Navigation – Plan du site
Numéros
49 | 2012
Crise financière globale ou triomphe du capitalisme?

Irlande : le tournant ?

Les conséquences économiques et politiques du krach
Daniel Finn
Traduction par Étienne Dobenesque
p. 145-168

Résumé

S’il manquait encore aux deux États irlandais le trait distinctif de la politique européenne moderne – une division gauche-droite nettement liée à la classe des électeurs – ne pouvait-on en déduire que, pour une fois, l’Irlande avait une longueur d’avance, annonçant l’américanisation prochaine de la vie politique européenne ?
Depuis septembre 2008, la crise mondiale a noyé ces visions sous un déluge d’eau glacée. L’État du sud, en chute libre, perd des emplois à une vitesse vertigineuse et a été contraint d’accepter un « plan de renflouement » humiliant de l’UE et du Fonds Monétaire International. La récession a cruellement révélé les failles du modèle du « Tigre celtique ». S’il est trop tôt pour évaluer les effets à long-terme de la crise, il est d’ores et déjà évident que le parcours historique excentrique de l’Irlande est encore bien loin d’arriver à son terme.

Notes de la rédaction

Texte original « Ireland on the Turn ? », NLR II-67, janvier-février 2011.

Texte intégral

1Lirlande a souvent été en retard sur les évolutions politiques et culturelles du reste du monde occidental. Il ne faut donc pas s’étonner que l’idée de l’imminence d’une « fin de l’histoire irlandaise » n’ait commencé à apparaître qu’au tournant du nouveau siècle. Un accord de paix qui mettait un terme au plus long conflit européen depuis 1945 nourrissait l’espoir que l’Irlande du Nord ressemble bientôt davantage au Yorkshire et à la Rhénanie qu’au Liban ou à la Bosnie. Au sud de la frontière, des décennies de sous-développement semblaient avoir été surmontées en l’espace de quelques années d’euphorie. Et s’il manquait encore aux deux États irlandais le trait distinctif de la politique européenne moderne – une division gauche-droite nettement liée à la classe sociale des électeurs –, ne pouvait-on en déduire que, pour une fois, l’Irlande avait une longueur d’avance, annonçant l’américanisation prochaine de la vie politique européenne ?

2Depuis septembre 2008, la crise mondiale a noyé ces visions sous un déluge d’eau glacée. L’État du Sud, en chute libre, perd des emplois à une vitesse vertigineuse et a été contraint d’accepter un « plan de renflouement » humiliant de l’Union européenne et du Fonds monétaire international, dont les termes devraient encore aggraver la crise. La récession a cruellement révélé les failles du modèle du « Tigre celtique » et mis à mal l’assurance de ses soutiens politiques. S’il est trop tôt pour évaluer les effets à long terme de la crise, il est d’ores et déjà évident que le parcours historique excentrique de l’Irlande est encore bien loin d’arriver à son terme.

1. Un modèle en débâcle

  • 1 Thomas Friedman, « Follow the Leapin’ Leprechaun », New York Times, 1er juillet 2005 ; George Osbor (...)

3Pendant une bonne partie des deux dernières décennies, la République d’Irlande fit la fierté du néolibéralisme. Entre 1993 et 2000, le PIB irlandais augmenta de 9 % par an ; le chômage – qui avait atteint 17 % dans les années 1980 – avait pratiquement disparu à la fin du siècle. Une nation qui était demeurée sur la touche pendant les Trente Glorieuses de ses plus grands et plus riches voisins leur passait soudain tous devant, franchissant même un cap psychologique décisif en dépassant le revenu par habitant de la Grande-Bretagne. Les journalistes étrangers s’empressèrent de louer le miracle économique irlandais, que l’on pouvait commodément attribuer à son empressement à revêtir la camisole dorée et à épouser la logique du capitalisme mondial. Les pontifes du néolibéralisme, de Thomas Friedman à George Osborne, enjoignaient le reste de l’Europe à « suivre le lutin bondissant » sur la voie des baisses d’impôts, de la régulation minimale et de la flexibilité des marchés du travail 1. Après avoir vu l’Irlande passer du statut de cas désespéré à celui de parangon économique, qui pouvait encore refuser d’admettre la validité de la formule ?

4L’intervention de l’UE et du FMI en décembre 2010 lui porta le coup de grâce. Alors que le taux de chômage atteint aujourd’hui 13 % et qu’elle connaît la baisse du PIB la plus importante jamais enregistrée – 7 % rien qu’en 2009 –, la République se retrouve désormais avec un taux d’intérêt punitif de 5,8 % sur un prêt de plusieurs milliards d’euros qui sera immédiatement utilisé pour rembourser les banques allemandes, françaises et britanniques. Ce fardeau découle de la décision du gouvernement irlandais, en septembre 2008, d’offrir une garantie illimitée sur les titres de créance accumulés par son système bancaire pourri – et du refus des grands États européens d’envisager d’imposer une perte aux « détenteurs d’obligation de premier rang », c’est-à-dire auxdites banques. L’État irlandais ne sera probablement pas en mesure de rembourser ces intérêts, aggravant encore l’instabilité de l’eurozone et éliminant toute perspective de redressement pour l’Irlande.

  • 2 Le chancelier de l’Échiquier britannique est l’équivalent du ministre des Finances. [ndt]
  • 3 « Was it for this ? », Irish Times, éditorial, 18 novembre 2010.

5Les termes de l’accord donnent une actualité nouvelle et ironique à l’un des leitmotive du débat politique irlandais pendant les années du Tigre celtique. On doit sa formulation la plus fameuse à Mary Harney – leader des Progressive Democrats thatchériens, et pilier de la coalition dirigée par le Fianna Fáil au pouvoir depuis 1997 – qui affirma que l’Irlande était « plus proche de Boston que de Berlin » : plus en harmonie avec le modèle économique anglo-américain qu’avec les tendances sociales de l’Europe continentale. Le pauvre slogan de Harney fut accepté par l’ensemble des commentateurs irlandais, y compris par ceux qui, au sein de la gauche libérale, dénonçaient cette situation et considéraient que l’UE représentait une forme plus humaine et progressiste de capitalisme. Aujourd’hui Boston et Berlin marchent du même pas en Irlande et il n’y a guère à choisir entre l’un et l’autre. Le FMI s’est même montré un peu plus progressiste que l’UE, ne serait-ce que parce qu’il ne juge pas impératif de défendre les géants du secteur bancaire européen. On mesure l’ampleur du traumatisme au fait que même l’Irish Times se soit senti obligé de prendre ses distances, dans un style sous-yeatsien, avec les nouveaux maîtres financiers du pays : « Il peut paraître étrange à certains que l’Irish Times se demande si c’est pour cela que les hommes de 1916 sont morts : un plan de renflouement de la chancelière allemande, agrémenté de quelques shillings de compassion du chancelier britannique 2. […] Après avoir obtenu notre indépendance politique de la Grande-Bretagne pour être les maîtres de nos propres affaires, nous avons désormais cédé notre souveraineté à la Commission européenne, à la Banque centrale européenne et au Fonds monétaire international. 3 »

Les deux phases du Tigre

6Pour expliquer ce fiasco, il faut commencer par distinguer deux phases du « Tigre celtique ». La première fut soutenue par un flux sans précédent d’investissements des multinationales américaines dans les secteurs industriels-clés, les exportations constituant le principal aiguillon de la croissance. La seconde phase a commencé après la récession américaine de 2001, avec une réorientation sur l’industrie du bâtiment et la finance créant une bulle immobilière dont on a vu peu d’équivalents dans l’histoire économique moderne. Les premières décennies de la République – comme la période de l’État libre qui les a précédées – s’étaient caractérisées par des politiques de substitution à l’importation, politiques qui avaient atteint leurs limites dans les années 1950. Sous le gouvernement de Seán Lemass (1959-1966), le parti majoritaire, le Fianna Fáil, ouvrit totalement l’économie et proposa des avantages fiscaux intéressants pour les capitaux étrangers. Mais c’est l’entrée dans la Communauté économique européenne en 1973 qui posa les fondements du boom ultérieur. L’Irlande bénéficia alors de vagues toujours plus importantes de fonds structurels pendant les années 1980, tandis que ses gros exploitants agricoles récoltaient les fruits de la Politique agricole commune.

