ses plus fervents apôtres l’a déclaré il y a peu : « Une autre divinité idéologique a échoué. Les présupposés qui dominaient la politique et les politiques depuis trois décennies semblent désormais aussi dépassés que le socialisme révolutionnaire. 13 » Mais l’adhésion populaire à ces politiques est sans doute toujours demeurée très superficielle puisqu’elle reposait sur l’idée qu’il n’y avait pas d’autre manière de faire avancer l’économie. Même si les réflexes de la plupart des systèmes politiques rendent inconcevable une rupture définitive avec le statu quo, on pourrait s’attendre à ce que ces gouvernements réagissent de manière pragmatique à la contraction des économies en abandonnant toute nouvelle expérience de dérégulation et de privatisation et en essayant de soutenir les cours du marché par des interventions publiques très importantes, dans les cas où de tels choix sont possibles.

32On pourrait imaginer que le discrédit du néolibéralisme nous ramène au keynésianisme, mais c’est peu probable. Le néolibéralisme n’était pas seulement une nouvelle orientation, « en arrière toute », par rapport aux trente années de capitalisme dirigé de l’après-guerre, c’était aussi une continuation de celui-ci par d’autres moyens. Ce qui signifie que ce qui touche à sa fin aujourd’hui, c’est sans doute le capitalisme de l’après-1945, cette période où les gouvernements ont revendiqué la faculté d’amortir les cycles économiques et les récessions par la création de demande. Si les trente dernières années du néolibéralisme furent celles d’une expansion massive de l’endettement privé et public pour compenser la faiblesse persistante de la croissance de l’économie réelle, est-il réaliste d’imaginer que les gouvernements continuent à stimuler les économies en s’endettant encore davantage pour les dépenses publiques ? Le keynésianisme des années 1930 était une solution pour des économies qui avaient déjà touché le fond, non un moyen d’éviter à des économies endettées une inversion de l’effet de levier. L’accroissement de la dette américaine ne fait qu’étendre l’effet d’accumulation des déséquilibres mondiaux massifs, même si l’autre possibilité, consistant à laisser le problème dégénérer en foire d’empoigne générale, aggraverait encore considérablement la situation.

33L’espoir que la crise actuelle facilite une transition vers un capitalisme vert est peut-être tout aussi infondé. Si la stagnation elle-même pourrait ralentir la détérioration précipitée des environnements naturels, le passage aux énergies alternatives et aux technologies vertes sera très certainement entravé par la réduction du prix des combustibles fossiles qui résultera d’une dépression interminable. Les principaux États pourraient bien sûr choisir de s’engager malgré tout en faveur des combustibles alternatifs ou des technologies vertes au nom d’une politique orientée rationnellement vers le long terme. Mais à l’heure actuelle, il semble peu probable qu’une telle politique soit attelée à un projet étroit de restauration capitaliste. L’ampleur des financements publics nécessaires pour mettre en œuvre de véritables solutions suppose le dépassement d’un tel projet, et elles susciteront donc de fortes résistances, à moins qu’une détérioration brutale n’expose des populations socialement importantes à des situations d’urgence. Mais quels que soient les efforts finalement consentis en faveur de la conservation et de la durabilité, l’impasse écologique du capitalisme sera probablement la plus absolue de toutes.

Les peuples pris dans leur ensemble considèrent et traitent toujours les problèmes comme des problèmes de champ. Aujourd’hui par exemple ils ne les considèrent solubles (et pensables) que dans le champ du capitalisme. […] C’est à telle ou telle classe, à tel ou tel régime de faire, on force telle ou telle issue, on prend une direction déterminée, etc., et tant que les possibilités (réelles et apparentes) de ce champ n’auront pas été développées, engagées, épuisées et discréditées, il ne s’ouvrira pas de champ nouveau. L’ancien lui-même a beau ne pas satisfaire la raison (l’imagination a beau en distinguer d’autres, l’expérience en conseiller d’autres), dans le champ de la praxis, tel que précisément il fonctionne, opère encore suffisamment de raison pour les fins du peuple pris dans son entier et les besoins de justification.

