Navigation – Plan du site
Numéros
49 | 2012
Crise financière globale ou triomphe du capitalisme?

Paysages instables

Éditorial (janvier 2010)
Susan Watkins
Traduction par Célia Izoard
p. 33-61

Résumé

Les milliers de milliards de dollars injectés pour renflouer les institutions financières pèseront sur les économies intérieures pour les années à venir. Mais les interventions massives des États ont-elles signé la fin du modèle néolibéral ? Au plan idéologique, les créations de richesse mirifiques de la haute finance ont été son principal instrument de légitimation. On a senti, et pas seulement à gauche, que le paradigme néolibéral ne sortirait pas indemne de la crise, qui pouvait même porter un coup fatal à l’hégémonie américaine. L’humiliation des géants de Wall Street semblait indiquer que le monde se trouvait au seuil d’une nouvelle ère. Entre-temps, le système financier a été stabilisé sans qu’aucun de ses problèmes de fond n’ait été résolu. Malgré le déferlement d’analyses consacrées à la crise, sa portée historique reste obscure. À quoi la crise de septembre 2008 a-t-elle mis fin ? À quoi n’a-t-elle pas mis fin ?

Notes de la rédaction

Texte original « Shifting Sands », NLR II-61, janvier-février 2010.

Texte intégral

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2014.

Pour citer cet article

Référence électronique

Susan Watkins, « Paysages instables », revue Agone, 49 | 2012, [En ligne], mis en ligne le 22 octobre 2014. URL : http://revueagone.revues.org/1097. Consulté le 01 août 2014. DOI : 10.4000/revueagone.1097

Auteur

Susan Watkins

Susan Watkins est rédactrice en chef de la New Left Review depuis 2003 et auteure (avec Tariq Ali) de 1968 : Marching in the Streets, Free Press, 1998.

Droits d'auteur

© Editions Agone