  • 4 David Hegarty, « Framework for the Evaluation of the Structural Funds in Ireland », National Develo (...)
  • 5 Denis O’Hearn, « Macroeconomic Policy in the Celtic Tiger : A Critical Reassessment », in Colin Cou (...)
  • 6 Fintan O’Toole, After the Ball, New Island, Dublin, 2003, p. 162.

7Pour des entreprises américaines en quête de lieux où investir au début des années 1990, la République présentait donc deux avantages essentiels : l’appartenance à la CE, qui garantissait aux entreprises implantées sur son territoire l’accès au nouveau Marché unique ; et un taux spécial d’imposition des bénéfices industriels de 10 % (remplacé par la suite par un taux forfaitaire d’imposition sur les sociétés de 12,5 %). Les conséquences de ce régime fiscal généreux sur les finances publiques étaient en partie compensées par les dix milliards d’euros de fonds structurels reçus entre 1989 et 1999, qui ont contribué à presque 2 % du PIB irlandais pendant la décennie du décollage 4. La part représentée par les États-Unis dans l’investissement industriel est passée de 32 % en 1990 à 68 % en 1997. Les IDE (investissements directs à l’étranger) reçus se sont concentrés sur une poignée de secteurs, notamment l’informatique, l’industrie pharmaceutique et l’électronique. Dell a construit sa plus grande usine européenne sur le sol irlandais, bientôt rejoint par une kyrielle de géants des technologies de l’information. Entre 1995 et 1999, les multinationales furent directement responsables de 85 % de la croissance économique totale 5. Un des résultats de cette dépendance de l’économie irlandaise à l’égard des entreprises étrangères est la divergence croissante entre les chiffres du PIB et du PNB : à la fin de la décennie, le PNB était presque 20 % plus bas que le PIB. Naturellement, la part des multinationales dans le boom des années 1990 a rendu l’économie de l’Irlande particulièrement vulnérable à un changement des conditions qui en avaient fait un lieu d’investissement si attractif. Comme le remarquait un auteur en 2003, il y avait peu d’espoir que l’industrie autochtone prenne la relève : « La grande différence entre les secteurs à capitaux étrangers et les secteurs à capitaux autochtones, c’est que la valeur ajoutée brute par employé est cinq fois plus grande dans les premiers que dans les derniers. En 2001, la valeur ajoutée brute par employé dans les entreprises à capitaux irlandais s’élevait à 44 700 euros, un accroissement de 10 % en valeur nominale. Malgré cette forte croissance, le fossé s’est élargi, puisque la valeur ajoutée brute par employé dans les entreprises étrangères s’est accrue de 12 %, avec 226 000 euros par employé » 6.

8Tandis que les multinationales ont exporté près de 90 % de leur production en 2001, les entreprises à capitaux irlandais ont vendu moins de 40 % de ce qu’elles ont produit à l’étranger. Contrairement aux Tigres asiatiques qui lui ont servi de modèle, le Tigre celtique n’a pas produit ses propres champions de l’industrie pour faire avancer l’économie.

Sûr comme la pierre

  • 7 Kieran Allen, Ireland’s Economic Crash, The Liffey Press, Dublin, 2009, p. 36.
  • 8 Peadar Kirby, Celtic Tiger in Collapse : Explaining the Weaknesses of the Irish Model, Palgrave Mac (...)

9Le bouleversement climatique redouté commença avec l’effondrement de la bulle Internet américaine. L’emploi industriel irlandais, qui avait augmenté tous les ans de 1995 à 2001, commença alors à décroître, passant de 251 000 à 223 400 en 2007 7. La croissance annuelle des exportations, qui était de 17 % en moyenne entre 1995 et 2000, atteignit péniblement les 5 % pendant les cinq années suivantes 8. L’élargissement de l’Union européenne diminua l’avantage fiscal de l’Irlande, de nouveaux États membres à l’Est garantissant des conditions plus intéressantes et des salaires beaucoup plus bas : Dell décida de fermer son usine phare de Limerick et de transférer la production à Lodz en 2008. Mais le boom ne s’arrêta pas brutalement, malgré l’usure de la base industrielle irlandaise. Le secteur bancaire est désormais un plus gros employeur que l’industrie, avec 14 % de la population active travaillant dans le secteur financier en 2008.

  • 9 Ibid.,p. 41, et Kieran Allen, Ireland’s Economic Crash, op. cit., p. 44. L’emploi dans les services (...)

10Une grande part de cette expansion était concentrée sur l’International Financial Services Centre, un satellite de la City de Londres, dans le quartier des docks de Dublin, dont le régime de réglementation grotesquement insuffisant conduisit les hommes politiques britanniques à parler de « Liechtenstein-sur-Liffey ». L’utilisation de plus en plus fréquente de l’Irlande comme une chambre de compensation respectable pour les prix de transfert des multinationales permit aussi d’enjoliver les chiffres de l’économie. Les banques canalisèrent tous les capitaux qu’elles pouvaient dans l’autre pilier de la seconde phase du Tigre : un secteur du bâtiment en totale surchauffe qui représentait 23 % du PNB en 2007. Le prix moyen d’une maison neuve passa de 67 000 euros en 1991 à 334 000 euros en 2007 – on construisait alors en Irlande 21 nouveaux logements pour 1 000 habitants (quand même l’Espagne n’est pas allée au-delà de 15). Le bâtiment devint également le premier gisement de nouveaux emplois du secteur privé, avec une augmentation de 59 % des emplois dans ce secteur entre 2000 et 2008 9.

11Tout le système semble avoir été conçu pour conduire à une débâcle en cas de crise mondiale : les banques irlandaises avaient emprunté des sommes considérables sur les marchés internationaux pour pouvoir continuer à prêter aux promoteurs immobiliers en laissant leur ratio de fonds propres atteindre des niveaux incroyablement bas. Après la déroute de Lehman Brothers en septembre 2008, l’orage éclata. Le gouvernement de Brian Cowen, pris de panique – et gravement compromis –, proposa de garantir la totalité du passif des institutions financières à capitaux irlandais, exposant ses citoyens à une perte potentiellement sept fois plus grande que le PIB annuel du pays. Peu après, le gouvernement dirigé par le Fianna Fáil nationalisa Anglo Irish, la troisième banque de l’État, et renfloua ses deux principales concurrentes par d’énormes injections d’argent. Anglo Irish se spécialisait dans les prêts massifs à une clientèle très limitée : quinze dettes accumulées à la banque d’au moins 500 millions d’euros chacune. Ses pertes de plus de douze milliards d’euros en 2009 furent les plus grandes de l’histoire des entreprises irlandaises.

  • 10 Morgan Kelly, « If You Thought the Bank Bailout Was Bad, Wait until the Mortgage Defaults Hit Home  (...)

12Une fois la garantie bancaire instaurée, le premier objectif du gouvernement Cowen fut de consolider à tout prix le système financier privé. Dans un premier temps, le ministre des Finances Brian Lenihan se vanta même d’avoir mis en place en Irlande « le plan de renflouement le moins cher du monde ». À mesure que les fondations pourries du secteur bancaire irlandais apparaissaient au grand jour, le coût attendu de la garantie augmenta de manière exponentielle : les estimations réalistes actuelles l’évaluent à entre 50 et 70 milliards d’euros (le PIB irlandais s’élevait en 2008 à un peu plus de 200 milliards d’euros). Cowen et Lenihan rejetèrent les possibilités de mettre fin à la garantie de 2008, alors que la loi le leur permettait puisque trois des banques avaient dissimulé des informations importantes sur leur solvabilité, contrevenant ainsi au Central Bank Act de 1971. Mais comme le remarquait l’économiste Morgan Kelly, cela aurait entraîné une « confrontation désagréable avec la Banque centrale européenne ». Ainsi, « les banques allemandes et françaises, dont la solvabilité est la première préoccupation de la BCE, sont remboursées », tandis que « les hauts dirigeants des banques qui ont provoqué la crise continuent à bénéficier de leurs primes généreuses. Le seul problème est que l’engagement inconditionnel du gouvernement à couvrir les pertes des banques excède très largement la capacité fiscale de l’État irlandais » 10.

