Navigation – Plan du site
Numéros
49 | 2012
Crise financière globale ou triomphe du capitalisme?

La crise 2.0

Robin Blackburn
Traduction par Jean-Yves Bart
p. 99-133

Résumé

Nous allons revenir en détail sur certaines des « mesures de sauvetage » déjà mises en œuvre et faire un tour d’horizon des déboires de ce monde de crise 2.0, dans lequel gouvernements, ménages et acteurs de la finance s’efforcent tous de réduire leur niveau d’endettement. Les résultats de cette situation sont sans appel : stagnation, chômage, démantèlement de l’État-providence et arrivée de coalitions de technocrates sans mandat électoral. Des stratégies de résistance doivent être mises en œuvre pour traiter efficacement les causes sous-jacentes de la crise. Nous appelons de nos vœux une expansion de la demande globale rendue possible par la hausse des rémunérations dans les pays à bas salaires, des annulations de dettes dans les pays pauvres comme dans les plus riches, de nouveaux mécanismes de protection sociale et des structures financières mises au service de l’intérêt public.

Notes de la rédaction

Texte original « Crisis 2.0 », NLR II-72, novembre-décembre 2011.

Notes de l'auteur

Le traducteur remercie Paul Lagneau-Ymonet (Paris-Dauphine, IRISSO) pour sa relecture attentive du texte.

Texte intégral

1De toute évidence, le resserrement du crédit [credit crunch] de 2007 a débouché sur une crise tenace et de grande ampleur, centrée sur les principaux pays de l’OCDE. En réagissant pour éviter l’effondrement, les gouvernements se sont mis à leur tour en difficulté. Suite aux plans de sauvetage adoptés lors de la première phase de la crise, entre 2007 et 2009, les dettes publiques des États-Unis, du Royaume-Uni et des pays de la zone euro ont augmenté de 20 à 40 points de PIB, et leurs déficits courants ont atteint des niveaux élevés. La dette a ainsi été transférée du privé au public sous couvert d’éviter l’effondrement du système, mais cela a contribué à l’aggravation du problème : la défaillance des banques, malgré ses retombées négatives, est en réalité moins grave que la défaillance des États. Les marchés obligataires ont rapidement exigé des plans de réduction des déficits passant par des coupes dans les dépenses publiques et la protection sociale, alors que le centre gauche et le centre droit étaient déjà persuadés que l’État social, trop onéreux et bureaucratique, devait être dégraissé et confié à des opérateurs privés. Ils déploraient que les institutions et services publics soient financés par la dette, aux dépens des recettes et de l’équilibre des comptes publics. Bien décidés à tirer profit d’une bonne crise, les politiciens et commentateurs néolibéraux ont donc sauté sur l’occasion pour promouvoir des coupes budgétaires et des privatisations. Les économies japonaise, américaine et britannique subissent de fortes difficultés, mais le contrôle que ces pays possèdent sur leur propre monnaie leur permet d’émettre de la monnaie et de la dévaluer. Jusqu’ici, les États de la zone euro n’ont pas pu recourir à ces expédients. La vulnérabilité de la zone euro est du reste une source d’inquiétude y compris pour les pays qui sont en meilleure posture, car ceux-ci ont investi dans les actifs européens et comptent sur la zone euro comme partenaire commercial.

2Les gouvernements des États-Unis et de la zone euro ne souffrent pas exactement des mêmes problèmes mais semblent comme paralysés, et enchaînent les mesures palliatives. On impose l’austérité aux pays les plus faibles de la zone euro, tandis que les États les plus forts soutiennent qu’il est nécessaire de liquider les déficits quand bien même une brochette d’éminents économistes – de Martin Wolf à Paul Krugman, en passant par Wolfgang Münchau ou Nouriel Roubini – ont souligné que l’austérité ne fera qu’entraver la reprise. Le cas du Royaume-Uni illustre cet avertissement de manière on ne peut plus exemplaire : le gouvernement y a volontairement cédé sa marge d’autonomie pour s’engager dans une politique de rigueur totalement contre-productive.

3Si les gouvernements et organismes internationaux tentent d’affronter la crise, ils semblent incapables d’apporter des réponses à la hauteur d’une contraction de l’activité économique de cette magnitude. L’opinion publique s’est retournée contre les banquiers, mais les gouvernements restent inféodés aux marchés obligataires qui demandent des coupes dans la protection sociale et un soutien à la privatisation et à la marchandisation du système de retraites, de santé et d’éducation. On démantèle la protection sociale alors que des salariés de tous âges se retrouvent mis au rebut. Les chômeurs sont confrontés à la misère, et ceux qui ont encore un emploi sont incités (voire poussés sans ménagement) à s’affilier chez des prestataires privés aux tarifs exorbitants. Tous ces pays qui s’engagent dans l’austérité contribuent à l’aggravation de la crise, poussent leurs citoyens dans les bras des opérateurs privés et renforcent l’emprise d’un nouveau régime de capitalisme financier. Mais la marchandisation et le financement par le privé ont aussi leurs limites et leurs obstacles propres : elles ne sont pas la solution. La contraction actuelle ne saurait être résolue par le secteur financier privé, même en manœuvrant avec une grande habileté. Les organismes privés de retraite et de protection sociale sont minés par la précarité de leur situation financière et des coûts commerciaux onéreux. Par ailleurs, leur logique les pousse à la discrimination contre les femmes et les minorités. Plus fondamentalement encore, Internet a affaibli les droits de propriété intellectuelle, mis à genoux les médias de masse et ébranlé l’industrie du disque. De même, le séquençage du génome humain et le déploiement des nanotechnologies ont eux aussi échappé à la marchandisation. La colonisation du cyberespace par le capital – par exemple la marchandisation de l’intime opérée sur Facebook – n’a pas encore pris une ampleur suffisante pour compenser tous ces blocages.

4Les choses s’aggravant, il devient de plus en plus urgent de proposer des solutions constructives à gauche pour une vraie sortie de crise. Dans le présent article, nous allons nous pencher sur quelques-unes des politiques alternatives qui ont été suggérées dans le cadre du système actuel et mettre en évidence des perspectives plus radicales de transition sur le long terme. Dans un premier temps, cependant, nous allons revenir en détail sur certaines des « mesures de sauvetage » déjà mises en œuvre et faire un tour d’horizon des déboires toujours plus nombreux de ce monde de crise 2.0, dans lequel gouvernements, ménages et acteurs de la finance s’efforcent tous de réduire leur niveau d’endettement. Les résultats de cette situation sont sans appel : stagnation, chômage, démantèlement de l’État-providence et arrivée de coalitions de technocrates sans mandat électoral. Nous soutenons que des stratégies de résistance doivent être mises en œuvre pour traiter efficacement les causes sous-jacentes de la crise : surcapacité mondiale de production, demande insuffisante et anarchie du système de création monétaire. Nous appelons de nos vœux une expansion de la demande globale rendue possible par la hausse des rémunérations dans les pays à bas salaires, des annulations de dettes dans les pays pauvres comme dans les plus riches, de nouveaux mécanismes de protection sociale et des structures financières mises au service de l’intérêt public.

1. Une crise perpétuelle

  • 1 Plutôt qu’à l’aune de transactions effectives. [ndt]

5Les affres que connaissent actuellement les économies des pays de l’OCDE résultent d’évolutions qui ont été largement encouragées par le néolibéralisme et la mondialisation : inégalités extrêmes, pauvreté, déréglementation financière, privatisation et marchandisation de la vie à tous les niveaux, par le biais des emprunts immobiliers, des cartes de crédit, des frais d’inscription universitaires et des régimes de retraites privés. Les bas salaires dans les économies émergentes et l’escalade de l’endettement dans les pays plus riches ont créé des déséquilibres commerciaux grandissants, dont les effets se sont conjugués avec ceux de la dérégulation des marchés financiers pour déboucher sur la formation d’une succession de bulles spéculatives. Les banques d’investissement et les hedge funds ont élargi l’offre de crédit par la création de nouveaux types de produits dérivés évalués d’après des « modélisations » 1 et vendus de gré à gré [over the counter] à des investisseurs institutionnels : ceci a donné naissance à une « finance de l’ombre ». Hors bilan des institutions financières, elle a rapidement dépassé en ampleur les échanges normalement régulés. La course effrénée des banques vers le profit à court terme a mené à la plus grande destruction de valeur de l’histoire pendant le krach de 2008. Dans le cadre de leurs mesures de sauvetage, les gouvernements ont fourni des liquidités à foison au secteur financier, laissant le système largement intact.

Le sauvetage de Wall Street

6En octobre 2008, les neuf plus grandes banques américaines sont en apparence tombées sous la coupe gouvernementale. Leurs PDG ont été convoqués à Washington par Hank Paulson, secrétaire au Trésor, qui les informa qu’elles encouraient une faillite à moins d’accepter une recapitalisation par l’État. En une heure à peine, tous ont signé une lettre préparée par Paulson, stipulant qu’ils acceptaient d’accorder des actions à l’État en échange d’injections de nouveaux capitaux par l’intermédiaire d’un fonds de 700 milliards de dollars qui venait d’être créé, le Troubled Asset Relief Program (TARP). L’État a pris une participation majoritaire au capital de Citibank, la plus grande banque de Wall Street. Au moment le plus risqué, toutes les banques se sont engagées à respecter certaines règles. Ces mesures ont été prises à la suite des sauvetages d’AIG, la plus grande compagnie d’assurances du monde, et de Fannie Mae et Freddie Mac, les deux plus grands établissements de prêts hypothécaires, par le gouvernement américain. Le gouvernement britannique, pour sa part, avait été contraint de sauver d’abord la Northern Rock, puis la Lloyds TSB et la Banque royale d’Écosse. Barclays et HSBC ont fait tout leur possible pour éviter d’être mêlés à ces opérations de sauvetage, mais ont finalement dû se résoudre à accepter l’aide fournie dans le cadre du plan Paulson.

  • 2 Une étude évalue le taux d’application de la loi à 13 % (Nomi Prins, It Takes a Pillage, John Wiley (...)

7Jamais, pourtant, le Trésor n’a utilisé sa position en tant qu’actionnaire et créancier pour imposer aux groupes financiers qu’il a sauvés des politiques de prêts qui bénéficieraient à l’économie dans son ensemble. Le Dodd-Frank Act signé en grande pompe par Obama en juillet 2010 est miné par les exemptions que la loi prévoit 2. De manière étonnante, Wall Street et la City sont sortis globalement indemnes des tentatives des législateurs pour les contrôler. Banques trop importantes pour ne pas être sauvées [too big to fail], bonus extravagants, incitations perverses, très faibles capitalisations, règles de comptabilité obscures, éléments hors bilan, fonds communs de créances : tout cela n’a pas changé. Les banques, une fois sauvées, ont refusé de proposer de nouveau des prêts normaux aux petites et moyennes entreprises, ce qui a perpétué le credit crunch. Le Trésor et la Réserve fédérale se sont certes émus de cet état de fait, mais n’ont rien fait pour les recadrer. Les banques, bien conscientes de leurs difficultés respectives – et dissimulant encore des pertes énormes –, ont également évité les prêts interbancaires. Toutes avaient investi dans des actifs très douteux : non seulement des subprimes et autres dérivés de crédit, mais aussi des obligations privées et publiques vulnérables, à commencer par celles émises par les membres les plus affaiblis de la zone euro.

  • 3 Neil Barofsky, « Where the Bailout Went Wrong », New York Times, 30 mars 2011.

