Navigation – Plan du site
Numéros
49 | 2012
Crise financière globale ou triomphe du capitalisme?

Paysages instables

Éditorial (janvier 2010)
Susan Watkins
Traduction par Célia Izoard
p. 33-61

Résumé

Les milliers de milliards de dollars injectés pour renflouer les institutions financières pèseront sur les économies intérieures pour les années à venir. Mais les interventions massives des États ont-elles signé la fin du modèle néolibéral ? Au plan idéologique, les créations de richesse mirifiques de la haute finance ont été son principal instrument de légitimation. On a senti, et pas seulement à gauche, que le paradigme néolibéral ne sortirait pas indemne de la crise, qui pouvait même porter un coup fatal à l’hégémonie américaine. L’humiliation des géants de Wall Street semblait indiquer que le monde se trouvait au seuil d’une nouvelle ère. Entre-temps, le système financier a été stabilisé sans qu’aucun de ses problèmes de fond n’ait été résolu. Malgré le déferlement d’analyses consacrées à la crise, sa portée historique reste obscure. À quoi la crise de septembre 2008 a-t-elle mis fin ? À quoi n’a-t-elle pas mis fin ?

Notes de la rédaction

Texte original « Shifting Sands », NLR II-61, janvier-février 2010.

Texte intégral

1La rencontre entre une commémoration et une situation historique produit souvent des résultats ironiques. En janvier 1960, lors de son lancement à Londres, la New Left Review n’était que l’une des nombreuses initiatives préludant à une renaissance de la gauche. Les forces anticoloniales remportaient des victoires en Afrique, en Asie et dans le monde arabe ; le mouvement communiste émergeait du carcan de l’orthodoxie stalinienne ; en Amérique du Nord, en Europe de l’Ouest et au Japon, la nouvelle génération rongeait son frein dans le conformisme culturel de la guerre froide. Dès le milieu des années 1960, la revue s’était fixé un programme consistant à cartographier ces trois régions du monde au moyen d’études comparatives de leurs formations sociales nationales – en particulier la sienne. Adepte convaincu de la théorie et de la pratique continentales, le journal participa aux débats constants qui, au sein du marxisme, accompagnèrent l’exaltation des journées de 68. Il contribua à la percée de travaux sur le féminisme, l’écologie, les médias, la théorie du cinéma, l’État.

  • 1 Lire supra l’éditorial de Perry Anderson, « Renouvellements », p. 9. [nde]

2Le journal survécut aux années 1990 dans un paysage international qui aurait fait figure de dystopie de science-fiction dans les années 1960 : la politique économique du Kremlin dirigée par des friedmaniens ; le secrétaire général du parti communiste chinois chantant les louanges de la Bourse ; la Yougoslavie, l’État ouvrier le plus abouti et pluraliste, décimé par les politiques d’austérité du FMI et soumis par l’OTAN à trois mois de bombardements sous les acclamations des libéraux occidentaux ; les partis social-démocrates rivalisant pour privatiser les richesses nationales et liquider les acquis sociaux. Le néolibéralisme régnait en maître et consacrait un modèle où les flux de capitaux et les marchés financiers étaient affranchis, le travail dérégulé et les chaînes de production intégrées à l’échelle internationale. Lors de son quarantième anniversaire, à l’apogée de la mondialisation et de la suprématie américaine, le comité éditorial relançait la New Left Review dans un esprit de réalisme sans compromis : « Refuser tout accommodement avec le système dominant et toute manière d’en sous-estimer la puissance. 1 »

3Dix ans plus tard, la perpétuation de l’ère néolibérale est remise en cause par l’irruption d’une crise financière épique, au cœur même du système. Lors des grandes journées de septembre 2008, Fannie Mae et Freddie Mac, les énormes institutions américaines pilotant le marché de valeurs mobilières adossées à des créances hypothécaires, sont placées sous tutelle gouvernementale après que leurs actions ont chuté de 90 %. Lehman Brothers fait faillite, Merrill Lynch conclut un mariage forcé avec la Bank of America, et HBOS avec Lloyds STB ; un Citigroup chancelant, dont la valeur des stocks est passée de 244 à 6 milliards de dollars, est remis à flots par des fonds gouvernementaux, tandis que Washington Mutual échappe au règlement judiciaire grâce à JP Morgan Chase. Goldman Sachs, Merrill Lynch, la Deutsche Bank et la Société générale sont sauvées par des transfusions de fonds massives consenties par le Trésor à leur assureur, le groupe AIG. Dans les mois qui suivent, production mondiale, commerce, capitaux propres, crédits et investissements sont immobilisés, tandis que le chômage atteint des taux à deux chiffres dans tout l’hémisphère Nord.