13Les politiques gouvernementales en faveur de l’emploi ont fait les frais de cette subvention illimitée aux banques irlandaises et aux porteurs d’obligations européens. Tandis que les économistes des autres pays redoutent ce qui va se passer à l’expiration des diverses mesures de relance, cela n’inquiète guère leurs homologues irlandais puisqu’il n’y a jamais eu chez eux de plan de relance. Pendant les deux premières années de la crise, quinze milliards de dollars ont été soustraits à l’économie par le gouvernement dirigé par le Fianna Fáil dans une série de budgets d’austérité. L’attaque contre le salaire social s’est accompagnée d’une pensée de groupe [groupthink] véhémente pour soutenir que les coupes budgétaires ne sont pas nécessairement désastreuses pour les bénéficiaires des aides sociales : on pouvait encore tailler allégrement dans les dépenses puisque l’Irlande avait été bien trop généreuse pendant les années du boom.

  • 11 Peadar Kirby, « Globalization, the Celtic Tiger and Social Outcomes : Is Ireland a Model or a Mirag (...)

14Ce consensus ne s’embarrasse pas de rassembler des preuves. Pourtant, même au plus fort du boom, la République d’Irlande n’avait pas vraiment de raison de se vanter de ses résultats en matière sociale. Elle était avant-dernière dans le classement général de l’OCDE pour la pauvreté et l’inégalité ; seuls les États-Unis sont derrière elle. L’inégalité s’est aggravée pendant la période de plus forte croissance économique, le nombre de ménages dont les revenus sont inférieurs à la moitié du salaire moyen étant passé de 18 % en 1994 à 24 % en 2001. D’autres indices ont connu une évolution contraire : la part des dépenses sociales dans le PIB s’élevait à 20 % en 1993, mais elle avait chuté à 14 % en 2000, à peine la moitié de la moyenne européenne 11.

  • 12 OCDE Public Management Reviews, Ireland : Towards an Integrated Public Service,Paris, 2008, p. 15-1 (...)
  • 13 Eilis O’Hanlon, « Man of Cloth Recast as just a Jobsworth », Sunday Independent, 21 mars 2010.
  • 14 Fintan O’Toole, « Popular Thinking on Crisis Swept Aside », Irish Times, 13 avril 2010.

15Même l’OCDE, une autorité en matière d’orthodoxie, n’a guère trouvé de viande à rogner sur l’os irlandais lorsqu’elle fut chargée de se pencher sur ses services publics en 2008 : « La croissance annuelle moyenne des dépenses publiques réelles entre 1995 et 2005 était de 5 %, un peu moins que la croissance du PIB réel, qui était de 7,5 %. » Le Fianna Fáil avait déjà diminué la proportion d’employés de la fonction publique par rapport à la population active et la part de la masse salariale globale du secteur public dans le PIB 12. Voilà pour le secteur public « hypertrophié », désormais condamné à une période indéterminée d’austérité, tandis que les médias se déchaînent contre ses employés (un chroniqueur, dont la monomanie est digne d’une meilleure cause, n’a rien trouvé de plus blessant pour évoquer les évêques catholiques qui avaient protégé les pédophiles que de rapprocher leur attitude d’une « mentalité de syndicaliste de la fonction publique de la pire espèce 13 »). La diffamation a pris des proportions telles que même le conseiller économique du gouvernement, Alan Ahearne, a cru devoir émettre des protestations : « Une grande part de la rhétorique des médias sur les salaires et la réforme de la fonction publique relève d’une tentative de certains des commentateurs les moins avisés de détourner l’attention du public de la principale source de nos malheurs économiques. L’état déplorable dans lequel se trouve l’économie irlandaise découle principalement de la bulle immobilière et non de problèmes dans le secteur public. Ce n’est sans doute pas une coïncidence si certains des critiques les plus virulents du secteur public figuraient parmi les partisans les plus éminents du boom immobilier. 14 »

16Les attaques ont repris après l’accord avec l’UE et le FMI. On aurait tort de penser que les nouveaux maîtres de l’économie irlandaise ont poussé le gouvernement de Dublin sur une voie qu’il ne voulait pas suivre : leurs suggestions ont reçu un accueil proche de la jubilation. Quinze milliards d’euros seront encore prélevés sur l’économie irlandaise dans les trois prochaines années, dont six milliards de coupes rien que dans le budget de décembre 2010 de Lenihan. Ce plan, le dernier mis en œuvre par Lenihan, dépassait allégrement les standards mesquins instaurés par ses offres précédentes. À un boom entaché de graves inégalités a succédé une dépression marquée par un retour des valeurs victoriennes de réaction sociale. Si David Cameron et Nick Clegg cherchent un modèle à imiter, ils n’auront pas besoin de regarder très loin.

La fin du parti ?

  • 15 Dick Walsh, The Party : Inside Fianna Fáil, Gill & Macmillan, Dublin, 1986, p. 3.

17L’engagement indéfectible du Fianna Fáil en faveur de la protection d’un système bancaire totalement corrompu et sa détermination impitoyable à faire porter le poids de la crise sur ceux qui se trouvent tout en bas de l’échelle sociale soulèveront bien évidemment des questions sur la nature de cette force politique hégémonique irlandaise – un parti décrit à juste titre comme l’institution laïque la plus importante de l’État irlandais moderne. Dans les années 1980, un historien avait du mal à trouver des exemples européens comparables d’une domination politique aussi extraordinaire : seuls les sociaux-démocrates suédois, les unionistes d’Ulster et la démocratie chrétienne italienne pouvaient être rangés dans la même catégorie 15. Deux décennies plus tard, la DC n’est plus qu’un vague souvenir, les unionistes d’Ulster ont été éclipsés et le SAP est sur les bancs de l’opposition, mais le Fianna Fáil a réussi à se perpétuer une génération encore. Depuis sa première victoire aux élections de 1932, le parti est resté au pouvoir soixante ans sur soixante-dix-neuf. Deux fois seulement, il est passé sous la barre des 40 %, et de très peu dans les deux cas.

  • 16 Les députés irlandais sont élus au scrutin proportionnel à vote unique transférable : dans chaque c (...)

18Bien sûr, le parti trouve son origine dans les conditions difficiles de l’indépendance du pays. Les radicalisations de 1914-1918, en particulier à la suite de la répression brutale de l’insurrection de Pâques 1916, conduisirent à une victoire écrasante des nationalistes républicains du Sinn Féin (« Nous-mêmes ») aux élections législatives britanniques de 1918 ; le parti balaya les autres nationalistes de la Home Rule League, plus conservateurs, et marginalisa les unionistes, soutenus par Londres, en remportant 75 des 105 sièges de la chambre des Communes « irlandaise ». Le leader du Sinn Féin, Éamon De Valera, proclama la République irlandaise en 1919 et entama des négociations avec Londres tandis que la guérilla républicaine harcelait les forces de sécurité britanniques. Le compromis du traité de 1921 – un statut de dominion, avec l’obligation pour les parlementaires de Dublin de prêter le serment d’allégeance au roi d’Angleterre – reconnaissait la partition de l’île ratifiée par le Government of Ireland Act 1920 de Lloyd George : sous la couronne britannique, les six comtés du Nord-Est seraient administrés par Belfast, les vingt-six autres par Dublin. Le traité fut approuvé par le Dáil, le Parlement de Dublin, en 1922, qui institua ainsi l’État libre d’Irlande ; mais il divisa le Sinn Féin. L’aile du parti favorable au traité imposa l’accord à ses adversaires au terme d’une guerre civile dure, quoique relativement brève ; ce même camp créa par la suite le parti conservateur Fine Gael (Race irlandaise), renforcé par un afflux de « Chemises bleues », fascistes, pendant les années 1930. Le reste du Sinn Féin se divisa à nouveau en 1926 lorsque De Valera et ses partisans se réconcilièrent avec le nouveau régime. Ils se regroupèrent sous la bannière du Fianna Fáil (Soldats d’Irlande), qui s’imposa comme le premier parti au Dáil en 1932 et n’a cessé de dominer le paysage politique depuis. En gros, de 1938 à 1989, le Fianna Fáil a généralement remporté plus de 44 % des votes « de première préférence 16 », tandis que le Fine Gael végétait en dessous de 35 % et que l’anémique Irish Labour Party [Parti travailliste irlandais] peinait à atteindre les 15 %.