8Seule la perspective imminente de l’effondrement du système financier américain avait justifié une débauche à ce point extraordinaire de fonds publics. Le Congrès a rechigné avant d’adopter le plan Paulson – l’Emergency Stabilization Act qui en établissait les bases fut rejeté lors du premier vote en septembre 2008 –, ce qui ne fut accompli qu’après l’ajout de précisions rassurantes sur les restrictions qui seraient imposées aux banques et sur l’aide qui serait apportée aux familles menacées d’expulsion. Mais comme Neil Barofsky, l’« inspecteur général » en charge d’encadrer l’utilisation des fonds du plan Paulson, l’a fait observer lui-même dans son rapport, rares sont les aides prévues qui ont fini par arriver à ceux qui étaient menacés de saisies, et dont les problèmes étaient pourtant au cœur de la crise des subprimes : « Le Trésor a fourni de l’argent aux banques sans mettre en œuvre d’efforts ou de politique concertée pour les obliger à octroyer des crédits. Elles n’ont été engagées à rien : il n’y a eu ni demande ni même incitation à prêter plus à ceux souhaitant accéder à la propriété, et malgré nos recommandations explicites, il n’a même pas été demandé aux banques de rendre des comptes sur l’utilisation des fonds du plan Paulson […] [En février 2009], l’annonce du Home Affordable Modification Program [programme d’aide aux propriétaires] a été assortie de la promesse d’aider quatre millions de familles à modifier leurs prêts hypothécaires. Ce programme a été un échec cuisant, le nombre des modifications permanentes (540 000) ayant été bien inférieur à celui des modifications ayant échoué ou ayant été annulées (plus de 800 000). […] Alors que ce programme piétine, le nombre de saisies continue à augmenter : il était évalué entre 8 et 13 millions sur la durée du dispositif. 3 »

  • 4 En français dans le texte. [ndt]
  • 5 Stephen Cecchetti et al., « The Real Effects of Debt », BIS Working Paper 352, septembre 2011, p. 7 (...)

9Si une grande part des fonds du plan Paulson avait été allouée à l’allègement des dettes pour les bas salaires, le dispositif aurait pu stimuler la consommation dans une économie menacée de stagnation et diminuer le fardeau des créances irrécouvrables. Las : la formule qui qualifie le mieux la remarquable résistance des pratiques courantes du secteur financier entre 2008 et 2011 est plus ça change, plus c’est la même chose 4. Malgré toutes les annulations de dettes et les plans de sauvetage, les niveaux de dette dans l’OCDE (dettes nationales, dettes non financières des entreprises, dettes bancaires et dettes des ménages) sont restés irrémédiablement élevés, à la hauteur de 3 à 5 fois le PIB 5. Les transferts de créances des banques à l’État n’ont pas réglé le problème, puisque l’État n’a pas engagé une grande partie du PIB pour mettre en œuvre un programme anticyclique et une politique industrielle globale.

  • 6 À l’époque de sa mise en œuvre, le programme de relance de l’administration Obama a été la cible de (...)
  • 7 Katie Allen, « Banks Accused of Failing Small Firms after Lending Plunges », The Guardian, 29 octob (...)

10Le programme de relance budgétaire américain, quant à lui, a été d’une ampleur bien moindre que ceux mis en place au Royaume-Uni, dans le reste de l’Europe et en Chine 6. La relance très timide de 2010 s’est essoufflée, et un retour à la « stagflation » a menacé. Le taux de chômage aux États-Unis était officiellement de 9 % des actifs, mais le nombre effectif de demandeurs d’emploi s’élevait à 25 millions, soit environ un sixième. La plupart des salariés ont constaté que la valeur de leur épargne avait considérablement diminué tandis que, comme nous l’avons vu, des millions d’entre eux ont été menacés de saisies et de finir leur vie dans la pauvreté. Les banques britanniques ont bénéficié d’un plan de sauvetage particulièrement généreux, alors que leurs dettes toxiques pesaient encore plus lourdement qu’à Wall Street. Pourtant, cette générosité n’a pas conduit les grandes banques à se préoccuper des modestes besoins de crédit des petites et moyennes entreprises. Selon une étude, le taux d’acceptation des prêts est passé de 90 à 65 %, malgré la baisse du nombre de demandes liée à des conditions commerciales peu avantageuses 7.

  • 8 Gillian Tett, « Lessons in a $3,300 Billion Surprise from the Fed », Financial Times, 3 décembre 20 (...)

11Les programmes de relance ayant eu des effets limités, il a été nécessaire d’opter massivement pour une politique d’« assouplissement quantitatif », consistant à émettre de la monnaie pour racheter des actifs bancaires. L’assouplissement quantitatif entrepris par les banques centrales britanniques et américaines a permis de soutenir les actifs et les profits du secteur financier, mais ses effets sur la demande globale ont été faibles et il n’a pas donné lieu à des investissements dans l’économie « réelle ». La Réserve fédérale américaine a révélé en décembre 2010 que son programme d’assouplissement avait résulté dans l’achat d’obligations de banques américaines à hauteur de 3 300 milliards de dollars, en utilisant la monnaie nouvellement frappée pour payer, ce qui a donné un coup de fouet à la liquidité bancaire. Ces institutions ont utilisé ces aides pour réduire leur propre endettement. Elles ont ensuite pu investir, avec un risque minime ou nul, dans des obligations publiques ou dans de la dette des consommateurs de qualité supérieure. Pour remettre ce chiffre de 3 300 milliards en perspective, on peut remarquer qu’il équivaut à plus de quatre fois le montant du budget du plan Paulson, qui constituait la partie émergée de l’effort de sauvetage des banques 8. La soft money prêtée aux banques leur a permis d’emprunter à des taux modiques – 1 % ou moins – et de faire des placements dans des obligations étatiques rémunérées à hauteur de 4 ou 5 %, ou dans des crédits à la consommation à hauteur de 12 à 18 %. Bien évidemment, les grandes banques ont de nouveau réalisé d’énormes profits, et les bonus des banquiers ont gonflé. Cependant, les autorités financières brésiliennes et chinoises se sont rapidement plaintes des conséquences de l’« assouplissement quantitatif » aux États-Unis et en Europe : exportation de l’inflation et développement de nouvelles bulles financières dans le secteur immobilier des économies émergentes.

  • 9 Jackie Calmes, « Obama Grasping Centrist Banner in Debt Impasse », New York Times, 12 juillet 2011 (...)

12À moyen ou long terme, ces sommes seront retirées de programmes sociaux majeurs. En 2010, Obama a nommé un comité bipartisan chargé de proposer des méthodes pour réduire le déficit public. Certains de ses membres ont suggéré une diminution des prestations de sécurité sociale par le recul de l’âge de la retraite ou la baisse de l’indexation, entre autres mesures. En juillet 2011, Obama a offert un grand bargain [compromis] aux leaders républicains du Congrès, prévoyant qu’ils acceptent de relever le plafond de la dette officielle américaine en échange de 4 000 milliards de dollars d’économies comprenant une réduction des dépenses de sécurité sociale 9. Les républicains ont refusé cette tentante concession, mais on pouvait désormais constater que s’attaquer à la sécurité sociale n’était plus un tabou pour la Maison-Blanche. L’accord finalement atteint en août 2011 engageait le Congrès à réduire le budget fédéral de 2 400 milliards de dollars sur une période de dix ans, mais le super-comité charger de détailler ces coupes budgétaires a signifié son impossibilité à parvenir à des conclusions en novembre. Cet échec a marqué le début d’une nouvelle période de marchandage. La sécurité sociale et Medicare, le système d’assurance santé destiné aux personnes âgées, sont menacés de passer à la casserole. Bien qu’ils répugnent à l’admettre, un nombre non négligeable de démocrates considèrent qu’il est possible de « sauver » ces programmes en réduisant les prestations pour parvenir à un accord, même si des clivages très marqués subsistent.

Les déboires de la zone euro

  • 10 Quentin Peel, « Germany and the Eurozone : Besieged in Berlin », Financial Times, 26 septembre 2011
  • 11 Titres de dettes émis par une structure ad?hoc qui agrège des obligations émises par des entreprise (...)

13Pendant ce temps-là, en Europe, des banques qui s’étaient elles aussi livrées à des prêts irresponsables ont été lourdement frappées. Des opérations de sauvetage de grande ampleur ont été nécessaires en Islande, en Grèce, en Irlande et au Portugal en 2009-2010, ces doubles doses donnant des résultats incertains. En 2011, ce fut au tour de l’Italie et de l’Espagne. Encore une fois, les banques avaient alloué trop imprudemment des prêts, tout en espérant bien échapper aux risques inhérents. La zone euro se révéla cependant vulnérable, car la monnaie n’était pas encadrée par une autorité fiscale digne de ce nom. La Banque centrale européenne n’était pas habilitée à agir comme « prêteur en dernier ressort ». Le gouvernement Merkel n’a pas souhaité autoriser cette dernière à émettre des milliers de milliards d’euros d’« assouplissement quantitatif », comme l’avaient fait les banques américaines et britanniques, cette position relevant à la fois d’une peur de la dette et de l’inflation pour des raisons historiques, de méthodes de négociation dures et d’une faible confiance dans les banques. Les plans de sauvetage ont nécessité des négociations difficiles entre les différentes autorités financières nationales, chacun ayant un intérêt particulier à défendre, en particulier lorsque leurs propres banques étaient menacées de défaut de paiement ou de décote. Des mesures d’austérité drastiques ont été imposées aux États concernés ; elles ont résulté en une baisse des droits à la retraite et des conditions de vie des citoyens, alors que les banques ont parfois pu se renflouer entièrement. Les tentatives d’élargissement du rôle du Fonds européen de stabilité financière (FESF) n’ont pas rassuré longtemps, malgré l’apport de 440 milliards d’euros de garantie par les États, dont 211 milliards allemands, car ce dispositif s’est révélé lourd et inadapté 10. Chaque État devait le ratifier et, lorsqu’en octobre il est apparu clairement que la Grèce absorberait la plupart des ressources, laissant de côté l’Italie et ses 1 900 milliards d’euros de dette, les États ont réagi non pas en allouant des ressources supplémentaires au FESF, mais en ayant recours à l’ingénierie financière de type CDO 11, de manière à ce que ses ressources propres puissent gager des prêts à hauteur de quasiment 1 000 milliards d’euros.

14Les institutions financières européennes ont été de toute évidence dépassées par la situation. Beaucoup parmi les gros de la finance de la zone euro, notamment la Deutsche Bank et la Société générale, se sont vautrés dans les dérivés de crédit et n’ont à ce jour pas révélé l’étendue de leur exposition, que ce soit aux dérivés de crédit américains ou aux obligations de la zone euro. À cause de la pléthore de credit default swaps (CDS) sur les obligations d’États, il est devenu plus difficile de s’attaquer au retour du problème de la dette grecque en 2011.

  • 12 L’enjeu étant que les banques n’aient pas à verser les sommes prévues par les CDS en cas de baisse (...)
  • 13 Peter Spiegel, Quentin Peel et James Wilson, « Move to Tax Banks Seen as Key in Greece Plan », Fina (...)