4Les milliers de milliards de dollars de soutien direct ou indirect injectés pour renflouer les institutions financières pèseront sur les économies intérieures – surtout aux États-Unis et en Angleterre – pour les années à venir. Mais les interventions massives des États ont-elles signé la fin du modèle néolibéral ? Au plan idéologique, les créations de richesse mirifiques de la haute finance ont été son principal instrument de légitimation. On a senti, et pas seulement à gauche, que le paradigme néolibéral ne sortirait pas indemne de la crise, qui pouvait même porter un coup fatal à l’hégémonie américaine. L’humiliation des géants de Wall Street – le secrétaire au Trésor américain, Paulson, proposant de se mettre à genoux devant le Congrès pour plaider leur cause – semblait indiquer que le monde se trouvait au seuil d’une nouvelle ère. Entre-temps, le système financier a été stabilisé sans qu’aucun de ses problèmes de fond n’ait été résolu. Malgré le déferlement d’analyses consacrées à la crise, sa portée historique reste obscure. À quoi la crise de septembre 2008 a-t-elle mis fin ? À quoi n’a-t-elle pas mis fin ?

–1–

  • 2 Alfred Marshall, Principles of Economics, cité in Eric Hobsbawm, L’Ère des empires, 1875-1914, H (...)

5Répondre à cette question nécessite de mettre le krach en perspective au moyen de comparaisons. Malgré la nature destructrice-créatrice du système, les crises qui ont fait trembler l’ensemble du monde capitaliste ont été étonnamment rares ; néanmoins, on peut légitimement dresser des parallèles entre les événements de 2008 et la faillite des compagnies ferroviaires de 1873, l’effondrement de la Bourse de New York en 1929, ou encore s’appuyer sur l’exemple moins retentissant de la « grande panique » de 1907. Ces crises ont connu des issues très différentes. En 1873, la réception par l’Allemagne des indemnités de guerre du conflit franco-prussien de 1871 – 90 millions de livres, payées en or par Paris – donne lieu à des investissements frénétiques dans la construction à Berlin et à Vienne qui obligent l’Allemagne à rapatrier ses capitaux placés dans les trusts ferroviaires américains surdimensionnés, ce qui en retour contribue à assécher les banques américaines. Toute la finance est contaminée, et les récessions qui s’ensuivent marquent le début d’un ralentissement déflationniste généralisé – « la baisse prolongée des prix, des taux d’intérêt et des profits 2 » – qui persiste, ponctué de reprises et de nouvelles récessions, jusqu’en 1896. Au contraire, la « panique du riche » de 1907, conséquence des faillites de banques spéculatives italiennes et de compagnies new-yorkaises liées aux chemins de fer ou à l’exploitation du cuivre, eut peu de répercussions à long terme sur l’industrie et le commerce ; après une récession aiguë mais de courte durée, la reprise s’amorça l’année suivante. Dans un genre encore différent, le krach de 1929 se manifesta par une chute du commerce et de la production qui débouchera sur la Grande Dépression.

6Une compréhension plus approfondie de la crise de 2008 nécessiterait une analyse comparative de grande envergure ; mais une telle recherche dépasse les limites du présent essai. Dans les pages qui suivent, nous nous contenterons d’utiliser ces crises antérieures comme points de repère afin de brosser un tableau préliminaire du contexte post-2008, ce qui nous permettra de nous demander ce qui perdure du néolibéralisme, en tant que programme et en tant qu’idéologie, et ce qui appartient désormais au passé.

Néo ?

  • 3 Mais il va de soi que la plupart des néolibéraux, qui n’ont pas son érudition historique, ont toujo (...)

7À l’évidence, « néolibéral » est un qualificatif infamant, imprécis et employé à tort et à travers. Mais il faut bien un terme pour décrire le paradigme macroéconomique qui a prédominé entre la fin des années 1970 et – au bas mot – 2008. Hayek a dit un jour que, s’il se considérait lui-même comme un libéral classique, le terme de néolibéralisme n’était pas impropre, dans la mesure où la disparition du libéralisme en Occident après le xixe siècle avait été si totale qu’un retour – même partiel – à ses principes méritait qu’on y accolât ce préfixe 3. Trois caractéristiques distinguent le libre marché de la fin du xxe siècle de ses précédents avatars. En premier lieu, son origine américaine : à partir de Jimmy Carter, le programme néolibéral a été mis au point et diffusé par des institutions dirigées par les États-Unis, et promu comme politique internationale par l’État américain. Les multinationales et les géants de la finance américains comptent parmi les principaux bénéficiaires de ce courant, qui a été vécu dans une bonne partie du monde comme une américanisation de l’économie, de la culture et de la société. En second lieu, ses ennemis : le consensus social-démocrate d’après guerre, le syndicalisme, le socialisme d’État. Si le laissez-faire de l’ère victorienne s’efforçait de tenir bon face au monde protectionniste qui se profilait, le génie du néolibéralisme a résidé dans sa capacité à détruire les structures en place et à dilapider les biens communs : privatisation des infrastructures, démantèlement du syndicalisme, restriction de la couverture sociale, suppression des droits de douane et des freins aux mouvements de capitaux. Ses réalisations positives sont moins spectaculaires : Organisation mondiale du commerce, système bancaire parallèle, mise au travail des allocataires sociaux, Accord de libre-échange nord-américain.