19L’hégémonie du Fianna Fáil reposait notamment sur l’image populiste soigneusement entretenue par le parti depuis sa formation. Les dirigeants ont souvent affirmé qu’il penchait naturellement vers le centre gauche, lui donnant même le surnom de « Labour d’Irlande », alors qu’il suffit de jeter un coup d’œil à son bilan pour constater qu’il s’agit d’une organisation de centre droit. Pendant les années 1930, la rhétorique du Fianna Fáil avait indéniablement des accents radicaux, ce qui lui assura une base solide chez les petits paysans et dans la classe ouvrière urbaine. Cette base fut ensuite consolidée par des réformes sociales dont les insuffisances auraient paru plus évidentes si elles n’avaient pas bénéficié du contraste avec l’absolue indifférence à la misère sociale du régime précédent. Elle fut également renforcée par le développement habile de réseaux clientélistes qui distribuaient juste ce qu’il fallait pour s’assurer la loyauté et la gratitude personnelles d’une partie des électeurs.

L’absence de la gauche

  • 17 À comparer avec les chiffres de la même époque pour la Norvège (15 %), l’Écosse (14 %) et la Suède (...)

20La tâche du Fianna Fáil fut aussi facilitée par les faiblesses de la gauche irlandaise. Un certain nombre de facteurs structurels pesaient lourdement sur les chances des forces de gauche. L’État du Sud n’avait pratiquement pas d’industrie au moment de l’indépendance et la population urbaine n’y fut majoritaire qu’à partir de la seconde moitié du xxe siècle. Une émigration vertigineuse dispersa les mécontents potentiels en Grande-Bretagne, en Australie ou aux États-Unis : pendant les années 1920, 43 % de la population née en Irlande vivait hors du pays 17. La culture religieuse conservatrice était particulièrement forte du fait de ses liens très anciens avec l’identité nationale et la résistance à l’oppression (la Pologne est peut-être le seul pays immédiatement comparable de ce point de vue). Mais si ces facteurs ont assurément pesé très lourd, ils n’étaient peut-être pas nécessairement insurmontables. Après tout, de grands mouvements de gauche sont nés dans des pays caractérisés par des églises réactionnaires puissantes, une population majoritairement paysanne ou une vie politique dominée par la question nationale. La gauche irlandaise n’avait peut-être pas une très bonne main mais elle a souvent joué ses cartes avec une maladresse toute particulière.

21Pour expliquer cette situation, il faut remonter là aussi aux problèmes du mouvement indépendantiste. En 1919, tandis que dans toute l’Europe, de Moscou à Versailles, résonnaient les revendications de souveraineté nationale, le Sinn Féin, qui avait reçu un mandat sans équivoque du peuple, était confronté à un adversaire gravement affaibli par la lassitude de la guerre, les conflits ouvriers et la crise économique ; l’unionisme, en tant que force nationale hégémonique, était fini. Comment expliquer dès lors que le mouvement irlandais se soit incliné si rapidement, acceptant la partition et le statut de dominion au lieu de poursuivre la lutte jusqu’à ce qu’il parvienne à une issue plus favorable ? L’un des facteurs cruciaux fut la division entre la direction politique et la direction militaire du mouvement, qui est demeurée très longtemps une donnée importante de la politique républicaine irlandaise – un schisme qui aurait bien surpris les révolutionnaires cubains ou vietnamiens. On peut l’expliquer en partie en remontant aux origines du mouvement irlandais, plus proche des idéaux de 1848 que des révoltes anticoloniales d’inspiration socialiste qui ont ébranlé le xxe siècle.

22Le leader fenian James Stephens (1825-1901) fut l’un des révolutionnaires les plus compétents de son temps ; formé à l’école de la clandestinité des républicains parisiens, il hérita de leur approche conspiratrice, blanquiste, de la révolution. C’est pourquoi le soulèvement raté de 1867 ne fut pas à la hauteur du mouvement remarquable que Stephens avait organisé.

23Pendant les décennies suivantes, Michael Davitt rompit partiellement avec ce modèle politique en engageant une partie du mouvement fenian dans une activité politique à découvert avec la Land League [Ligue de la terre]. Mais Davitt fut frappé d’anathème par l’Irish Republican Brotherhood [Fraternité républicaine irlandaise], majoritaire, qui tenait au principe d’une organisation secrète fondée sur le serment ; et il ne parvint pas à empêcher Charles Parnell de recueillir les bénéfices politiques de la campagne de la Land League pour sa Home Rule League et de l’utiliser pour cimenter son alliance avec Gladstone au palais de Westminster. Ainsi se referma la possibilité d’une campagne politique de masse qui aurait cessé de respecter les convenances de l’ordre constitutionnel britannique.

24À la veille de la Grande Guerre, l’IRB était une secte minuscule qui n’avait pas le moindre poids ; les autorités britanniques considéraient sans doute le syndicat Irish Transport & General Workers Union (ITGWU) de Jim Larkin et James Connolly comme une menace bien plus considérable pour l’ordre établi. La crise du Home Rule qui précéda immédiatement la Première Guerre mondiale offrit aux républicains la possibilité de prendre la direction d’un véritable mouvement de masse – les Irish Volunteers, créés pour défendre l’autonomie irlandaise contre la violence de la résistance unioniste – par le biais de toutes sortes d’intrigues ourdies dans le dos de leurs membres. Ainsi, et l’exemple est typique de la conception de la politique de l’IRB, de nombreux Volunteers ne savaient pas qu’ils participaient à une insurrection contre le gouvernement britannique jusqu’à ce qu’ils rejoignent leur poste le jour de l’insurrection de Pâques. Elle fut écrasée et Michael Collins assimila les leçons militaires de 1867 et 1916 en rompant avec la conception statique de la guerre révolutionnaire qui avait conduit à la défaite dans les deux cas. Son usage novateur de la guérilla constitua un modèle qui fut étudié de près par les mouvements anticoloniaux en Asie et en Afrique. Mais les chefs de l’IRA qui suivirent la tactique de guérilla de Collins lorsque la lutte reprit ignorèrent généralement le champ politique, qu’ils laissaient à des hommes comme De Valera et Arthur Griffith, qui, de leur côté, auraient préféré voir l’IRA se présenter bravement au combat, et se faire massacrer, pour qu’elle soit reconnue comme une armée bourgeoise distinguée et non une bande de voyous et de chenapans.

25En confiant à des hommes de ce type la responsabilité de mener les négociations avec la Grande-Bretagne, le mouvement indépendantiste était sûr de se faire avoir. Les républicains comprenaient encore moins la nécessité de la résistance industrielle à la Grande-Bretagne, qui s’avéra si importante : la grève générale contre la conscription, le soviet de Limerick et le boycottage de l’armée britannique par les cheminots furent tous organisés par le mouvement ouvrier. Les républicains orthodoxes conclurent seulement que les ouvriers n’avaient fait que leur devoir en tant que patriotes irlandais et n’en tirèrent aucune conclusion sur la dimension de classe de la lutte anti-impérialiste.