15Tandis que la crise s’éternisait, les responsables de la zone euro ont proposé en juillet 2011 de financer un nouveau plan de sauvetage de la Grèce par un prélèvement sur les banques. Une telle taxe ne constituerait pas un « événement de crédit » ou un défaut de paiement, et ne déclencherait donc pas les CDS sur les obligations grecques 12. Selon un article sur le sujet, « le programme, dont les défenseurs soutiennent qu’il pourrait permettre de lever 30 milliards d’euros sur trois ans, pourrait aider à satisfaire aux demandes des Allemands et des Néerlandais, qui souhaitent que les possesseurs d’obligations grecques dans le secteur privé soient mis à contribution pour un nouveau plan de sauvetage à hauteur de 115 milliards d’euros » (les « possesseurs dans le secteur privé » étant bien entendu les banques) 13. La résistance des banques a pourtant suffi à faire avorter cette proposition, malgré la gravité de la situation et le caractère modeste du prélèvement suggéré. Les banques se sont contentées d’accepter une dévaluation de leurs obligations à hauteur de 17 milliards d’euros, jugée préférable à un prélèvement de 0,025 % de leurs actifs dans l’ensemble de la zone euro, qui à leurs yeux serait de nature à les entraîner sur une pente savonneuse. Le gouvernement britannique s’est déclaré favorable à l’autorisation d’un prélèvement très faible sur les banques (les banques anglaises étant par comparaison bien capitalisées), mais a fait des pieds et des mains pour bloquer la modeste taxe sur les transactions financières défendue par les Français et les Allemands pour satisfaire leurs opinions publiques (la City et les hedge funds perçoivent cette taxe comme une lourde menace).

  • 14 Gillian Tett, « Greek Bond Losses Put Role of Sovereign CDS in Doubt », Financial Times, 18 novembr (...)

16Les chefs d’État de la zone euro ont fini par se mettre d’accord à la fin du mois d’octobre 2011 sur un plan prévoyant que les détenteurs privés de dette grecque accepteraient « volontairement » un effacement de 50 % de leurs créances. Cette mesure a pris de cours les investisseurs institutionnels, les compagnies d’assurance et les fonds de pension, qui avaient acquis des obligations libellées en euros couvertes par une assurance CDS en tant qu’actifs « sans risque », conformément au mandat de leurs clients. Si certains étaient assurés contre un effacement partiel, la plupart ne l’étaient pas. Selon une analyse publiée dans le Financial Times, cet effacement a été conçu dans des termes délibérément choisis pour éviter de déclencher des compensations, au grand dam des investisseurs qui comptaient, en cas de défaut, toucher leur assurance CDS. Tout cela a semé plus largement le doute concernant le marché des CDS souverains : « Il est difficile de dire à quel point les banques de la zone euro ont eu recours aux CDS pour limiter leur exposition à la dette de la zone euro. On peut toutefois constater que le niveau officiel des encours de CDS souverains pour l’Italie et la France s’élève à plus de 40 milliards de dollars, et que la Banque des règlements internationaux a récemment avancé que les banques américaines ont à ce jour accordé une protection à hauteur de plus de 500 milliards de dollars à des contreparties de la zone Euro sur de la dette souveraine et privée italienne, française, irlandaise, grecque et portugaise. 14 »

  • 15 En d’autres termes, selon un autre analyste du Financial Times : « L’importance de la présence d’un (...)

17Les investisseurs institutionnels ont besoin d’une part d’actifs « sans risque » pour équilibrer leurs portefeuilles : peuvent-ils à ce stade réellement se permettre de considérer des obligations italiennes, espagnoles voire françaises comme « sans risque » ? Beaucoup ont défendu l’idée que seul un véritable « prêteur en dernier ressort », adossé à une économie et à un système fiscal forts, est de nature à apporter la sûreté dont un système financier a besoin 15. Fin 2011, l’État allemand semblait enfin prêt à soutenir cette approche, mais uniquement au prix désastreux de la mise en place d’une autocratie fiscale dirigeant la zone Euro d’une main de fer.

Des retraites en danger

  • 16 Employee Benefits Retirement Institute, 2011 Retirement Confidence Survey ; pour 2007, George Magnu (...)

18Dans le maelström de la crise 2.0, les retraités sont attaqués de toutes parts. En 2008, les fonds de pension ont perdu 20 % en une semaine à l’échelle mondiale. Aux États-Unis, une étude récente a montré que 67 % des adultes âgés de 45 à 54 ans se situaient au-dessous du seuil de 50 000 dollars d’épargne suffisant pour acheter une annuité à 300 dollars par mois, contre 55 % en 2007 16. Malgré plus d’un demi-siècle de généreuses incitations fiscales au bénéfice des régimes de pension privés (plans 401(k), plans d’épargne-retraite personnels, régimes professionnels, etc.), les droits à la sécurité sociale (1 100 $/mois en moyenne) sauvent toujours près de la moitié des personnes âgées américaines de la plus grande pauvreté. Même dans les périodes les plus favorables, les régimes à cotisations définies [defined contribution schemes] ont été entamés par la « maladie des coûts » liée au marketing intensif et aux frais de gestion personnalisée (la Social Security Administration gère plus de 150 millions d’employés et 50 millions de bénéficiaires, avec un personnel de 68 000 membres, soit l’équivalent de la taille d’une seule grande banque d’investissement).

  • 17 « A Trillion here, $500 Billion there », The Economist, 15 octobre 2011.

19De leur côté, les fonds de pension à prestations définies [defined benefits] ont connu de véritables montagnes russes, au gré des hausses et des baisses de la Bourse provoquées par l’assouplissement quantitatif, avant même la crise des obligations souveraines. Fin septembre 2011, Mercer, un des principaux cabinets de conseil, a estimé le déficit des régimes privés et d’entreprises à prestations définies à 512 milliards de dollars, soit un chiffre proche du niveau constaté début 2009, alors que les marchés boursiers étaient encore en convalescence. Pour sa part, le Pension Protection Fund (PPF) britannique a estimé le déficit des régimes d’entreprise qu’il assurait à 196 milliards de livres. Une analyse parue dans The Economist, relatant ces chiffres, évaluait par ailleurs la hausse du déficit des régimes publics américains à 1 300 milliards de dollars sur les deux années écoulées. L’article notait également que l’assouplissement quantitatif aggravait les problèmes auxquels ces fonds étaient confrontés, car toute baisse des rendements obligataires augmente l’estimation comptable du coût nécessaire pour s’acquitter des obligations dues aux bénéficiaires 17.

  • 18 Lire mon analyse à ce sujet dans « The Subprime Crisis », NLR II-50, mars-avril 2008.

20De plus, les principes de fonctionnement du financement des pensions à prestations définies ont un effet « procyclique » délétère : en la présence d’un déficit provoqué par la récession, les entreprises qui alimentent le fonds doivent injecter plus d’argent dans le système ; ainsi, en période de faible demande, les entreprises sont incitées à épargner et non à investir, ce qui ne peut que faire baisser la demande encore plus. Suite au nouvel effondrement de la valeur des actions à partir d’août 2011, certains fonds de pension ont accumulé des déficits si catastrophiques que l’existence même de leurs sponsors a été menacée, ce qui laissait entrevoir des conséquences une fois encore dramatiques pour les membres et les bénéficiaires. La Pension Benefit Guaranty Corporation (PBGC) et le PPF britannique font le suivi de la performance des fonds de pension et assurent les membres des régimes dont les entreprises sponsors font faillite ; mais cette assurance ne représente en général qu’environ 70 % du montant promis. Aux États-Unis, les plus grandes entreprises dans toute une série de secteurs – aéronautique, acier, automobile, composants automobiles – ont été placées sous la protection du chapitre 11 de la loi sur les faillites, qui permet à des sauveurs d’entreprises (ou « investisseurs vautours ») comme Wilbur Ross de se débarrasser des engagements de retraite en les transférant à la PBGC 18. Les chiffres de plus en plus médiocres sur l’épargne et les perspectives de retraite aux États-Unis ont de nouveau montré que le prétendu « succès » de Washington dans la gestion de la crise n’était qu’une coquille vide.

  • 19 Mitchell Orenstein, Privatizing Pensions : The Transnational Campaign for Social Security Reform, P (...)

21Durant cette période, de nombreux États sont passés de régimes de pension publics à des régimes privés obligatoires, ce qui a constitué un désastre absolu pour les pays en question. Compte tenu des soubresauts des marchés boursiers, les objectifs d’accumulation initiaux sont loin d’avoir été atteints. Jusqu’à la veille de la crise, le FMI et la Banque mondiale s’étaient livrés à une promotion agressive de la commercialisation des régimes de pension, comme le montre Mitchell Orenstein dans l’ouvrage Privatizing Pensions 19. Entre 1994 et 2008, trente pays d’Amérique latine et d’Europe de l’Est ont subi des pressions visant à leur faire abandonner leurs systèmes de retraite publics pour les remplacer par des fonds de pension personnels gérés par des groupes financiers. Les institutions internationales se sont livrées sans vergogne à l’intimidation, utilisant ce qu’Orenstein appelle resource leverage [chantage aux ressources], technique consistant à refuser toute assistance financière à des pays engagés dans une difficile transition démocratique s’ils n’acceptaient pas de privatiser leurs régimes de pension. La Banque mondiale a également distribué de l’argent pour mener des campagnes de communication publiques, tandis que des acteurs-clés se sont vu proposer des avantages pécuniaires et d’attirantes perspectives de carrière en échange de leur soutien au processus.

  • 20 Dariusz Stanko, « Pension Fund Returns : The Case of Central and Eastern Europe », FIAP, Investment (...)

22En 2008, des fonds de pension nouvellement créés ont perdu 17 % de leur valeur en Pologne, 26 % en Bulgarie, 12 % en Slovaquie ; en Estonie, trois fonds ont perdu respectivement 32, 24 et 8 % de leur valeur 20. La crise financière a conduit les États à spolier à la fois les retraités et les salariés : les premiers ont perçu des retraites dévaluées et les derniers n’ont pu que constater l’incertitude de leur épargne. La privatisation des régimes de pension a beaucoup coûté aux États qui l’ont menée à cause du « problème de la transition », ceux-ci devant bien s’efforcer de payer des pensions à tous ceux qui avaient cotisé au système public tout s’en assurant que les cotisations des salariés actuels étaient bien investies dans les nouveaux fonds de pension. Pour ce faire, la seule possibilité était de lancer un emprunt, mais cette méthode était de nature à aggraver l’endettement public, et les règles d’Eurostat n’autorisaient pas à contrebalancer cette perte par des soldes positifs dans les fonds de pension privés. Bruxelles n’avait pas anticipé le danger des obligations grecques, mais s’est montré vigilant pour insister sur la transparence quant aux « prêts de transition » nécessités par la privatisation des systèmes de retraite.

23Comme les vagues de crise successives l’ont démontré, la méthode consistant à coordonner une économie au moyen d’un marché financier est marquée par l’instabilité et le risque systémique. La finance quelle qu’elle soit est certes par nature incertaine, mais le « libre marché » exacerbe ce problème inévitable et permet aux banques d’exercer un chantage sur les instances politiques. On sait bien que les méga-banques sont dangereuses, mais les États occidentaux continuent à satisfaire leurs caprices et à les protéger des pertes. Les choses deviennent plus graves lorsque des entités financières sont non seulement too big to fail mais aussi too big to save, ce qui pourrait être le cas de plusieurs banques européennes. Les lobbies de l’industrie financière sont toujours infiltrés au sommet de l’État, financent les grands partis politiques et alimentent d’influents think tanks. Administrer de nouvelles doses d’un traitement qui a déjà affaibli le patient ne peut qu’aggraver la maladie.

2. Diagnostics et remèdes

  • 21 Robert Brenner, « The Economics of Global Turbulence », NLR I-229, mai-juin 1998, publié ensuite so (...)
  • 22 Jacques Rueff, Le Péché monétaire de l’Occident, Plon, 1971, p. 23.