Bertolt Brecht, Journal de travail 1938-1955, 14 juin 1940

34Avec ses énormes plans de renflouement, l’administration Obama a cherché à sauver ce qu’elle pouvait du statu quo néolibéral, y compris, bien sûr, le seigneuriage américain. Cette tentative, même si elle va au-delà de la passivité des mesures actuelles, échouera probablement d’elle-même. Le niveau de dépenses et d’endettement public nécessaires pour stimuler des redressements boursiers et empêcher la déflation finira par pousser les détenteurs étrangers de réserves de dollars à cesser leurs achats de titres de créances libellés en dollars, en faisant monter leur coût. Jusqu’ici, les gouvernements d’Asie orientale ont volontiers financé le déficit extérieur et le déficit public des États-Unis pour soutenir la consommation et leurs propres exportations. Mais puisque la crise touche désormais également la Chine, ces gouvernements pourraient perdre leur capacité de financer ces déficits, surtout s’ils atteignent des proportions sans précédent, tandis que les rendements baissent.

35Pour l’heure, les principales économies exportatrices continuent d’accumuler des réserves de dollars de peur de provoquer un début de débâcle si elles cessaient de le faire, débâcle qui aboutirait à une dévaluation de leurs réserves. En outre, faute d’autres réserves de valeurs suffisamment volumineuses, les bons du Trésor des États-Unis ont conservé une aura de sécurité qui n’a désormais plus aucun rapport avec la réalité. Mais le point de bascule n’est peut-être plus si loin ; une crise du dollar pourrait commencer malgré tous les efforts pour l’empêcher ; ou encore, les États-Unis pourraient tenter de liquider leur dette extérieure par le recours massif à la planche à billets, provoquant une hyperinflation qui ébranlerait durablement les fondements du marché mondial. Cette alternative impossible a conduit à une impasse : l’endettement ne peut pas être réduit par des dévaluations importantes car les répercussions socio-politiques seraient terribles dans le monde entier ; mais remédier à l’endettement actuel par davantage de dette n’est pas tenable économiquement, même dans le scénario idéal d’une coordination parfaite. Dans leur timidité, les tentatives actuelles de consolider un statu quo vacillant par de grandes mesures de relance finiront peut-être par connaître le même sort que les tentatives des gouvernements, dans les premiers temps de la Dépression, de parvenir au même résultat par des mesures d’austérité. La « solution » au problème « conjoncturel » d’implosion financière pourrait bien être une longue et difficilement tenable expectative, convergeant avec un tournant époqual [epochal shift] vers un état stationnaire. Le premier processus a peut-être déjà commencé ; le second pourrait être l’affaire d’une génération.

Formes politiques

36Quelles sociétés de l’OCDE pourraient résister à une période prolongée d’ajustement structurel du type de ceux qui ont plongé dans la misère des populations entières, de Lagos à Vladivostok – et particulièrement maintenant, alors qu’on ne peut plus compter sur les exportations pour compenser l’implosion du marché intérieur ? On ne voit pas bien quelles mesures les establishments politiques pourraient prendre pour s’assurer que des sociétés dévastées par la dépression maintiennent le cap de cette longue marche. On peut certainement affirmer sans risque que les parlements élus, les sultanats et les oligarchies resteront tous collés à la carlingue délabrée du leadership américain aussi longtemps qu’ils le pourront, puisque leurs dirigeants ont cessé depuis longtemps d’envisager d’autres solutions. Mais le début de désunion auquel nous allons maintenant assister sous la forme d’effondrements des exportations ou de retraits des avoirs dans un grand nombre de ces pays pourrait prendre une tout autre ampleur si le pouvoir échappait à ces dirigeants.

37Quelles formes politico-idéologiques prendra la résistance à la restructuration, puisque celle-ci ne peut plus être mise en œuvre selon les diktats des marchés monétaires et doit être imposée selon des processus plus directement politiques – et donc plus controversés – définissant qui sont les gagnants et les perdants ? L’érosion des anciennes traditions de réaction collective rend les prédictions hasardeuses. Le caractère plus ou moins « de classe » de l’opposition, dans un premier temps locale, à ces processus sera extrêmement variable, déterminant la forme des structures sociales qui émergeront de l’actuel état de retranchement du capitalisme. L’issue de ces luttes dépendra peut-être de la capacité des puissances étatiques à renforcer les fondements de la propriété et des privilèges aussi efficacement que dans les conflits de classe d’autrefois. Dans de nombreuses régions du monde, le noyau coercitif de l’appareil d’État a subi un long processus de neutralisation. Ailleurs, il s’agit d’une évolution plus récente et réversible. Dans la période à venir, comment les différents systèmes politiques réagiront-ils aux menaces rampantes ou directes contre le gouvernement du capital et de ses appuis fondamentaux, lorsque le recours d’urgence à la force n’aura plus nécessairement d’effet décisif ? Pendant les années 1930, la plus grande partie de l’Europe, à l’exception de la Scandinavie, a basculé à droite, avec de brefs interludes de Front populaire en Espagne et en France. Les États-Unis et une grande partie de l’Amérique latine sont passés à gauche. Il pourrait être intéressant d’essayer d’anticiper des variations comparables aujourd’hui dans toutes les régions du système-monde.