26Il n’y avait rien d’inattendu à ce que les notables irlandais, qui étaient passés du parti du Home Rule au Sinn Féin dès qu’ils eurent compris que l’on ne pouvait plus rien faire contre la vague nationaliste, acceptent un accord largement en deçà des objectifs républicains : leur principale préoccupation en 1920-1921 était de mettre en place une nouvelle autorité politique capable de résister à l’agitation paysanne et ouvrière et de défendre leur place dans la hiérarchie sociale. Il était hors de question pour eux de risquer de nouveaux conflits à cause de la partition ou du serment d’allégeance. Il ne faut ni s’en étonner ni le déplorer ; ce qui est frappant en revanche, c’est que les républicains anti-traité n’aient pas compris ce qu’il se passait. Dans le camp des opposants au traité, quelques socialistes avaient conscience de la nature de classe de la division, et le chef de l’IRA Liam Mellows n’était pas loin de la percevoir également lorsqu’il identifia les gens « qui ont des intérêts dans le pays » [« stake in the country » people] comme la base du soutien au traité – avant d’être exécuté par l’État libre en 1922. L’attitude de Liam Lynch, chef d’état-major de l’IRA, fut plus commune : lorsque le tout jeune parti communiste irlandais lui demanda d’adopter une plateforme de revendications politiques et économiques qui devait permettre une division de l’opinion selon des critères de classe, Lynch répondit simplement que lui était un soldat, pas un homme politique, et il poursuivit une résistance purement militaire et morale au traité qui ne pouvait qu’échouer.

27Les républicains n’étaient pas les seuls responsables de cette stratégie vouée à l’échec. Après l’exécution de Connolly pour son rôle dans l’insurrection de Pâques, ses successeurs potentiels à la tête de l’ITGWU et de l’Irish Labour Party se sont totalement dérobés à leur responsabilité de porte-parole d’une classe ouvrière indépendante. Leur incapacité à contester les élections de 1918 ne fut que la première d’une longue série de capitulations devant le nationalisme bourgeois, couronnée par le soutien du Labour au gouvernement pro-traité (Larkin était alors emprisonné à New York pour ses activités antiguerre et incapable d’influer sur le cours des événements jusqu’à son retour en Irlande). Il est difficile de croire, comme certains historiens radicaux l’ont affirmé, que l’Irlande aurait pu connaître à l’époque une révolution socialiste si les dirigeants syndicaux s’étaient mieux comportés. Mais il n’est sans doute pas totalement déraisonnable d’imaginer qu’un mouvement de gauche plus fort aurait pu émerger, qui aurait joué un grand rôle dans l’opposition au traité. Cela aurait donné une tout autre orientation à la politique du nouvel État.

Laborieux travaillistes

  • 18 C’est-à-dire en moyenne trois ans par décennie depuis la fin de la guerre : 1948-1951 ; 1954-1957 ; (...)

28La conduite du Labour pendant cette période a donné le ton des quatre-vingts ans et quelques qui ont suivi. Dire que le bilan du Labour irlandais est aussi maigre que celui de son homologue britannique est encore trop gentil. Ainsi, pendant les années 1940, lorsque le gouvernement Attlee était au pouvoir en Grande-Bretagne, les dirigeants du Labour irlandais s’inquiétaient qu’on puisse penser que les deux Labours aient quelque chose en commun et que leur parti soit associé au dangereux radicalisme d’Attlee et Bevin. L’Irish Labour Party a choisi de ramper devant le conservatisme de la scène politique même si ses propres chances de réussite devaient pâtir de cette servilité. En règle générale, il a tenu lieu de partenaire de coalition silencieux dans les gouvernements conservateurs du Fine Gael pendant les brefs passages du Fianna Fáil dans l’opposition 18.

  • 19 Pour une excellente synthèse sur le sujet, lire Niamh Puirséil, The Irish Labour Party 1922-73, Uni (...)
  • 20 Paul Bew, Ellen Hazelkorn et Henry Patterson, The Dynamics of Irish Politics, Lawrence & Wishart, L (...)

29À deux occasions, le Labour s’est présenté comme une force de gauche et a affronté les deux partis conservateurs avec un programme différent : dans les années 1940 puis dans les années 1960. Dans les deux cas, il a remporté des victoires électorales importantes, en devenant le premier parti, devant le Fianna Fáil, à Dublin ; dans les deux cas, l’expérience a fini par échouer lamentablement. Dans les années 1940, le Labour capitula devant le chantage d’un groupe de dissidents de droite orchestré par des éléments réactionnaires du mouvement syndical, élimina ses membres les plus dynamiques et rentra sagement au bercail. Dans les années 1960, les dirigeants du parti se livrèrent à des manipulations électorales éhontées pour renverser une ligne de gauche qui avait valu au parti les scores les plus élevés de son histoire, avant de bâtir une alliance avec le Fine Gael qui aboutit à un effondrement du vote travailliste 19. Ces expériences suggèrent que la déférence constante du Labour envers l’idéologie conservatrice n’était pas le fruit d’une adaptation malheureuse mais inévitable à des circonstances sur lesquelles il n’était pas en mesure d’influer, comme ses dirigeants le prétendent généralement. La timidité du parti a compromis ses propres chances et renforcé le conservatisme de l’Irlande. Elle fut aussi très précieuse au Fianna Fáil, dont les dirigeants ne sont que trop heureux de pouvoir brocarder le Labour pour sa modération et sa respectabilité. Seán Lemass avait un goût particulier pour les railleries de ce type : « Je comprends, d’après ce que nous dit le député Tully, qu’on a accusé le Labour de devenir “rouge”, ce qui le blesse terriblement. Qu’il me soit permis de me désolidariser d’emblée d’un tel soupçon. Le Labour est, et a toujours été, le parti le plus conservateur de notre communauté. Loin de devenir “rouge”, le Labour ne devient rien du tout. […] Le Labour est une force politique gentille, respectable, docile, inoffensive – la force la plus inoffensive qu’on ait jamais vue dans un parlement. 20 »

30En réalité, chaque fois que le Fianna Fáil a dû faire face à un concurrent de gauche sérieux, que ce soit le Labour ou d’autres forces, il a immédiatement abandonné sa posture de « centre gauche » et montré ses dents de formation fondamentalement conservatrice. Si, comme la plupart des mouvements nationalistes, il se disait au-dessus des divisions de classe mesquines, pendant les deux premières décennies de son existence le Fianna Fáil ne faisait pas mystère de son objectif de protéger la bourgeoisie locale derrière un mur de barrières douanières et d’atténuer l’asservissement irlandais au capital britannique. Après sa rupture avec le protectionnisme dans les années 1950, cet objectif fut rabaissé : la priorité était désormais d’augmenter le PIB par le développement des investissements étrangers et des marchés d’exportation.

31Le style de la direction du parti s’est aussi énormément modifié pendant la même période, du traditionalisme austère de De Valera à l’opulence de Charles Haughey, qui a pris les rênes du Fianna Fáil à la fin des années 1970. Puisque s’enrichir était désormais un devoir patriotique pour les capitaines d’industrie irlandais, on pouvait difficilement reprocher à Haughey d’en conclure qu’il devait, lui aussi, choisir un mode de vie digne d’un dirigeant du pays. Mais les scandales de corruption qui l’ont rattrapé mirent en péril l’image populiste du Fianna Fáil, qui ne pouvait pas se permettre trop de révélations sur des enveloppes remplies de billets. Pour réparer les dégâts de l’ère Haughey, ses successeurs ont cherché à donner une nouvelle image du parti en faisant de Bertie Ahern son nouvel homme fort en 1994. Politicien habile capable de parler pendant des heures sans donner la moindre information, Ahern se créa un personnage d’homme simple pour se distinguer de Haughey et prétendit même être l’un des derniers socialistes du monde politique irlandais. Mais l’opération de nettoyage n’a pas empêché le pouvoir de l’argent d’orienter les décisions au sommet de l’État : les transactions grossières des années Haughey furent simplement remplacées par une relation plus efficace entre les élites politiques et économiques, selon les pratiques éprouvées des démocraties capitalistes occidentales. Dans un langage clair – qu’Ahern s’est donné tant de mal à éviter –, le Fianna Fáil a remplacé la subornation trouble et personnalisée de l’ère Haughey par une corruption systématique et organisée, faisant preuve d’une servilité rare, même pour l’époque, envers le monde des affaires.