24Les réponses apportées par les grands partis politiques semblent reposer sur l’idée que, pour provoquer la relance, il suffit de réduire l’endettement après l’éclatement d’une bulle immobilière ou de stimuler la croissance après un cycle économique bas. Mais comme nous avons commencé à le voir, les déboires actuels des grandes économies sont le résultat de déséquilibres plus profonds dans le système mondial. La croissance massive du secteur financier américain s’est accompagnée d’une baisse sans précédent de la compétitivité manufacturière du pays. En 1998, Robert Brenner soutenait que la surcapacité globale dans le secteur manufacturier exposait les économies des pays de l’OCDE à une récession de grande ampleur 21. Tout au long de l’ère néolibérale, les États occidentaux ont fait le maximum pour faire remonter les taux de rentabilité et perpétuer l’illusion d’une croissance sans fin. Les conditions de crédit favorables ont encouragé les ménages, les entreprises et les autorités locales à contracter de nombreuses dettes. Les ménages américains ont eu recours au crédit – avec en particulier près d’un millier de milliards de home equity loans (prêts sur valeur nette, de deuxième rang). Le système du dollar fiduciaire institué après 1973 a permis une large augmentation de la création de crédit. Comme l’avait déjà montré l’économiste français Jacques Rueff, le régime du dollar crée un système de balance internationale des paiements qui fonctionne comme un jeu de billes où, après chaque partie, les gagnants rendent leur mise à ceux qui l’ont perdue : les créanciers de Washington investissent les dollars qu’ils reçoivent en retour des biens vendus aux États-Unis dans des instruments libellés en dollars pour maintenir la compétitivité de leurs propres monnaies, alors que les États-Unis peuvent tout simplement émettre plus de dollars pour payer leurs factures 22. Dans les décennies suivantes, les Allemands, les Chinois et les Japonais devaient apprendre cette leçon ; cela a eu pour effet de stimuler la création de crédit et de masquer l’affaiblissement de l’économie américaine.

  • 23 Prabhat Patnaik, Re-Envisioning Socialism, New Delhi, Tulika Books, 2011. Patnaik insiste sur le rô (...)
  • 24 Andrew Glyn, « Imbalances in the World Economy », NLR II-34, juillet-août 2005 ; lire aussi Maurice (...)
  • 25 Lire à ce sujet notre propre ouvrage, Age Shock : How Finance is Failing Us, Verso, Londres/New Yor (...)

25L’essor sans précédent de la Chine et d’autres producteurs asiatiques après 1992 a entraîné une considérable hausse de la capacité de production et l’afflux de grandes quantités de dollars qui ont fait enfler l’excédent du déficit américain ; l’apport à la demande globale a été proportionnellement bien moindre. La montée en puissance des producteurs asiatiques aurait pu être une bonne nouvelle pour tous si les travailleurs-consommateurs de ces pays avaient été mieux payés. Mais les salaires ont été abaissés au-dessous de leur valeur dans les pays émergents et en développement, ce qui a entraîné une forte insuffisance de la demande. Prabhat Patnaik a défini ce phénomène comme un exemple classique de « crise de réalisation » à l’échelle mondiale 23. Pendant le boom de la fin des années 1990, la Chine a contribué à perpétuer un niveau exceptionnel d’expansion du crédit en investissant son excédent dans des obligations du Trésor américain 24. Les conséquences des insuffisances de demande résultant de la stagnation des salaires à l’ouest et des salaires bien plus faibles à l’est ont pu être un temps retardées par le biais de nouvelles méthodes pour augmenter la dette des ménages américains : assouplissement des conditions des prêts hypothécaires, facilités de paiement par carte de crédit et prêts automobiles. Les consommateurs européens se sont invités à la fête au début du siècle suivant ; leurs gouvernements ont accueilli ces prêts bon marché à bras ouverts. Les investisseurs institutionnels, avec en première ligne les fonds de pension et les compagnies d’assurance, ont contribué à l’établissement d’un système financier opaque, en proie aux bulles spéculatives, aux shadow banks [banques parallèles] opérant en dehors de toute régulation, et à une « financiarisation » galopante 25. Entre 2000 et 2007, de nombreux fonds de pension se sont tournés vers les hedge funds pour augmenter leurs taux de rendement, risque qu’ils se sont permis de prendre car ils avaient placé des dizaines de milliards dans des obligations « sans risque » de la zone Euro.

  • 26 Lire Graham Turner, The Credit Crunch, Pluto Press, Londres, 2008. Acheter un logement est l’une de (...)

26Toutefois, ce crédit facile qui proliférait aux États-Unis et en Europe s’était détaché des fondamentaux économiques. Les inégalités grandissantes en Chine ont empêché le développement d’une croissance équilibrée comme l’ont vécu les pays européens après guerre. Les travailleurs et paysans chinois n’ont pas gagné assez pour devenir de bons clients de produits étrangers, tandis qu’aux États-Unis des emprunteurs mal payés ou pauvres se sont surendettés, se trouvant en particulier rapidement incapables de payer les intérêts de leurs dettes de logement. La non-exécution des prêts hypothécaires à risque a non seulement contribué à l’éclatement de la crise en 2007, mais également continué à jouer un rôle central dans ladite crise par la suite 26. De toute évidence, la meilleure manière d’aborder les déséquilibres fondamentaux qui ont débouché sur la crise sera de réduire la pauvreté mondiale. Puisque les bas salaires et la pauvreté freinent la consommation et perpétuent la récession mondiale, il est nécessaire de se donner les moyens de relancer la demande aux racines de l’économie mondiale.

Comment aller de l’avant ?

  • 27 Daniel Alpert, Robert Hockett et Nouriel Roubini, « The Way forward : Moving from the Post-Bubble, (...)

27Alors que les États-Unis, le Royaume-Uni et une grande partie de la zone euro sont désormais de nouveau confrontés à une récession qui s’accompagne de la menace de nouvelles crises des banques et de la dette souveraine, des voix dissidentes commencent à se faire entendre parmi les rangs de l’establishment économique. Dans un article publié en octobre 2011, intitulé « The Way forward », Daniel Alpert, Robert Hockett et Nouriel Roubini ont observé que les phases successives d’intervention monétaire et fiscale de la Réserve fédérale et du Trésor américain avaient échoué à susciter une relance durable, et suggéré que seules des mesures plus radicales avaient une chance de succès : « Les conditions économiques actuelles nécessitent un programme de relance tout à fait différent de ceux qui ont été proposés ou entrepris jusqu’ici : plus soutenu, plus ciblé, et visant plus stratégiquement à créer de nouvelles sources de richesse. 27 » À l’instar de Glyn et Brenner, ils attribuent les bulles spéculatives à une surcapacité mondiale sur le long terme et à de considérables déséquilibres commerciaux, et défendent l’idée que la pauvreté et les inégalités (dans et entre les pays) ont largement contribué à provoquer la crise et à empêcher la relance.

28Roubini et al. ont estimé qu’il risque de falloir entre cinq et sept ans pour réduire l’immense dette des ménages et du secteur financier, « occasionnée par notre pire éclatement de bulle spéculative liée au crédit depuis la fin des années 1920 », prévoyant que cette période serait extrêmement douloureuse. Pire encore, ils ont montré que la crise était le résultat de bouleversements massifs dans l’économie mondiale. L’arrivée de vagues successives de nouvelles économies axées sur les exportations, avec en particulier la Chine au début des années 2000, a modifié en profondeur l’équilibre entre l’offre et la demande mondiales : « Conséquence : l’économie est désormais handicapée par une offre de main-d’œuvre, de capital et de capacité de production qui excède la demande mondiale. Cette situation assombrit considérablement les perspectives d’investissements commerciaux et de hausse des exportations nettes dans le monde développé, les seuls autres moteurs de la relance lorsque la déflation par la dette ralentit la demande intérieure de consommation. Cela fait également courir un risque à l’économie mondiale, compte tenu du rôle central de consommateur et prêteur de dernier ressort qu’est censée jouer l’économie américaine. »

  • 28 Ibid., p. 3.

29En outre, l’arrivée de quantités énormes de main-d’œuvre chinoise à bas salaire a elle aussi pesé sur le rapport de forces entre main-d’œuvre et capital, ce qui a entraîné « non seulement la stagnation des salaires aux États-Unis, mais aussi des niveaux d’inégalité de revenus et de richesse jamais vus depuis les années qui ont précédé la crise de 1929 » 28. Roubini et al. proposent un plan en trois parties pour remédier à cette situation :

301. Lancer un programme quinquennal d’investissement dans les infrastructures à hauteur de 1 200 milliards de dollars, pour tirer profit d’une « chance historique » de faire travailler capital et main-d’œuvre inactifs « à un prix extrêmement faible ». L’ampleur de l’effort revêtirait une importance critique, puisque de nouvelles tentatives timorées de plans de relance, de réductions d’impôts et d’« assouplissement quantitatif » dans une période de surcapacité reviendraient à pédaler dans le vide, alors que de vaines tentatives pour réduire les déficits risqueraient au contraire d’entraîner leur hausse.

313. Opérer un « rééquilibrage mondial » comprenant des hausses de salaire et des améliorations sociales dans les pays en développement ; une meilleure couverture sociale pour les personnes âgées en Chine permettrait de réduire les excès d’épargne et de stimuler la consommation. Des actifs publics seraient affectés à ce programme. Parmi d’autres mesures de « rééquilibrage », est proposée la mise en œuvre d’un « fonds pour la relance économique mondiale », financé par les pays en excédent, et assorti de modifications constitutionnelles pour leur donner une représentation équitable à la Banque mondiale et au FMI.

  • 29 Lire Au Loong-Yu, « Alter-Globo in Hong Kong », NLR II-42, novembre-décembre 2006.

32Comment juger ces propositions ? La meilleure manière de faire progresser les salaires en Chine consisterait à améliorer les droits des travailleurs et non principalement, comme le suggèrent les auteurs, à réévaluer la monnaie chinoise. Le yuan a progressé ces deux dernières années mais ce sont les compradors (intermédiaires chinois) et non les producteurs qui en tirent bénéfice. Des salaires plus élevés qui arriveraient directement aux ménages chinois auraient un impact plus fort et rapide sur la consommation. Les demandes récurrentes des travailleurs sur les augmentations salariales et l’amélioration de la couverture sociale doivent être prises en compte 29. Roubini et al. ont raison de dire que proposer des retraites convenables à tous les travailleurs chinois les encouragerait à moins épargner et à dépenser plus. « The Way forward » propose des solutions techniques pour procéder à des remises de dette, mais celles-ci sont encore plus injustes que celles soutenues par l’inspecteur général du plan Paulson. L’article ne tient pas réellement sa promesse quant à l’identification de « nouvelles sources de croissance », en s’en tenant pour l’essentiel à des programmes infrastructurels et à la mise en place d’un fonds de relance mondial. La nécessité de la recapitalisation des banques par l’État n’y est pas plus abordée.

Un salaire minimum mondial ?

  • 30 Richard Duncan, The Dollar Crisis, Chichester, John Wiley & Sons, 2003, p. 233-250.