38À quelques exceptions notables, il n’y a pas actuellement de grands partis ou mouvements de gauche mettant en œuvre ou même réclamant des réformes radicales. Mais malgré des réserves d’inertie et de passivité fournies, les sociétés capitalistes développées sont probablement incapables de supporter l’ampleur des difficultés qu’une véritable dépression leur infligerait, comme ont pu le faire ces mêmes sociétés pendant les années 1930, ou d’autres, plus pauvres, dans la période actuelle. S’il n’y a pas de solution keynésienne de gauche immédiate et si la société ne peut pas se permettre de s’enfoncer dans une contraction généralisée, y a-t-il des solutions de droite « étatistes », c’est-à-dire non fondées sur le marché, aux contradictions actuelles du capitalisme ? Inévitablement, les comparaisons avec les années 1930 soulèvent la question de la possibilité que les sociétés capitalistes développées se dirigent vers un analogue politique du fascisme. Il y a peu de chance que l’électoralisme qui a balayé la Terre après 1989 soit menacé par une telle tendance, même si divers types d’état d’urgence assez limités devraient apparaître. Il est improbable qu’on puisse imposer des formes d’autorité et de discipline de droite plus anciennes à un demos de travailleurs des services et de consommateurs habitués à des formes de pouvoir plus indirectes mais allergiques à l’autorité traditionnelle.

39Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale et l’avènement de l’âge atomique, il n’y a pas eu de confrontation directe entre les États les plus puissants. Cette longue paix dans le noyau eurasien a conduit à une baisse des niveaux de mobilisation militaire, favorisant une atmosphère politique moins autoritaire mais complètement dépolitisée. Les conséquences de cette pacification ont été capitales pour les rapports entre les sexes et la puissante tendance progressiste à laquelle elle a donné lieu se poursuit encore à l’heure actuelle. Fourier affirmait que le niveau d’émancipation d’une société se mesurait à la place qu’y occupent les femmes, une équation qui permet de nuancer les conceptions exagérément pessimistes de notre période historique. Aujourd’hui, l’autoritarisme étatiste ne survit que dans quelques recoins arriérés. Bien sûr, les campagnes réactionnaires adaptées aux sensibilités de ces populations plus démocratiques ne sont pas forcément militaires. L’immigration et, en Amérique, la « race » sont encore des questions toxiques susceptibles de diviser profondément. Dans certains cas, on peut s’attendre à ce que la hausse du chômage et l’effondrement des prestations sociales soient mis sur le dos des minorités ethnoraciales, mais on voit mal comment les mesures d’exclusion qui en résulteront pourraient modifier en quoi que ce soit le problème.

40Les politiques d’extrême droite de l’entre-deux-guerres reposaient sur l’atmosphère mobilisatrice de la rivalité entre grandes puissances, attisée par la perception d’une menace rouge. Par ailleurs, dans ce contexte d’effondrement du marché mondial, un nouvel ordre international fondé sur une forme mutante de capitalisme autarcique semblait parfaitement vraisemblable. (La question de sa viabilité à long terme est une autre histoire.) Même si l’on passe du libéralisme à de nouvelles formes de propriété publique, il est peu probable que les capitalismes étatiques stagnants et pacifiés de demain mettent en œuvre le même dirigisme politique que leurs prédécesseurs, issus d’une ère industrielle révolue de welfare et de guerre. Les capitalismes étatiques du milieu du siècle n’ont connu une brève période de dynamisme que parce que leurs objectifs de production étaient fixés par la guerre totale et la mobilisation populaire, mais ni l’une ni l’autre ne sont à l’horizon aujourd’hui.