32Cette orientation de classe fondamentale détermina la politique du Fianna Fáil pendant les années du Tigre. Depuis la dépression, elle a été scrutée comme jamais auparavant et la hiérarchie du parti doit regretter amèrement l’insouciance de la grande époque. Lire que 40 % des dons au parti entre 1997 et 2007 venaient des entrepreneurs du bâtiment et des promoteurs immobiliers est une chose. Mais c’en est une autre que d’assister à une démonstration théâtrale du lien entre le monde politique et celui des affaires qui serait jugée effroyablement didactique si elle était jouée par une troupe d’agit-prop brechtienne : je veux parler du chapiteau du Fianna Fáil pendant les courses hippiques de Galway, rempli d’un casting plaisamment vulgaire d’acteurs du secteur du bâtiment irlandais, tout prêts à signer un nouveau chèque pour leurs bienfaiteurs politiques. Alors qu’on croule sous les témoignages sur la relation lamentable entre le Fianna Fáil et le complexe banques-industrie du bâtiment, peu de gens sont disposés à croire à sa version officielle de la gestion de la crise. Brian Cowen ferait sans doute n’importe quoi pour que le public n’ait jamais su qu’il appelait Seán Fitzpatrick, l’ancien président de l’Anglo Irish Bank, personnage haï dans tout le pays pour sa corruption et sa duplicité, par son petit nom, « Seánie ».

  • 21 En 1981, moins de 40 % des électeurs n’avaient pas d’attachement fixe à un parti ; en 2002, ce chif (...)

33L’hégémonie politique ininterrompue du Fianna Fáil pendant les vingt dernières années a masqué la mutation de sa base partisane, les loyautés tribales ancestrales de la génération précédente ayant fait place à une adhésion beaucoup plus pragmatique 21. Après avoir bénéficié par hasard d’une réputation de compétence en revenant au pouvoir au moment où l’économie irlandaise trouvait son rythme de croisière, le Fianna Fáil fut reconduit en 2007 par un électorat inquiet pour l’avenir et soucieux de ne pas faire de vagues. Maintenant que plus personne ne croit à la sûreté ni à la propreté de ses mains, le parti est bien mal en point. Il a souvent puisé ses forces dans un clientélisme profondément enraciné dans le système irlandais, faisant preuve d’un art consommé de la politique de clocher. Mais cette ressource ne devrait plus suffire à un moment où toutes les préoccupations locales doivent être considérées à la lumière de la crise nationale.

2. Le maillon faible de l’Europe ?

  • 22 Anne Lucey, « Europe “Amazed” at Steps Taken in Budget : Lenihan », Irish Times, 27 avril 2009.
  • 23 Helena Smith, « Athens Protest : “We Are at War with Them, as They Are with Us” », Guardian, 10 fév (...)

34Début 2009, après trois mois de crise, Brian Lenihan se sentait suffisamment sûr de lui pour déclarer : « Les mesures que nous avons prises ont impressionné nos partenaires en Europe, qui sont ébahis par les efforts que nous acceptons. En France, vous auriez des émeutes si vous essayiez de faire la même chose. 22 » C’est un jugement comparable sur le caractère irlandais – avec une valeur tout autre – qui faisait scander aux manifestants grecs : « Nous ne sommes pas l’Irlande, nous résisterons. 23 » En attendant, les actions du gouvernement Lenihan peuvent clairement apparaître comme une façon de tester son droit à la destruction. Mais jusqu’ici, l’agitation sociale est restée minime, absolument insuffisante en tout cas pour imposer un changement de politique gouvernementale.

35On a déjà évoqué les faiblesses dont la gauche irlandaise a hérité. Même si nombre des facteurs qui expliquaient cette fragilité font désormais partie de l’histoire, il reste qu’elle ne peut pas s’appuyer sur une tradition de lutte comparable à celles de la Grèce et du Portugal. La combativité du mouvement syndical a été sapée par deux décennies d’un corporatisme rebaptisé « partenariat social » [social partnership]. Pour les dirigeants patronaux, le système de partenariat était un moyen pratique de limiter les augmentations de salaire à un moment où le chômage était trop bas pour constituer un moyen de pression. Mais le plus précieux fut son effet anesthésiant sur les travailleurs syndiqués, les syndicats ayant renoncé à se voir comme un mouvement social avec une vision propre, radicale et incompatible avec les forces dominantes de la société irlandaise. La contrepartie pour les syndicats fut extrêmement maigre : la République n’a même pas adopté de loi sur la reconnaissance des syndicats et les années de « partenariat » ont vu une constante érosion de la syndicalisation dans le secteur privé.

36Maintenant que le chômage a recommencé à discipliner les travailleurs plus efficacement que n’importe quel accord national, le capitalisme irlandais a décidé de lancer une attaque frontale contre les derniers bastions du mouvement syndical. La hiérarchie des syndicats, dans sa quasi-totalité, a refusé de l’admettre et les mobilisations momentanées [stop-start], censées leur permettre de revenir à la table des négociations, ont été ignorées par le gouvernement. Chaque appel à manifester – en particulier récemment après l’accord avec l’UE et le FMI – a donné lieu à une participation massive, suivie de plusieurs mois d’inactivité. La composante europhile du mouvement syndical devra également se débarrasser de ses illusions sur le rôle progressiste de l’Union européenne pour que naisse une véritable opposition au programme d’austérité dicté par Bruxelles. La gauche radicale, qui voudrait mener une campagne plus soutenue contre celui-ci, bénéficie d’une audience très limitée dans la société irlandaise et s’est montrée incapable de mobiliser largement sans le soutien de la direction des grands syndicats.

  • 24 Stephen Collins, « Fianna Fáil Facing Meltdown », Irish Times, 16 décembre 2010.

37À présent, tous les regards sont tournés vers les prochaines élections législatives. Le gouvernement Cowen a sombré dans des conditions grotesques et son successeur – inconnu au moment où j’écris cet article – n’aura pas le temps de réparer les dégâts. On mesure le déclin du Fianna Fáil au fait qu’un score de 20 % serait aujourd’hui considéré comme une résurrection : à tout autre moment de l’histoire du parti depuis sa première arrivée au pouvoir, ce résultat aurait été accueilli avec l’horreur que les chrétiens conçoivent pour l’Apocalypse. Les premiers sondages réalisés après l’accord avec l’UE et le FMI le plaçaient en quatrième position, à 13 %, derrière le Fine Gael, le Labour et le Sinn Féin. Compte tenu de l’ampleur du soutien au Fianna Fáil dans l’ensemble de la société tout au long de son histoire, cette faillite annoncée donnera lieu à une redistribution des votes sur l’ensemble du spectre politique. Un système partitaire qui était demeuré étonnamment stable depuis les années 1930 s’apprête à connaître un bouleversement et une réorganisation sans précédent. Cette réorganisation ne sera pas nécessairement favorable à la gauche : tout dépendra des stratégies qu’adopteront ses différentes composantes. Au moment où j’écris cet article, le Labour semble en mesure d’obtenir son plus haut score depuis la fondation de l’État, dépassant le Fianna Fáil. Comme l’a noté l’éditorialiste politique de l’Irish Times : « Si on additionne les voix du Labour, du Sinn Féin et des candidats indépendants, on arrive à un total de 51 %, ce qui permet d’envisager la possibilité d’un bloc de gauche dirigé par le Labour, qui serait une alternative à une coalition Fine Gael-Labour. 24 » La montée du Labour s’avérera certainement être davantage un symptôme qu’un facteur de changement : le passif du parti comme ses orientations actuelles suggèrent qu’il préférera la voie traditionnelle d’une coalition avec le Fine Gael à une tentative de former le premier gouvernement irlandais à la gauche du centre. Le Labour s’est positionné comme le principal opposant à la politique d’austérité du Fianna Fáil, ce qui lui a valu quelques réprimandes de la part des commentateurs politiques qui l’ont taxé de « populisme » et d’« irréalisme ». La direction du parti a déjà commencé à louvoyer pour répondre à ses critiques et devrait continuer une fois au pouvoir.