33Dans son ouvrage The Corruption of Capitalism, Richard Duncan émet une série de propositions plus radicales. Duncan avait déjà mis en évidence le problème des bas salaires dans son livre The Dollar Crisis, paru en 2003, qui anticipait de manière étonnamment précise le krach à venir. Il y défendait l’idée d’un salaire minimum mondial dans le secteur de l’exportation, imposé par les institutions internationales et par les travailleurs eux-mêmes, admettant toutefois qu’arriver à un consensus sur la nécessité de hausses de salaire modestes mais régulières dans les zones d’exportation serait difficile 30. Les grandes entreprises ont sous-traité ou construit leurs propres locaux dans ces zones car elles considèrent qu’un faible coût du travail est essentiel à leur rentabilité. Pourtant, les écarts de revenus mondiaux actuels sont si grands que mettre en place un salaire minimum n’aurait que peu d’effet sur les prix facturés au consommateur final. Si l’on passe par exemple d’un salaire horaire de 3 à 4 dollars, la demande locale augmente de 30 %, alors que le prix n’augmente que de 2 à 3 %. L’expérience des projets de commerce équitable montre qu’il est possible de mobiliser des soutiens pour la cause du salaire minimum dans le secteur de l’exportation. La mise en place des régimes de vérification et d’inspection nécessaire à l’application d’un salaire minimum mondial poserait certes des difficultés, mais celles-ci seraient selon Duncan loin d’être insolubles, surtout en lumière de l’intérêt que les salariés portent généralement à leur rémunération.

34Duncan insiste sur le fait que les salaires versés dans les grandes entreprises européennes peuvent être surveillés bien plus facilement que d’autres salaires ou revenus ; les mouvements transnationaux de biens et de services font déjà l’objet d’un suivi. Les arguments moraux contre le versement de très bas salaires pour des emplois difficiles et des horaires lourds sont évidents. Contrairement au protectionnisme commercial traditionnel, les nouvelles normes ainsi proposées ne viseraient pas à exclure les importations des pays à bas salaires, mais simplement à établir un seuil sous lequel les salaires du secteur de l’exportation ne doivent pas tomber. Ce dispositif serait conçu pour augmenter la demande globale de manière à irriguer l’ensemble de l’économie. La plupart des pays de l’OCDE possèdent déjà une législation sur le salaire minimum, mais ne s’attaquent pas au problème des salaires et des conditions de travail dans le secteur de l’exportation, comme le prône Duncan. L’augmentation des salaires dans le secteur de l’exportation aurait un effet important sur la demande globale dans les pays à revenu faible, ce qui en soi aiderait à générer de la croissance.

  • 31 Richard Duncan, The Corruption of Capitalism, CLSA Books, Singapour, 2009, p. 188-190.
  • 32 Soit des entités juridiques chargées de gérer des actifs ou des liquidités suivant des consignes pr (...)

35S’il y a des points de convergence entre l’analyse et les propositions de Duncan et celles émises par Roubini et ses collègues dans « The Way forward », Duncan se montre plus précis au sujet des « nouvelles sources de richesse ». Selon lui, de faibles taux d’intérêt et une surabondance de capitaux permettraient aux pouvoirs publics de financer à faible coût des programmes à grande échelle dans les énergies renouvelables, les nanotechnologies et les biotechnologies 31. D’après l’auteur, chacun de ses programmes, pour fonctionner correctement, nécessiterait 1 200 milliards de dollars, soit au total 3 600 milliards. Duncan explique que les compagnies qui entreprendraient ces ambitieux programmes ne seraient pas directement gérées par l’État, mais fonctionneraient comme des « trusts » publics 32. L’approche défendue par Duncan est d’une envergure qui sied à la situation, mais l’auteur semble être légèrement gêné de proposer des mesures aussi vastes de politique industrielle. Il accuse les sauvetages de banques et les plans de relance d’être une entorse à l’esprit du véritable capitalisme, alors que les mesures qu’il propose redonneraient une santé éclatante au processus d’accumulation. Cependant, si ces nouveaux « trusts » sont financés par les deniers publics, ils devront sans nul doute rester aux mains du secteur public. On peut discuter les catégories retenues par l’auteur, mais dans la conjoncture actuelle, le capitalisme d’État pourrait bien s’avérer préférable à de nouvelles doses d’austérité et de privatisations, du moins tant que ces mesures d’entrepreneuriat public resteraient accompagnées de dispositions pour donner des moyens aux citoyens et aux travailleurs de prendre leur destin en main.

  • 33 Lire Irene van Staveren, Diane Elson, Caren Grown and Nilufer Cagatay, The Feminist Economics of Tr (...)
  • 34 La thèse de l’avantage absolu a été développée par Will Milberg, dont l’approche est centrée sur le (...)
  • 35 En français dans le texte. [ndt]
  • 36 Lire Jean-Luc Gréau, Le Capitalisme malade de sa finance, Gallimard, 1998 ; et d’autres textes anal (...)

36Les propositions de Duncan trouvent un écho dans les mesures soutenues par Diane Elson et d’autres économistes féministes qui défendent de nouvelles politiques commerciales marquées par la criminalisation du travail des enfants, de la discrimination sexiste, des mauvaises pratiques écologiques, des violations des droits des travailleurs et des très bas salaires 33. Ces auteurs affirment que les déséquilibres commerciaux sont le résultat d’avantages « absolus » plus que « comparatifs » : les déséquilibres reflètent des fractures technologiques et des déficits de compétences bien plus qu’une « concurrence parfaite » 34. Dans de nombreuses zones d’exportation, la main-d’œuvre est dominée par des jeunes femmes encore libres de responsabilités familiales et qui possèdent des « doigts agiles », sont disciplinées et susceptibles de travailler dur et longtemps. Des régulations commerciales pourraient permettre d’établir des taux de salaire minimum – qui pourraient éventuellement déboucher sur un « salaire de subsistance » sans frontières 35 – ainsi que des normes de sécurité, l’accès à l’éducation et au droit du travail pour ces salariés. Jean-Luc Gréau, ancien expert du Medef, a lui aussi appelé de ses vœux des réglementations commerciales de nature à décourager l’exploitation à grande échelle des travailleurs les plus pauvres 36.

  • 37 Lire Robert Skidelsky et Felix Martin, « Osborne’s Austerity Gamble Is Fast Being Found Out », Fina (...)
  • 38 Gerald Holtham, « A National Investment Bank Can Raise Our Growth », Financial Times, 21 octobre 20 (...)

37Le débat en Grande-Bretagne sur les solutions à apporter à la crise a lui aussi donné lieu à des propositions radicales, même si aucun programme aussi détaillé que ceux que nous venons de commenter n’est apparu. Robert Skidelsky insiste sur la nécessité d’aller au-delà des mesures monétaires et de consacrer des ressources publiques importantes à une banque d’investissement nationale très active 37. Gerald Holtham affirme qu’une banque publique de ce type pourrait augmenter la croissance et réduire les déficits en finançant des investissements qui rapporteraient de futures recettes, comme des logements sociaux ou des routes à péage 38. Holtham suggère qu’une des banques déjà nationalisées pourrait remplir cette fonction et, avec des garanties de l’État, emprunter à taux bas.

  • 39 Au cours des dernières décennies, les banques ont employé des techniques de financiarisation pour d (...)

38Les fonds de pension, du fait de leur taille importante – ils représentent environ un quart du total des actifs financiers mondiaux –, font l’objet de propositions visionnaires de politiciens et des investisseurs, de nature à utiliser ces réserves de trésorerie providentielle pour réparer un tissu social endommagé. L’État britannique, qui a choisi la voie de l’austérité budgétaire, a grand besoin d’un mécanisme « hors bilan » permettant de financer des investissements infrastructurels dont la nécessité se fait pressante. Mais les fonds de pension considèrent que ces investissements sont trop risqués à moins que le gouvernement ne soit prêt à garantir à la fois leurs mises et un taux de rendement minimum ; et on ne pourrait pas compter sur les fonds pour prendre en charge les dépassements de coûts. Cependant, offrir de telles garanties nécessite d’approvisionner les comptes publics. De plus, compte tenu du coût élevé des initiatives de financement privé, il serait plus difficile de permettre aux partenaires commerciaux en puissance du Trésor de réaliser des bénéfices. Le chancelier de l’Échiquier a retenu ce projet, mais à une échelle modeste (3 milliards de livres par an) et sans en préciser pour le moment les modalités. La plupart des gestionnaires de fonds de pension britanniques n’ont pas les compétences ou les moyens d’évaluer des projets d’infrastructures publiques, mais un organisme public leur permettrait de mutualiser des ressources dans cette perspective 39.

  • 40 Sur l’Allemagne, lire Brooke Unger, « Europe’s Engine », The Economist, 13 mars 2010.

39Dans le meilleur des cas, les projets d’investissements en infrastructure n’ont un impact sur l’emploi qu’au bout de nombreux mois. La manière la plus rapide de stimuler la demande consisterait à baisser l’impôt sur le revenu et les taxes à la consommation. Aux États-Unis et en Europe, il serait possible de supprimer les cotisations sociales pour les travailleurs à bas salaires et les moins de trente ans tout en relevant le plafond fixé pour le paiement de ces cotisations. Une telle réforme du système, si elle est correctement calibrée, pourrait entraîner à la fois une augmentation de la demande, une baisse du coût de l’embauche de nouveaux travailleurs et une hausse de l’imposition des salariés aux revenus les plus élevés. En adoptant de telles mesures ces dernières années, les gouvernements allemands ont vu le chômage passer de 9 à 5 %, tandis que les salaires des membres d’IG Metall ont augmenté de 13 % entre 2005 et 2009 40.

3. Pour un audit sur les dettes souveraines

40Dans le monde de la crise 2.0, les dettes contractées par les banques ont été prises en charge par les retraités, les étudiants, les professeurs, les travailleurs sociaux et les chômeurs, tandis que les États ont capitulé devant les courtiers en obligations et les agences de notation, et ont entièrement renfloué de mauvais créanciers. La reconnaissance et l’annulation des pertes forment certes un volet essentiel du processus de relance, mais ce dernier doit être soigneusement ciblé, plutôt que d’apporter une réponse ad hoc à la crise. Il est ainsi nécessaire de mener un audit de la dette publique, conduisant à des annulations sélectives de dettes et à l’effacement intégral des « dettes illégitimes ». (On considère comme dette illégitime ou odieuse toute dette contractée par un régime sans le consentement des citoyens et dans des buts qui vont à l’encontre de leurs intérêts, au su des créanciers.) Un audit permet de mettre en évidence les processus qui ont mené à l’augmentation de la dette et d’identifier quels créanciers doivent légitimement être payés. En 2007, le président équatorien Rafael Correa a nommé une Commission pour l’audit intégral de la dette publique (la CAIC), regroupant des économistes internationaux et des experts juristes, pour évaluer la légitimité, la légalité et la justesse des négociations et renégociations des emprunts de l’Équateur depuis 1976. La CAIC a mis en évidence de nombreuses irrégularités et illégalités, dont certaines remontaient aux négociations organisées dans le cadre du plan Brady de 1995. Grâce à cet audit, le gouvernement Correa a permis de faire passer le montant des dettes auprès des banques américaines de 3,2 milliards de dollars à moins d’un milliard.

  • 41 François Chesnais, Les Dettes illégitimes. Quand les banques font main basse sur les politiques pub (...)