41Les conflits inter-impérialistes classiques, qui accélèrent brutalement le renouvellement du système selon de nouveaux fronts d’expansion, ne sont plus compatibles avec la sauvegarde de ce système. L’ampleur de la crise fiscale à laquelle tous les États seront confrontés, qu’ils soient actuellement endettés ou non, pourrait au contraire finir par les obliger à couper dans les dépenses militaires, peut-être de façon massive. Bien sûr, ce n’est encore absolument pas à l’ordre du jour aux États-Unis, mais si l’insolvabilité et les fermetures dans le secteur public menacent, on ne voit pas comment une telle mesure pourra être reportée indéfiniment. Par conséquent, il est très improbable que les États-Unis s’aventurent aujourd’hui dans de nouvelles expéditions coûteuses et risquées, même s’ils feront certainement de leur mieux pour maintenir leurs engagements actuels. Le « terrorisme » est une autre histoire, et on peut s’en occuper à moindre prix. Mais son instant d’importance géopolitique est déjà presque passé, alors même que les soldats occidentaux avancent dans l’Hindou Kouch.

Une autre fin de l’histoire ?

42Nous sommes désormais au terme d’un été indien de relance de la puissance impériale américaine. Quelle(s) puissance(s) sera ou seront en mesure de soutenir et de représenter les intérêts du système capitaliste mondial dans son ensemble dans la période à venir ? Ces intérêts généraux ne peuvent s’incarner qu’approximativement dans les centres hégémoniques qui suppléent cette dimension universelle absente. Parmi les puissances actuelles, très peu sont prêtes à reconnaître qu’elles devront peut-être sacrifier leurs intérêts particuliers aux intérêts universels d’un champ d’accumulation plus vaste. Si aucune lutte inter-impérialiste pour établir une nouvelle puissance hégémonique n’est possible, peut-on imaginer une dévaluation multilatérale coordonnée des dettes et des actifs gonflés ? On ne voit pas bien quel type de système va émerger si ce processus ou un substitut fonctionnel de celui-ci n’est pas engagé.

  • 14 Giovanni Arrighi, The Long Twentieth Century, Verso, Londres/New York, p. 355-356.

43Selon les trois projections géopolitiques présentées par Giovanni Arrighi dans The Long Twentieth Century, la fuite en avant du néolibéralisme financiarisé ne pouvait donner lieu qu’à une brève prolongation de l’hégémonie américaine et devait finir par laisser la place soit à un empire mondial dirigé par l’Occident, soit à une société de marché mondial sous influence orientale, soit à un chaos systémique durable 14. On peut sans doute écarter la première possibilité, du moins sous une forme absolue. Mais selon la logique du récit historique d’Arrighi, l’émergence d’un nouveau centre hégémonique est tout aussi improbable. Après tout, d’après son analyse, chacune des puissances hégémoniques qui se sont succédé était une économie capitaliste plus importante et plus développée que la précédente. De ce point de vue, il n’y a à l’évidence aucune puissance dans le monde capable de prendre la place des États-Unis, ni la Chine – qui est actuellement une économie beaucoup plus petite et arriérée – ni « l’Europe » – qui n’est même pas un État, et dont l’anomalie historique de son processus de transformation en État devrait d’ailleurs commencer à s’interrompre sous peu. Le Japon, considéré un temps comme la nation qui avait le plus de chances de réussir, est éliminé depuis longtemps. L’évolution la plus probable est une combinaison de la première et de la troisième possibilité : un concert des puissances pour éviter les débâcles financières, mais incapable d’orchestrer une transition vers une nouvelle phase de développement capitaliste durable.

  • 15 Fredric Jameson, The Ideologies of Theory, op. cit., p. 644.

44Nous entrons dans une période de luttes incertaines entre un capitalisme affaibli et des forces d’opposition dispersées, au sein d’ordres politiques insolvables et délégitimés. On pourrait penser que la fin de l’histoire commence quand il n’y a plus de projet d’envergure mondiale et qu’un nouveau type de « monde sans monde » et de dérive commencent. Ce qui correspondrait à l’intuition de Hegel qui imaginait qu’arrivé à ce terme spirituel le passé serait connu, mais l’avenir pourrait bien cesser d’être une catégorie pertinente. Faute de projets politiques organisés pour construire de nouvelles formes de vie autonome, la crise en cours s’accompagnera de catastrophes écologiques que même une croissance chancelante ne saura éviter. Une observation formulée par Fredric Jameson au début de cet âge du capitalisme est encore parfaitement valable aujourd’hui : « La confusion quant à l’avenir du capitalisme – aggravée par une confiance dans le progrès technologique obscurcie par la certitude intermittente de catastrophes et de désastres – remonte au moins à la fin du xixe siècle ; mais peu de périodes se sont révélées aussi incapables de concevoir des alternatives immédiates pour elles-mêmes, sans parler d’imaginer ces grandes Utopies qui sont parfois tombées sur le statu quo avec la force d’un rayon de soleil. 15 »