Quatrième bloc

  • 25 Comme l’a noté un sympathisant du Fianna Fáil, « il semble que la colère contre l’establishment ou (...)

38L’issue du scrutin la plus probable est une coalition Fine Gael-Labour dotée d’une solide majorité, contestée d’un côté par un Fianna Fáil démoralisé et discrédité et de l’autre par un « quatrième bloc » à la gauche du Labour, auquel de récents sondages ont pu redonner espoir 25. La situation est peut-être prometteuse pour la gauche, mais cela dépendra beaucoup de la taille du « quatrième bloc » et de la force relative de ses composantes hétérogènes, qui vont, idéologiquement, de la social-démocratie au trotskisme. Quelle que soit sa taille, sa principale composante sera le Sinn Féin : le parti s’attend à obtenir son meilleur résultat dans le Sud depuis la scission avec De Valera dans les années 1920.

39Le Sinn Féin fut le seul parti du Dáil à s’opposer catégoriquement à l’accord avec l’UE et le FMI et il a présenté un programme franchement à gauche à la suite de la dernière crise. Bien qu’il soit souvent dénoncé comme une organisation « marxiste » par les éditorialistes conservateurs, sa nature idéologique est bien plus ambiguë et contradictoire que ne le laisse penser une telle étiquette. Il y a eu de multiples tentatives pour conjuguer le socialisme et le républicanisme depuis la défaite des forces anti-traité pendant la guerre civile. Les organisations les plus importantes à la gauche de la social-démocratie, du Republican Congress des années 1930 au Workers Party des années 1980, sont toutes nées de cette supposée synthèse. Le goût du complot et du militarisme propre à la tradition républicaine a souvent fait capoter ces tentatives, tandis que la priorité de l’engagement à terminer la révolution nationale a incité les républicains de gauche à reporter la lutte pour le socialisme jusqu’à la victoire de « la République ».

  • 26 Plusieurs dirigeants importants de l’ANC se sont rendus à Belfast pour soutenir la direction du Sin (...)
  • 27 L’une d’elles – le dirigeant du Sinn Féin de Dublin – a publié récemment un commentaire passionnant (...)

40En Irlande du Nord, sous la direction de Gerry Adams, le Sinn Féin a généralement suivi cette dernière voie : sa proximité avec le Congrès national africain (ANC) lui a permis de légitimer une stratégie qui dispense le mouvement de toute obligation de poursuivre des objectifs socialistes au nord de la frontière 26. Mais les militants du Sud ont eu tendance à conserver une position franchement à gauche et, dans le spectre politique saturé du Sud, le parti a trouvé sa place à la gauche du Labour, gagnant du terrain dans les cités ouvrières de Dublin abandonnées par un parti en quête de respectabilité blairiste. Plusieurs personnalités du parti de Dublin ont exprimé des critiques certes formulées prudemment mais virulentes contre la direction du Nord après les élections législatives décevantes de 2007 27. Le Sinn Féin est le seul parti présent dans toute l’Irlande disposant d’une base importante dans les deux États. La difficulté à concilier ses interventions dans des paysages politiques radicalement différents est désormais particulièrement visible, puisque le parti dénonce au Sud des coupes budgétaires qu’il met en œuvre au Nord : l’élasticité des formules sur la « révolution démocratique nationale » empruntées à ses alliés est en train d’atteindre ses limites. Il est difficile de prédire ce que le Sinn Féin fera de son mandat renforcé après les élections : si les forces plus radicales réunies dans l’United Left Alliance – majoritairement trotskistes idéologiquement, en particulier les sections irlandaises de l’ancienne Militant Tendency et du Socialist Workers Party, qui sont assez influentes dans certaines parties du pays – obtiennent de bons résultats, elles renforceront la pression pour maintenir le cap à gauche. Mais il faudra surtout mettre fin à la passivité qui suscitait l’admiration béate de Lenihan si la crise du Fianna Fáil doit se transformer en crise des politiques conservatrices en général.

Perspectives

  • 28 TASC, Response to Budget 2011, Dublin, 2010, p. 3-4.

41Si le Labour et le Fine Gael ont attaqué les termes de l’accord conclu par le Fianna Fáil avec les créanciers étrangers de l’Irlande, le plus probable est que le nouveau gouvernement allègue son impuissance à les changer une fois au pouvoir. Si c’est le cas, une autre crise est inévitable dans l’année qui vient. L’accord avec l’UE et le FMI ne peut pas fonctionner, même s’il est respecté scrupuleusement. En dehors même de la souffrance sociale qu’il imposera à toute une frange de la population, son issue probable est la ruine totale de l’économie irlandaise. Ajouter le poids de taux d’intérêts punitifs à un État qui lutte déjà pour maintenir la tête hors de l’eau conduira à un effondrement assuré. Les projections de croissance sur lesquelles se fonde le dernier plan du gouvernement n’ont pas la moindre vraisemblance. Comme le think tank TASC l’a montré dans son analyse du budget de décembre de Lenihan : « Le Department of Finance prévoit une augmentation du PIB d’1,7 % en 2011 et de 3 % en moyenne sur la période 2012-2014. Ces chiffres de croissance se fondent sur la prévision d’une augmentation des exportations de 4,6 % par an en moyenne, alors même que nos principaux partenaires commerciaux devraient connaître des taux de croissance deux fois plus faibles. Compte tenu du surendettement massif, de la fragilité du secteur bancaire et des difficultés d’accès au crédit qui vont continuer à peser sur l’économie intérieure, on ne voit pas bien ce qui pourrait permettre à l’Irlande de faire mieux que les autres économies développées. […] Si la croissance est inférieure aux projections du Department of Finance, le déficit public global sera toujours plus faible que la croissance nominale en 2014 et le ratio d’endettement continuera à augmenter de façon intenable. 28 »

  • 29 David McWilliams, « Bailout Will Sink Ireland before We Can even Swim », Irish Independent, 1er déc (...)

42Comme l’ont déjà noté les experts indépendants en Irlande et à l’étranger, l’Irlande se dirige vers un défaut souverain 29. La seule manière de s’en sortir, pour l’économie irlandaise mais aussi pour l’économie européenne, c’est d’imposer une perte aux porteurs d’obligations qui se sont livrés à des activités commerciales spéculatives et s’attendent à une compensation illimitée financée par les fonds publics pour leurs pertes au jeu. Si les pertes subies par les banques privées étaient exclues de la dette publique, l’Irlande aurait de bonnes chances de stabiliser ses finances dans les prochaines années. Tant que cette mesure n’est pas prise, les perspectives de redressement seront insignifiantes. S’ils avaient eu l’heur de disposer d’un minimum de courage et de perspicacité, les hommes au pouvoir à Dublin auraient ouvert la voie à Lisbonne, Athènes et Madrid, invitant leurs camarades PIGS [Portugal, Ireland, Greece, Spain] à former un bloc au sein de l’UE pour contester le principe ruineux de la satisfaction à tout prix des porteurs d’obligations. Au lieu de quoi, ils ont passé toute l’année dernière à assurer à leurs citoyens que « l’Irlande n’était pas la Grèce » – jusqu’à ce que le Premier ministre grec se sente obligé d’affirmer que « la Grèce n’était pas l’Irlande ». Il est désormais un peu tard pour former de telles alliances. Mais sans elles, la liste des condamnés s’étendra sans doute bien au-delà de la périphérie de l’eurozone.

