Navigation – Plan du site
Numéros
49 | 2012
Crise financière globale ou triomphe du capitalisme?

Spéculations sur l’état stationnaire

Gopal Balakrishnan
Traduction par Étienne Dobenesque
p. 169-194

Résumé

Quelle est la signification historique de l’implosion du néolibéralisme, moins de vingt ans après l’effondrement de l’Union soviétique ? Une hypothèse troublante vient à l’esprit. On sait que l’URSS est parvenue au sommet de sa puissance dans les années 1970, juste avant de s’enfoncer dans une spirale de retranchement, de dérive et d’effondrement. Se pourrait-il, par une de ces bonnes vieilles ironies de l’histoire, qu’un revers de fortune comparable guette la superpuissance occidentale ? Après tout, on peut voir une forme d’unité des contraires dans l’opposition entre un capitalisme débridé et les économies industrielles planifiées de l’ancien COMECON.
La dépression qui s’annonce révélera peut-être que les statistiques économiques nationales de la période de l’économie des bulles étaient des fictions assez comparables à celles qui avaient cours dans le vieux système soviétique.

Notes de la rédaction

Texte original « Speculations on the Stationnary State », NLR II-59, septembre-octobre 2009.

Texte intégral

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2014.

Pour citer cet article

Référence électronique

Gopal Balakrishnan, « Spéculations sur l’état stationnaire », revue Agone, 49 | 2012, [En ligne], mis en ligne le 22 octobre 2014. URL : http://revueagone.revues.org/1110. Consulté le 02 septembre 2014. DOI : 10.4000/revueagone.1110

Auteur

Gopal Balakrishnan

Gopal Balakrishnan est professeur de sciences politiques à l’université de Californie et membre du comité éditorial de la New Left Review. Il est l’auteur d’Antagonistics : Capitalism and Power in an Age of War, Verso, Londres, 2009. En français, on peut lire L’Ennemi. Portrait intellectuel de Carl Schmitt, Amsterdam, 2005.

Droits d'auteur

© Editions Agone