Notes

1 E. A. Wrigley, Continuity, Chance and Change. The Character of Industrial Revolution in England,Cambridge University Press, 1990, p. 3. Pessimisme n’était peut-être pas le mot juste, concernant Mill, qui écrivait en 1848 : « Je ne puis éprouver pour l’état stationnaire des capitaux et de la richesse cette aversion sincère qui se manifeste dans les écrits des économistes de la vieille école. Je suis porté à croire qu’en somme il serait bien préférable à notre condition actuelle. J’avoue que je ne suis pas enchanté de l’idéal de vie que nous présentent ceux qui croient que l’état normal de l’homme est de lutter sans fin pour se tirer d’affaire, que cette mêlée où l’on se foule aux pieds, où l’on se coudoie, où l’on s’écrase, où l’on se marche sur les talons et qui est le type de la société actuelle, soit la destinée la plus désirable pour l’humanité au lieu d’être simplement une des phases désagréables du progrès industriel » (Principes d’économie politique, livre IV, chapitre VI, § 2 – trad. Léon Roquet).

2 En français dans le texte. [ndt]

3 Les spéculations de Marx sur une supposée tendance à la baisse du taux de profit sont d’une obscurité notoire, mais elles se fondaient peut-être sur une intuition malthusienne plus ancienne : « Plus un pays, les États-Unis du nord de l’Amérique, par exemple, se développe sur la base de la grande industrie, plus ce procès de destruction s’accomplit rapidement. La production capitaliste ne développe donc la technique et la combinaison du procès de production sociale qu’en épuisant en même temps les deux sources d’où jaillit toute richesse : la terre et le travailleur » (Le Capital, livre premier, IVe section, chapitre XV, 10 – trad. Joseph Roy, Éditions sociales, 1976, t. 1, p. 360-361).

4 La formule qui définit chez Marx la spécificité du capitalisme où l’argent (A) est transformé en marchandise (M) pour être retransformé en argent avec un surplus de valeur (A’), la force de travail étant la seule marchandise permettant d’assurer cette plus-value. [ndt]

5 Robert Brenner, The Boom and the Bubble, Verso, Londres/New York, 2002.

6 Karl Marx, Le Capital, op. cit., t. 1, p. 552.

7 L’autre théorisation du capitalisme postmoderne, celle de David Harvey, s’intéresse plus directement au problème de la naissance et de la chute des infrastructures socio-spatiales. Lire D. Harvey, The Condition of Postmodernity : An Enquiry into the Origins of Cultural Change, Blackwell, Cambridge, 1990.

8 Fredric Jameson, The Ideologies of Theory, Verso, Londres/New York, 2008, p. 496 ; « Postmodernism, or the Cultural Logic of Late Capitalism », NLR I-146, juillet-août 1984.

9 En français dans le texte. [ndt]

10 Mike Davis, Le Pire des mondes possibles.?De l’explosion urbaine au bidonville global, La Découverte, 2006.

11 Robert Rowthorn et Ramana Ramaswamy, « Deindustrialization : Causes and Implications », IMF Working Paper, 97/42, avril 1997.

12 Robin Blackburn, Banking on Death et Age Shock, Verso, Londres/New York, 2003 et 2007.

13 Martin Wolf, « Seeds of its Own Destruction », Financial Times, 8 mars 2009.

14 Giovanni Arrighi, The Long Twentieth Century, Verso, Londres/New York, p. 355-356.

15 Fredric Jameson, The Ideologies of Theory, op. cit., p. 644.

Pour citer cet article

Référence électronique

Gopal Balakrishnan, « Spéculations sur l’état stationnaire », revue Agone, 49 | 2012, [En ligne], mis en ligne le 22 octobre 2014. URL : http://revueagone.revues.org/1110. Consulté le 21 décembre 2014. DOI : 10.4000/revueagone.1110

Auteur

Gopal Balakrishnan

Gopal Balakrishnan est professeur de sciences politiques à l’université de Californie et membre du comité éditorial de la New Left Review. Il est l’auteur d’Antagonistics : Capitalism and Power in an Age of War, Verso, Londres, 2009. En français, on peut lire L’Ennemi. Portrait intellectuel de Carl Schmitt, Amsterdam, 2005.

Droits d'auteur

© Editions Agone