Le résultat des élections du 25 février 2011 [nde]

43Le 25 février 2011, le parti Fine Gael est devenu pour la première fois de l’histoire la première force politique du pays en recueillant 36,1 % des voix (76 députés sur 166). Le Labour en obtenait 19,4 % (37 députés), retrouvant son plus haut niveau de 1992. Le Fianna Fáil était relégué en troisième position avec 17,4 % des suffrages (20 députés) et ses alliés du Green Party disparaissaient du Parlement avec 1,8 % des votes. De son côté, le Sinn Féin recueillait 9,9 % (14 députés), l’United Left Alliance 2,7 % (5 députés), tandis que les candidats indépendants se partageaient les 12,6 % (et 14 députés) restants.

Notes

1 Thomas Friedman, « Follow the Leapin’ Leprechaun », New York Times, 1er juillet 2005 ; George Osborne, « Look and Learn from across the Irish Sea », The Times,23 février 2006.

2 Le chancelier de l’Échiquier britannique est l’équivalent du ministre des Finances. [ndt]

3 « Was it for this ? », Irish Times, éditorial, 18 novembre 2010.

4 David Hegarty, « Framework for the Evaluation of the Structural Funds in Ireland », National Development Plan/Community Support Framework Evaluation Unit, Dublin, 2003.

5 Denis O’Hearn, « Macroeconomic Policy in the Celtic Tiger : A Critical Reassessment », in Colin Coulter et Steve Coleman (dir.), The End of Irish History ? Critical Reflections on the Celtic Tiger, Manchester University Press, 2003, p. 38.

6 Fintan O’Toole, After the Ball, New Island, Dublin, 2003, p. 162.

7 Kieran Allen, Ireland’s Economic Crash, The Liffey Press, Dublin, 2009, p. 36.

8 Peadar Kirby, Celtic Tiger in Collapse : Explaining the Weaknesses of the Irish Model, Palgrave Macmillan, Basingstoke, 2010. p. 35.

9 Ibid.,p. 41, et Kieran Allen, Ireland’s Economic Crash, op. cit., p. 44. L’emploi dans les services financiers augmenta de 43 % sur la même période, tandis que l’emploi industriel diminuait de 9 %.

10 Morgan Kelly, « If You Thought the Bank Bailout Was Bad, Wait until the Mortgage Defaults Hit Home », Irish Times, 8 novembre 2010.

11 Peadar Kirby, « Globalization, the Celtic Tiger and Social Outcomes : Is Ireland a Model or a Mirage ? », Globalizations, décembre 2004, p. 216.

12 OCDE Public Management Reviews, Ireland : Towards an Integrated Public Service,Paris, 2008, p. 15-16.

13 Eilis O’Hanlon, « Man of Cloth Recast as just a Jobsworth », Sunday Independent, 21 mars 2010.

14 Fintan O’Toole, « Popular Thinking on Crisis Swept Aside », Irish Times, 13 avril 2010.

15 Dick Walsh, The Party : Inside Fianna Fáil, Gill & Macmillan, Dublin, 1986, p. 3.

16 Les députés irlandais sont élus au scrutin proportionnel à vote unique transférable : dans chaque circonscription plurinominale, les votes « excédentaires » des candidats élus ou éliminés sont transférés aux autres candidats en fonction de l’ordre de préférence des électeurs. Ce mode de scrutin fut introduit par les Britanniques en 1920, la protection des minorités étant alors jugée impérative (comme pendant la transition post-apartheid en Afrique du Sud).

17 À comparer avec les chiffres de la même époque pour la Norvège (15 %), l’Écosse (14 %) et la Suède (11 %). Lire Terence Brown, Ireland : A Social and Cultural History, 1922-2002, Harper Collins, Londres, 2004, p. 10. Comme le remarque Brown : « La diaspora irlandaise continue, depuis la Famine, a maintenu la population globale du pays à un niveau à peu près stable pendant pratiquement toute la période contemporaine. »

18 C’est-à-dire en moyenne trois ans par décennie depuis la fin de la guerre : 1948-1951 ; 1954-1957 ; 1973-1977 ; 1982-1987 ; 1994-1997.

19 Pour une excellente synthèse sur le sujet, lire Niamh Puirséil, The Irish Labour Party 1922-73, University College Dublin Press, 2007. Après avoir abandonné sa ligne anti-coalition et participé à deux gouvernements dirigés par le Fine Gael, le score national du Labour passa de 17 % en 1969 à 6 % en 1987 – avec un plongeon de 28 à 7 % dans la capitale.

20 Paul Bew, Ellen Hazelkorn et Henry Patterson, The Dynamics of Irish Politics, Lawrence & Wishart, Londres, 1989, p. 142.

21 En 1981, moins de 40 % des électeurs n’avaient pas d’attachement fixe à un parti ; en 2002, ce chiffre atteignait 75 %. Lire Kieran Allen, Ireland’s Economic Crash, op. cit., p. 31.

22 Anne Lucey, « Europe “Amazed” at Steps Taken in Budget : Lenihan », Irish Times, 27 avril 2009.

23 Helena Smith, « Athens Protest : “We Are at War with Them, as They Are with Us” », Guardian, 10 février 2010. J’ai entendu une variation sur le même thème par la bouche d’un syndicaliste lors d’un meeting : « Je pense que vous connaissez tous la plaisanterie : quelle est la différence entre l’Islande et l’Irlande ? Une lettre et six mois. Mais la vraie différence est la suivante : ils ont fait tomber le gouvernement et pas nous. »

24 Stephen Collins, « Fianna Fáil Facing Meltdown », Irish Times, 16 décembre 2010.

25 Comme l’a noté un sympathisant du Fianna Fáil, « il semble que la colère contre l’establishment ou l’envie de changement d’une partie de l’électorat, en particulier chez les jeunes, l’incite à se tourner de plus en plus vers d’autres alternatives au-delà du Labour Party. […] Les candidats du “quatrième bloc” ont obtenu plus d’un demi-quota dans plus d’un tiers des 43 circonscriptions en 2007, ce

qui signifie qu’il ne lui manque pas beaucoup pour réaliser une véritable percée » (Noel Whelan, « SF and Left-wing Independents Set to Burst out of Blocs », Irish Times, 11 décembre 2010).

26 Plusieurs dirigeants importants de l’ANC se sont rendus à Belfast pour soutenir la direction du Sinn Féin aux moments les plus cruciaux du processus de paix ; cette proximité entre les deux organisations ne fait que prolonger une relation qui existe depuis les années 1980 mais elle constitue un motif d’irritation constant pour les hommes politiques conservateurs qui pensent que c’est eux que les « hommes d’État » de l’ANC devraient rencontrer.

27 L’une d’elles – le dirigeant du Sinn Féin de Dublin – a publié récemment un commentaire passionnant sur le républicanisme et la gauche dans l’Irlande moderne, remarquable tant pour les critiques voilés qu’il exprime à l’égard de son parti que pour ses réflexions stimulantes sur les difficultés de la gauche irlandaise : Eoin Ó Broin, Sinn Féin and the Politics of Left Republicanism, Pluto Press, Londres, 2009.

28 TASC, Response to Budget 2011, Dublin, 2010, p. 3-4.

29 David McWilliams, « Bailout Will Sink Ireland before We Can even Swim », Irish Independent, 1er décembre 2010 ; Wolfgang Munchau, « Will it Work ? No. What Can Ireland Do ? Remove the Bank Guarantee and Default », Irish Times, 2 décembre 2010.

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Finn, « Irlande : le tournant ? », revue Agone, 49 | 2012, [En ligne], mis en ligne le 22 octobre 2014. URL : http://revueagone.revues.org/1108. Consulté le 23 novembre 2014. DOI : 10.4000/revueagone.1108

Auteur

Daniel Finn

Daniel Finn est chercheur à l’université de Cork, spécialiste de la gauche républicaine irlandaise. Il contribue régulièrement à l’Irish Left Review et est membre de l’équipe de rédaction de la New Left Review.

Droits d'auteur

© Editions Agone