41Si d’autres pays se lançaient dans une enquête similaire, il y a fort à parier qu’ils constateraient des cas de pressions indues, de corruption de fonctionnaires ou de législateurs (qu’on songe à l’exemple des prêts de « transition » dans les pays qui ont privatisé leurs régimes de pension). Ils découvriraient également peut-être des dettes contractées dans des conditions si désavantageuses que plusieurs remboursements ne suffiront pas à les éponger. De même que la crise des subprimes a été largement aggravée par les pratiques de shadow banking, les crises des dettes souveraines qui ont suivi ont été exacerbées par les dettes cachées des États, en particulier celles faisant l’objet d’un engagement « implicite » de leur part. Dans son livre Les Dettes illégitimes, l’économiste François Chesnais affirme que les dettes publiques doivent être considérées comme illégitimes si elles résultent de « cadeaux faits au capital » : par exemple, les investissements publics dans des actifs d’État pour faciliter des privatisations, ou des déficits budgétaires résultant directement de bas niveaux d’imposition directe, les recettes fiscales étant en ce cas délibérément remplacées par de la dette 41. Le vénérable principe du jubilé chrétien recommande l’annulation pure et simple de la dette. On peut toutefois penser que des différences sont à faire, puisqu’il arrive que les riches doivent de l’argent aux pauvres, et soient entièrement responsables pour avoir emprunté cet argent. Si l’Italie répudiait toutes ses obligations, cela aurait des effets négatifs pour les petits épargnants, puisque des millions d’entre eux possèdent 14 % de leur total. Les défenseurs de solutions aussi radicales doivent être attentifs à ne pas faire involontairement tomber la petite bourgeoisie aux mains des fascistes. (Bien sûr, une répudiation pourrait ne pas concerner ces petits épargnants, ainsi que les véritables fonds de pension et les organisations caritatives.)

42Il est utile de rappeler que la dette et le crédit sont les deux faces d’une même pièce. Le crédit est une excellente chose lorsqu’il est mis au service de l’économie réelle, produisant des « biens » tout en évitant les « maux ». Le mauvais côté du crédit facile est apparu avec une succession de bulles spéculatives sur la dette du tiers-monde (années 1980), les valeurs Internet (1999-2001), ainsi que l’immobilier et les prêts hypothécaires (2004-2007), qui ont eu peu ou pas d’effet sur l’économie réelle. Mais depuis 2008, on constate que la relance a été empêchée par l’ombre menaçante d’une pénurie de crédit.

43Un défaut souverain, qui impose des pertes aux grands financiers mais pas aux épargnants pauvres, peut s’avérer une option adaptée à un cas comme celui de la Grèce. Une grande partie de la dette grecque peut certainement être considérée comme « illégitime » – par exemple les grands emprunts contractés auprès de banques françaises par le gouvernement Karamanlis entre 2005 et 2009 pour financer l’achat d’avions de chasse français, ou les vastes sommes dépensées en prévision des Jeux olympiques de 2004. Le défaut souverain a un prix élevé : les pays qui perdent ainsi la confiance des marchés sont immédiatement sanctionnés, ne pouvant plus emprunter ou seulement à un prix prohibitif. Le défaut généralisé de l’Argentine en 2001 a paralysé l’activité économique : de nombreux emplois ont été perdus, beaucoup de sociétés ont fait faillite et l’épargne est partie en fumée. Les tentatives de recours au troc pour ressusciter l’économie se sont avérées difficiles et souvent inefficaces. Malgré cela, le mouvement des piqueteros et une série d’occupations d’usines ont permis à certaines entreprises de survivre avant d’être sauvées par le gouvernement Kirchner en 2003. L’Argentine a montré qu’il y avait une vie après le défaut, et notamment des négociations qui lui ont permis de répudier un total de 81 milliards de dettes. Au bout de quelque temps, soucieux de revenir à des conditions commerciales normales, le gouvernement argentin a fini par proposer 35 cents par dollar à ses créanciers. Conscients du mauvais état de l’économie argentine, la plupart des créanciers ont accepté, bien qu’en comparaison avec d’autres défauts la dépréciation ait été sévère. Après une considérable dévaluation, le peso argentin a été stabilisé à un taux compétitif. Les exportations agricoles ont été relancées et, sous les présidences de Nestor et Cristina Kirchner, les recettes et l’emploi sont revenus.

La Grèce vers la sortie ?

  • 42 Stergios Skaperdas, « Seven Myths about the Greek Debt Crisis », University of California, Irvine, (...)

44Dans le cas de la Grèce, une dévaluation n’est pas envisageable à moins que le pays prenne la décision coûteuse de revenir à la drachme. Mais en réalité, par certains aspects, le pays connaît déjà la catastrophe qu’entraînerait selon beaucoup une répudiation de sa dette. Les efforts consentis pour éviter un défaut ont déjà entraîné l’effondrement économique du pays, qui est de fait écarté des marchés internationaux de capitaux depuis le printemps 2010. Une répudiation permettrait d’arriver à un niveau de dette plus tenable, et la Grèce pourrait continuer à emprunter sur le marché intérieur, comme elle le faisait avant 2001. Comme le fait remarquer un analyste, « si la Grèce avait fait défaut début 2010, la dette grecque aurait pu devenir viable à long terme, en imposant un effacement aux porteurs d’obligations bien supérieur à 50 % de la dette totale. Le pays aurait alors dû emprunter sur le marché intérieur, peut-être émettre des reconnaissances de dette (comme il l’a déjà fait), et imposer quelques modestes réductions budgétaires. Une telle politique aurait débouché sur une récession de faible ampleur. Au lieu de cela, la méthode de la troïka a consisté à fournir des prêts à la Grèce de manière à couvrir son déficit budgétaire sans défaut, en échange de coupes budgétaires et de hausses d’impôts de plus en plus draconiennes et de changements institutionnels d’un intérêt douteux. […] Cette politique a précipité l’économie dans une spirale descendante. Comme l’endettement ne cesse d’augmenter et que le pays s’appauvrit de plus en plus, la dette devient de moins en moins viable. Le ratio dette/PIB est passé de 115 à 160 % en moins de deux ans 42 ».

4. Pour un service public financier

  • 43 Sur le concept de « service public financier », lire Peter Gowan, « Crisis in the Heartland », NLR (...)

45Résoudre les problèmes du système financier suppose de mettre en place un véritable service public du crédit, qui d’une part drainerait des ressources vers chaque localité depuis les centres nationaux, et d’autre part coopérerait avec des partenaires régionaux et internationaux 43. Que ce dispositif soit public est une condition nécessaire mais pas suffisante, car les pouvoirs publics peuvent eux aussi céder à la tentation des excès spéculatifs. Un service public financier aurait pour base des banques, des autorités de régulation et des fonds sociaux que posséderait et contrôlerait la collectivité. Cela permettrait d’informer et de responsabiliser les citoyens comme les réseaux régionaux ou locaux en charge du financement de la pension complémentaire. À l’opposé, le modèle néolibéral délègue les biens publics et les programmes sociaux à des entreprises privées, et promeut une marchandisation à tous les niveaux (santé, éducation, retraites, environnement).

46La propriété collective et la gestion locale de la finance doivent être encouragées, mais parallèlement des mesures fortes doivent être prises pour protéger ces fonds des pressions commerciales et spéculatives. Les banques et sociétés de crédit foncier locales ont montré qu’elles pouvaient donner de bons résultats tant qu’elles étaient empêchées d’avoir recours à des effets de levier superflus ; à l’inverse, elles connaissent rapidement des difficultés lorsqu’elles sont dérégulées ou privatisées, et autorisées à se comporter comme des banques commerciales. Ainsi, les grandes entreprises allemandes ont longtemps bénéficié des Landesbanken, système en grande partie public, mais dans la décennie écoulée plusieurs de ces banques ont cédé à la tentation de la spéculation sur des produits dérivés hypothécaires complexes, ce qui leur a causé de lourdes pertes. Ce phénomène est un exemple parmi nombre d’autres des dangers de la déréglementation et de la semi-privatisation des réseaux de financements publics – on peut citer par exemple les caisses d’épargne américaines [savings and loan], Fannie Mae, de nombreuses anciennes mutuelles privatisées au Royaume-Uni (comme la TSB) ou les cajas espagnoles. Tous ces organismes ont fonctionné efficacement pendant plusieurs décennies sous gestion et régulation publique ; tous ont rencontré des difficultés après avoir été dérégulés, privatisés ou démutualisés.

  • 44 Sur ce dispositif, lire les chapitres 5 et 7 de mon livre Age Shock (op. cit).Un système de « fonds (...)

47Les entreprises et organismes publics doivent être constamment réapprovisionnés pour ne pas rentrer dans l’engrenage de l’accumulation privée. L’économiste socialiste suédois Rudolf Meidner a proposé l’instauration d’un prélèvement annuel sur les actions des grandes entreprises, chacune devant chaque année émettre de nouvelles actions équivalentes à 20 % de ses profits, distribuées à un réseau régional de fonds sociaux. Cette idée présente l’avantage de réduire très légèrement la valeur de toutes les actions, même celles détenues dans des paradis fiscaux. Le réseau de fonds sociaux conserverait les actions ainsi reçues à long terme, et utiliserait les dividendes générés à des fins ciblées, notamment pour financer les prestations de retraite 44. Un certain nombre d’États – notamment la Norvège, l’Australie et la Chine – ont alimenté des fonds souverains ou « future funds » qui ont servi d’amortisseur pendant la crise. Ces fonds peuvent être investis de manière à promouvoir la capacité de production, le logement social ou la protection de l’environnement. Des projets de ce type permettent de constituer un capital à long terme qui peut être mis à contribution en cas d’événements imprévisibles (catastrophes naturelles) ou au contraire prévisibles (le vieillissement de la population). Dans certains pays, des fonds de prévoyance et de pension publics remplissent également ce rôle : les gestionnaires de ces fonds investissent dans le développement ou dans les infrastructures sociales, tout en ayant un souci accru de leur viabilité environnementale. Aux États-Unis et en Europe, cependant, les principes du libre-échange et les groupes de pression privés ont découragé de tels programmes d’investissements publics à long terme.

  • 45 Lire « Brazil’s Agricultural Miracle », The Economist, 28 août 2010. Sur le contexte brésilien plus (...)

48Aujourd’hui, les défenseurs de l’entrepreneuriat public et de la planification sociale ont pour tâche de repenser ces concepts pour parvenir à surmonter les difficultés auxquels ils ont été historiquement confrontés. Il y a eu au fil des dernières années des exemples de grands succès en matière de développement économique impulsé par le secteur public, mais ils se sont accompagnés de sérieux problèmes. On peut citer les exemples de la production informatique dans les parcs scientifiques de Taiwan et de la production agricole dans le cerrado brésilien, qui ont permis à ces pays de se hisser parmi les premiers fournisseurs mondiaux dans plusieurs des filières ciblées par les agences publiques concernées il y a de cela deux ou trois décennies. Au Brésil, l’Embrapa, l’Entreprise Brésilienne de recherche agronomique et d’élevage, a joué un rôle-clé en parvenant à réhabiliter les sols du cerrado, une savane autrefois inhospitalière 45. Des subventions publiques ont été utilisées stratégiquement pour mettre sur pied des entités viables au lieu d’être affectées aux déficits d’exploitation existants. Pourtant, le succès même des programmes publics menés au Brésil et à Taiwan a débouché sur des problèmes environnementaux inacceptables. Bien qu’ils soient inquiétants, ces problèmes ne seraient sans doute pas ingérables si les pouvoirs publics et les nouveaux organismes productifs étaient responsables de l’impact de leur activité auprès des acteurs locaux.

  • 46 The Economist, 5 février 2011.
  • 47 Sur l’approche novatrice des autorités à Chongqing, lire Philip C. Huang, « Chonqing : Equitable De (...)

49Malheureusement, le succès de ces programmes attire la convoitise des intérêts commerciaux et en fait des cibles privilégiées pour la privatisation. Compte tenu des besoins de l’économie du savoir, la socialisation des dépenses de recherche a pris une importance grandissante, comme en témoigne l’exemple du réseau de recherche allemand Fraunhofer, avec ses 18 000 employés et son budget d’1,65 milliard d’euros. Ce réseau public a fourni une contribution essentielle au succès des PME allemandes (le Mittelstand46. La Chine a de son côté fourni des exemples positifs et négatifs d’entrepreneuriat d’État 47. L’intervention de Pékin, par son ampleur même, a eu un impact sur l’économie mondiale que pas même la plus puissante des organisations commerciales ne pourrait espérer. Dans la plupart des grands et moyens États, les pouvoirs publics possèdent un avantage potentiel à ne pas négliger dans une crise profonde comme celle-ci : celui de la taille.

  • 48 Lire Diane Elson, « Market Socialism or Socialization of the Market », NLR I?172, novembre-décembre (...)
  • 49 Comme le montre Karl Polanyi dans l’analyse du classique La Grande Transformation (1944), Gallimard (...)

50Tout nouveau programme de développement doit désormais avoir pour objectifs de stimuler la croissance par les investissements, favoriser la durabilité, promouvoir la formation de capital humain et déboucher sur un accroissement de la productivité. Mettre l’accent sur ces priorités permettrait de démarchandiser de grands pans de la vie sociale, en offrant à tous un accès gratuit à une couverture sociale et une éducation dignes de ce nom, et en impliquant tous les citoyens dans le contrôle des ressources économiques 48. La mise en place d’un service public financier, accompagné des garde-fous nécessaires et fondé sur des réseaux de fonds sociaux, pourrait permettre de reconnecter la finance et le contexte social dans lequel elle évolue et de démocratiser son fonctionnement. Le modèle socialiste traditionnel de l’économie « nationalisée » et planifiée a obtenu des succès – et peut encore se révéler utile dans certains cas : il est logique que le secteur ferroviaire, l’électricité, l’eau et autres monopoles naturels soient possédés et gérés par le public. Mais le modèle de l’économie centralisée a vécu. Des marchés correctement encadrés, régulés et socialisés peuvent jouer un rôle utile, voire important 49. La propriété collective des fonds de pension, ainsi qu’une gestion orientée sur des critères de responsabilité sociale, peuvent ajouter une dimension supplémentaire à un tel système. Les régulateurs nationaux et internationaux auront des difficultés à obtenir les informations dont ils ont besoin pour exercer un contrôle sur un aussi grand nombre d’acteurs économiques. Des investisseurs institutionnels collectifs constitueraient un moyen de « régulation par le bas » qui permettrait d’améliorer la « régulation par le haut ». Ils pourraient par exemple utiliser leurs pouvoirs d’actionnaires pour soutenir la mise en place d’un salaire minimum dans le secteur de l’exportation des pays au faible PIB par habitant. Il est nécessaire de déployer des crédits publics pour investir dans l’économie verte, réduire l’ampleur de la pauvreté mondiale et prendre en charge les dépenses liées au vieillissement. Les échanges mondiaux et les flux de capitaux, actuellement anarchiques et incertains, doivent être régulés de manière à informer et responsabiliser l’ensemble des citoyens et des collectivités.

  • 50 Selon le résumé fourni par Larry Elliot dans « Time We Wean Ourselves off High Debt », The Guardian(...)

51En bien des aspects, l’approche que nous défendons ici est diamétralement opposée de celle qui est associée à Hayek à Friedman et à l’économie de marché. Cette école a pourtant admis qu’il était nécessaire, dans certaines conditions, d’avoir recours à une impulsion financière, consistant, pour le dire simplement, à larguer de grandes quantités de sacs de billets par hélicoptère. Seulement, en pratique, ces sacs de billets n’arrivent qu’aux banques. S’il est d’intérêt public d’imprimer de l’argent, pourquoi ne pas alors en faire profiter tout le monde ? Pourquoi les hélicoptères ne larguent-ils pas cet argent sur les pauvres, ou sur l’ensemble de la population ? Dans une société aussi inégalitaire, mettre de l’argent dans les mains de ceux qui en ont le plus besoin est la meilleure manière d’augmenter la demande. En plus de la mise en place d’un salaire minimum dans les secteurs de l’exportation, l’effacement des dettes des ménages en difficulté dans les pays capitalistes avancés serait non seulement une bonne chose en soi, mais permettrait en plus de générer un accroissement de la demande mondiale et d’ouvrir des perspectives de croissance globale. Le surendettement actuel des ménages crée de la stagnation. L’économiste australien Steve Keen propose une stratégie radicale pour s’attaquer à la dette : « Les États devraient verser de grandes sommes d’argent au public. Ceux qui sont endettés seraient obligés de payer leurs dettes, ceux qui n’en ont pas seraient libres de dépenser l’argent comme ils le souhaitent. Cela conduirait à une baisse des niveaux d’endettement assortie d’une hausse du pouvoir d’achat. 50 » Une stratégie encore plus radicale consisterait à effacer purement et simplement toutes les dettes, ou bien toutes celles situées au-dessous d’un montant seuil donné (par exemple de 45 000 euros), mais les plus économes pourraient s’y opposer et les banques en souffriraient. La prime civique égalitaire défendue par Keen pourrait au contraire être bien accueillie par tous, fonctionnant comme une manière positive de réduire une dette qui fait obstacle à la relance.

  • 51 « Student Loans in America : The Next Big Credit Bubble ? », The Economist, 29 octobre 2011.

52Comme Barofsky, l’« inspecteur général » du plan Paulson, l’a expliqué, un sauvetage « par le bas », visant à diminuer la charge pesant sur les pauvres et les plus mal payés, eût été plus efficace – et plus conforme à l’intérêt public – que les sauvetages « par le haut » accordés aux banquiers. Les programmes de désendettement doivent également s’adresser à ceux qui ploient sous le poids des prêts étudiants. On estime qu’au Royaume-Uni l’endettement des étudiants s’élèvera à 70 milliards de livres en 2015. La dette étudiante pèse particulièrement lourd aux États-Unis, où elle devrait bientôt dépasser la barre d’un millier de milliards de dollars, un niveau quasiment aussi élevé que celui des dettes de carte de crédit 51. Dans un contexte marqué par la financiarisation, on propose aux étudiants et diplômes endettés un choix de solutions complexe pour gérer leur dette. Ceux qui font de mauvais choix peuvent s’exposer à une véritable suffocation financière : en 2009, près de 9 % des porteurs de dette étudiante se trouvaient en situation de défaut, exposés à des conséquences graves en termes de capacité d’emprunt. La nécessité d’assurer le service de ces dettes réduit les possibilités offertes aux étudiants et a un effet négatif sur la demande.

53Nous nous trouvons confrontés à la nécessité de redéfinir notre conception du public. Celle-ci doit inclure la propriété publique, la régulation nationale, la redistribution des revenus et la garantie de services sociaux de qualité, sans toutefois s’y limiter. Elle doit être adaptée au xxie siècle, à notre époque de capitalisme mondialisé et à l’économie du savoir. Du point de vue de l’humanité dans son ensemble, une « industrie nationalisée » représente un intérêt particulier. Quand une telle industrie investit à l’étranger, l’équilibre de l’intérêt public doit se faire entre deux « publics », de la même manière que tout État requiert un équilibre entre les intérêts des employés des entreprises de service public d’un côté et de l’ensemble des citoyens de l’autre. L’« intérêt général » doit être déterminé par un ensemble d’institutions et de pratiques, permettant un accès généralisé à l’information, aux débats et à la prise de décision. Tant que les États resteront souverains, ils joueront un rôle-clé consistant à faciliter (ou au contraire à freiner) cette exigence de responsabilité démocratique, et à relever le défi de la crise. Dans la mesure où les sauvetages font appel à de grandes quantités d’argent public, ce qu’on a déjà largement pu constater, il est logique que leurs retombées positives échoient à des organismes publics : en Norvège, par exemple, l’immense fonds de pension public est un héritage du sauvetage des banques du pays par l’État en 1988.

54Même dans le cadre des contraintes d’une société capitaliste, certaines institutions apportent une contribution manifeste à l’intérêt général. Le programme de sécurité sociale américain ou le système de santé publique britannique (NHS) sont certes perfectibles, mais mettent tout de même depuis plus d’un demi-siècle le principe de la couverture universelle en pratique. Ces deux dispositifs ont résisté à des menaces répétées sur leur intégrité grâce à la mobilisation de l’opinion publique. Les menaces subsistent encore, mais ces exemples montrent que la notion de service public peut être défendue y compris dans les contextes les plus défavorables.

La voie royale vers le développement

55Nous avons replacé la crise dans un contexte de déséquilibres et d’inégalités sans précédent, et proposé une voie vers le développement basée sur un salaire de subsistance, de bonnes conditions de travail, l’éducation pour tous, des soins de qualité, l’égalité entre les sexes et la mobilisation de compétences de haut niveau. Le coup de pouce dont la demande a besoin résulte dans une telle approche non seulement de la hausse des salaires, mais aussi d’investissements dans les infrastructures et les technologies vertes ainsi que du financement de systèmes de retraite, de santé, d’éducation et de protection sociale de qualité. Les États et les entreprises doivent faire leur maximum pour emprunter cette « voie royale » de l’avantage concurrentiel, en améliorant les niveaux d’éducation, de compétences et de soins, au lieu d’emprunter le raccourci de l’exploitation des travailleurs, de l’inégalité entre les sexes et du dumping social. Cette approche vise à humaniser la chaîne mondiale des transactions marchandes à l’aide d’accords internationaux, des législations nationales, de « codes de conduite » multi-acteurs, des droits au travail et à la négociation collective, de la représentation des communautés, ainsi que de règles de transparence et d’engagements éthiques des entreprises et des financiers. La production et la vente de marchandises supposent une reproduction de la force de travail, et le travail salarié s’accompagne d’activités de soins non rémunérées. Soutenir ces travailleurs [care workers] non rémunérés permet d’assurer de meilleures conditions de travail. Enfin, les pratiques économiques doivent tendre vers le plein-emploi, et la croissance économique ne doit pas être fondée sur le pillage ou le gaspillage des ressources de la Terre.

56Il est évident que la stratégie proposée ici est très éloignée de celles défendues par les États et les classes politiques qui régissent actuellement le monde. Il convient d’observer que, jusqu’ici, les mesures prises n’ont fait que perpétuer et aggraver la crise. Si les choses devaient encore empirer, avec un nouvel effondrement financier dans les économies des pays de l’Atlantique et un ralentissement chinois, la situation deviendrait pour le moins imprévisible et intenable. C’est à la lumière d’une telle éventualité, et dans une perspective de long terme, qu’il est aujourd’hui vital de proposer des solutions constructives pour une vraie sortie de crise à gauche.

Notes

1 Plutôt qu’à l’aune de transactions effectives. [ndt]

2 Une étude évalue le taux d’application de la loi à 13 % (Nomi Prins, It Takes a Pillage, John Wiley & Sons, New York, 2e édition, 2011, p. xi).

3 Neil Barofsky, « Where the Bailout Went Wrong », New York Times, 30 mars 2011.

4 En français dans le texte. [ndt]

5 Stephen Cecchetti et al., « The Real Effects of Debt », BIS Working Paper 352, septembre 2011, p. 7, tableau 1. Concernant la dynamique des « cycles historiques » de dette, lire Elmar Altvater, The Future of the Market, Verso, Londres, 1993, p. 87-177.

6 À l’époque de sa mise en œuvre, le programme de relance de l’administration Obama a été la cible de critiques avisées de Paul Krugman et Joseph Stiglitz, qui ont montré du doigt en particulier sa faible portée et son recours intensif aux allègements fiscaux.

7 Katie Allen, « Banks Accused of Failing Small Firms after Lending Plunges », The Guardian, 29 octobre 2011.

8 Gillian Tett, « Lessons in a $3,300 Billion Surprise from the Fed », Financial Times, 3 décembre 2010.

9 Jackie Calmes, « Obama Grasping Centrist Banner in Debt Impasse », New York Times, 12 juillet 2011 ; Clive Crook, « Obama’s Failed Debt Ceiling Gamble », Financial Times, 11 juillet 2011.

10 Quentin Peel, « Germany and the Eurozone : Besieged in Berlin », Financial Times, 26 septembre 2011.

11 Titres de dettes émis par une structure ad?hoc qui agrège des obligations émises par des entreprises ou des prêts bancaires. Les CDO permettent ainsi de rendre liquides des titres que ne l’étaient pas auparavant. [ndt]

12 L’enjeu étant que les banques n’aient pas à verser les sommes prévues par les CDS en cas de baisse de la valeur des actifs que ces derniers ont pour objet d’« assurer ». [nde]

13 Peter Spiegel, Quentin Peel et James Wilson, « Move to Tax Banks Seen as Key in Greece Plan », Financial Times, 20 juillet 2011.

14 Gillian Tett, « Greek Bond Losses Put Role of Sovereign CDS in Doubt », Financial Times, 18 novembre 2011.

15 En d’autres termes, selon un autre analyste du Financial Times : « L’importance de la présence d’un actif sans risque est quasiment inestimable dans un système financier moderne. Chaque compagnie d’assurance, chaque fonds de pension doit investir une partie de ses revenus dans de tels actifs. Par la faute d’un cocktail de vision à court terme et d’incompétence financière, le Conseil européen s’est désormais mis dans une position où il a absolument besoin d’eurobonds, ne serait-ce que pour assurer la pérennité d’un secteur financier fonctionnel. » Lire Wolfgang Münchau, « The Only Way to Save the Eurozone from Collapse », Financial Times, 14 novembre 2011.

16 Employee Benefits Retirement Institute, 2011 Retirement Confidence Survey ; pour 2007, George Magnus, The Age of Aging, John Wiley & Sons, Londres, 2009, p. 87. Le chiffre de 50 000 $ ne prend pas en compte la maison dans laquelle les individus vivent, ni la souscription à un régime de pension à prestations définies, système en voie de disparition.

17 « A Trillion here, $500 Billion there », The Economist, 15 octobre 2011.

18 Lire mon analyse à ce sujet dans « The Subprime Crisis », NLR II-50, mars-avril 2008.

19 Mitchell Orenstein, Privatizing Pensions : The Transnational Campaign for Social Security Reform, Princeton University Press, 2008 ; lire aussi Camila Arza, « The Limits of Pension Privatization : Lessons from Argentine Experience », World Development, 2008, vol. 36, n° 12. Plusieurs pays ayant opté pour des régimes privés ont ensuite revu leurs systèmes de retraite pour accorder une plus grande importance au volet public, comme le Chili, la Hongrie ou l’Argentine.

20 Dariusz Stanko, « Pension Fund Returns : The Case of Central and Eastern Europe », FIAP, Investments and Payouts in Funded Pension Systems, Santiago du Chili, 2009.

21 Robert Brenner, « The Economics of Global Turbulence », NLR I-229, mai-juin 1998, publié ensuite sous forme de livre accompagné d’une postface en 2006.

22 Jacques Rueff, Le Péché monétaire de l’Occident, Plon, 1971, p. 23.

23 Prabhat Patnaik, Re-Envisioning Socialism, New Delhi, Tulika Books, 2011. Patnaik insiste sur le rôle joué par la pauvreté mondiale dans le départ et le développement de la crise. Lire p. 148-164 et 259-271.

24 Andrew Glyn, « Imbalances in the World Economy », NLR II-34, juillet-août 2005 ; lire aussi Maurice Obstfeld et Kenneth Rogoff, « Global Imbalances and the Financial Crisis : Products of Common Causes », communication au colloque de la Federal Reserve Bank of San Francisco, Santa Barbara, 18-20 octobre 2009.

25 Lire à ce sujet notre propre ouvrage, Age Shock : How Finance is Failing Us, Verso, Londres/New York, (2006) 2012.

26 Lire Graham Turner, The Credit Crunch, Pluto Press, Londres, 2008. Acheter un logement est l’une des plus importantes transactions financières effectuées par les citoyens de pays développés dans leur vie (seule l’acquisition d’une retraite est un investissement d’une ampleur comparable) ; il n’est donc pas difficile de comprendre pourquoi les prêts hypothécaires sont un grand business. En 2007, la dette des ménages américains s’élevait à environ 120 % du PIB ; les prêts hypothécaires, dont ceux de deuxième rang, représentaient 4/5e du total. Les ménages américains ont éliminé une partie de ces dettes entre 2007 et 2011, mais la baisse de 15 % des prix de l’immobilier (et la hausse du chômage, atteignant 9 %) a causé des pertes aux investisseurs et des saisies chez les créanciers hypothécaires (lire plus loin à ce sujet). Sur le rôle de la pauvreté dans l’éclatement de la crise, lire Raghuram Rajan, Fault Lines : How Hidden Fractures Still Threaten the World Economy, Princeton University Press, 2010.

27 Daniel Alpert, Robert Hockett et Nouriel Roubini, « The Way forward : Moving from the Post-Bubble, Post-Bust Economy to Renewed Growth and Competitiveness », New America Foundation, octobre 2011, p. 14.

28 Ibid., p. 3.

29 Lire Au Loong-Yu, « Alter-Globo in Hong Kong », NLR II-42, novembre-décembre 2006.

30 Richard Duncan, The Dollar Crisis, Chichester, John Wiley & Sons, 2003, p. 233-250.

31 Richard Duncan, The Corruption of Capitalism, CLSA Books, Singapour, 2009, p. 188-190.

32 Soit des entités juridiques chargées de gérer des actifs ou des liquidités suivant des consignes préétablies. [ndt]

33 Lire Irene van Staveren, Diane Elson, Caren Grown and Nilufer Cagatay, The Feminist Economics of Trade, Routledge, Londres, 2007.

34 La thèse de l’avantage absolu a été développée par Will Milberg, dont l’approche est centrée sur le déficit de la demande globale. Lire Will Milberg, « Is Absolute Advantage Passé ? Towards a Post-Keynesian/Marxian Theory of International Trade », in Michael Glick (dir.), Competition, Technology and Money, Edward Elgar Publisher, Cheltenham, 1994. De son côté, Anwar Shaikh montre que l’acquisition d’un avantage concurrentiel est un facteur déterminant, et ne résulte pas d’une prétendue « concurrence parfaite ». Lire « Globalization and the Myth of Free Trade », in Anwar Shaikh (dir.), Globalization and the Myth of Free Trade, Routledge, Londres, 2006.

35 En français dans le texte. [ndt]

36 Lire Jean-Luc Gréau, Le Capitalisme malade de sa finance, Gallimard, 1998 ; et d’autres textes analysés par John Grahl, « Dissident Economics », NLR II?69, mai-juin 2011.

37 Lire Robert Skidelsky et Felix Martin, « Osborne’s Austerity Gamble Is Fast Being Found Out », Financial Times, 1er août 2011. Skidelsky a aussi défendu une telle approche dans des articles publiés dans le New Statesman.

38 Gerald Holtham, « A National Investment Bank Can Raise Our Growth », Financial Times, 21 octobre 2010.

39 Au cours des dernières décennies, les banques ont employé des techniques de financiarisation pour dominer le marché du financement des infrastructures, avec des résultats souvent regrettables. Lire Kate Burgess et Paul Davies, « Pension Funds Need Convincing on Infrastructure », Financial Times, 29 novembre 2011.

40 Sur l’Allemagne, lire Brooke Unger, « Europe’s Engine », The Economist, 13 mars 2010.

41 François Chesnais, Les Dettes illégitimes. Quand les banques font main basse sur les politiques publiques, Raisons d’agir, 2011, p. 95-141 ; lire aussi les recommandations émises par un groupe d’économistes d’ATTAC in ATTAC, Le Piège de la dette publique, Les Liens qui libèrent, 2011.

42 Stergios Skaperdas, « Seven Myths about the Greek Debt Crisis », University of California, Irvine, working paper 111201.

43 Sur le concept de « service public financier », lire Peter Gowan, « Crisis in the Heartland », NLR II-55, janvier-février 2009, et François Chesnais, Les Dettes illégitimes, op. cit., p. 17-24 et 131-136.

44 Sur ce dispositif, lire les chapitres 5 et 7 de mon livre Age Shock (op. cit).Un système de « fonds salariaux » d’ampleur largement moindre a été mis en place dans les années 1980 avant d’être supprimé en 1992 par un gouvernement conservateur ; ces ressources ont été consacrées à la création d’une série d’instituts de recherche qui ont renforcé l’économie suédoise.

45 Lire « Brazil’s Agricultural Miracle », The Economist, 28 août 2010. Sur le contexte brésilien plus large, lire Emir Sader, The New Mole, Verso, Londres/New York, 2011. Sur les déboires du secteur public en Amérique latine, lire Carlos Aguiar de Madeiros, « Asset-Stripping the State », NLR II-55, janvier-février 2009.

46 The Economist, 5 février 2011.

47 Sur l’approche novatrice des autorités à Chongqing, lire Philip C. Huang, « Chonqing : Equitable Development Driven by a “Third Hand” », Modern China, printemps 2011.

48 Lire Diane Elson, « Market Socialism or Socialization of the Market », NLR I?172, novembre-décembre 1988 ; Robin Blackburn, « Economic Democracy : Meaningful, Desirable, Feasible ? », Daedalus, été 2007.

49 Comme le montre Karl Polanyi dans l’analyse du classique La Grande Transformation (1944), Gallimard, 2009.

50 Selon le résumé fourni par Larry Elliot dans « Time We Wean Ourselves off High Debt », The Guardian, 20 novembre 2011 ; voir aussi le site de Steve Keen, Debtwatch. Dans son ouvrage précurseur Debunking Economics (Zed Books, New York, 2001, p. 251-257), Keen montre du doigt les défauts inhérents à la finance de marché.

51 « Student Loans in America : The Next Big Credit Bubble ? », The Economist, 29 octobre 2011.

Pour citer cet article

Référence électronique

Robin Blackburn, « La crise 2.0 », revue Agone, 49 | 2012, [En ligne], mis en ligne le 22 octobre 2014. URL : http://revueagone.revues.org/1103. Consulté le 28 novembre 2014. DOI : 10.4000/revueagone.1103

Auteur

Robin Blackburn

Robin Blackburn fut rédacteur en chef de la New Left Review de 1982 à 2000, et est toujours membre de son comité éditorial. Historien, il enseigne à The New School à New York et à l’université d’Essex au Royaume-Uni. Il est l’auteur de The American Crucible et Age Shock (Verso, 2011 et 2012). En français, on peut lire « Un espoir persistant mais déçu », Le Monde diplomatique, janvier 2004 et Une révolution inachevée, Syllepse, 2012.

Droits d'auteur

© Editions Agone