8Le troisième trait distinctif du néolibéralisme est le succès qu’il a rencontré. Le libéralisme du xixe était cerné de toutes parts par les rapports de propriété précapitalistes, la préférence douanière impériale et le mouvement socialiste en plein essor. Depuis la fin de la guerre froide, au contraire, l’hégémonie du néolibéralisme est presque universelle, la quasi-totalité des partis gouvernementaux y ayant adhéré ; et le terme de mondialisation a été inventé pour désigner les trains de mesures identiques mis en place dans différents pays. Il est vrai qu’il n’a jamais constitué une idéologie au sens le plus large – une Weltanschauung commune, capable d’interpréter la totalité de l’expérience humaine – mais plutôt un phénomène plus étroit et spécialisé : une foi dans la supériorité de certaines politiques macro-économiques, légitimées par leur relatif succès, discréditées par leur coût ou leurs échecs. Le néolibéralisme a suscité l’enthousiasme de tous ses bénéficiaires directs, mais en tant que programme électoral il a toujours nécessité un assaisonnement idéologique plus épicé : le nationalisme (Reagan, Thatcher), la « troisième voie » sociale-libérale (Clinton, Blair), la religion (le BJP en Inde, l’AKP en Turquie), etc. Il a été contesté par en bas en Amérique latine tandis que l’Allemagne, le Japon, la Corée et la Chine ne l’ont que partiellement mis en œuvre ; mais depuis les années 1990, l’économie américaine libéralisée, qui a pour épicentre l’alliance du secrétariat du Trésor et de Wall Street, fait figure de paradigme mondial.

Sauvetage

  • 4 Formule employée par Paul Krugman (« Gordon Does Good », New York Times, 12 octobre 2008) pour décr (...)

9D’après la version officielle, une crise d’une ampleur inimaginable, dévastatrice pour le système, aurait été jugulée par l’intervention salutaire du Trésor américain et de la Réserve fédérale, dont la prompte réaction – déversement de fonds publics dans les banques sinistrées, aides fiscales et monétaires aux économies en perte de vitesse – aurait « sauvé le monde 4 ». Une différence souvent soulignée entre la crise d’aujourd’hui et celles d’avant la Deuxième Guerre mondiale est le degré auquel l’Amérique en est venue à coordonner l’économie mondiale. Contrairement à leurs prédécesseurs, Henry Paulson, Timothy Geithner et Ben Bernanke ont été en mesure de piloter un vaste système financier mondial étroitement interdépendant. Du fait de la taille du marché américain et de l’hégémonie du Trésor sur d’autres ministères-clés liés à la finance, ils purent orchestrer les interventions internationales d’une façon qu’Andrew Mellon ou Montagu Norman n’auraient jamais envisagée. Le renflouement par le Trésor de la Deutsche Bank et de la Société générale via l’assureur AIG en est un exemple ; de même que les mesures concertées d’assouplissement des politiques monétaires et de dépenses anticycliques mises en œuvre dans la plupart des pays capitalistes avancés – à raison de 2 % du PIB en moyenne dans les économies du G20.

  • 5 Sur le célèbre compte rendu de Hoover à propos du « laissez-faire liquidationniste » de Mellon, lir (...)
  • 6 Troubled Assets Relief Program : un des volets du programme de soutien aux institutions financières (...)

10Ces mesures d’urgence néo-keynésiennes offrent un contraste saisissant avec la pureté libérale d’un Mellon qui, en tant que secrétaire au Trésor de Hoover, jugeait qu’il fallait laisser le système se purger de lui-même 5. Mais le « sauvetage » de 2008, destiné à consolider le système en place, diffère tout autant du train de réformes de Roosevelt illustré par le Glass-Steagall Act de 1933. Il rappelle plutôt les renflouements financés par le Trésor sous la direction des banques, JP Morgan en tête, pendant la « grande panique » de 1907, ou encore la recapitalisation du hedge-fund LCTM par la Réserve fédérale de New York en 1998. En ce sens, les banques ont été les grandes gagnantes de la crise de 2008. À l’exception de Lehman Brothers, l’alliance du Trésor et de Wall Street a veillé aux intérêts des siens. Après une période frénétique de fusions, les banques rescapées sont notoirement plus puissantes que jamais et occupent une place encore plus déterminante dans le système. Elles se sont vu octroyer des milliers de milliards de dollars par des biais largement soustraits au contrôle public – ce qui explique en partie qu’elles aient pu rembourser si rapidement les fonds TARP 6, pour s’affranchir des contreparties qu’ils impliquaient. Elles ont utilisé les largesses du Trésor pour mener des opérations lucratives pour leur propre compte, profitant des faibles taux des fonds fédéraux tout en pratiquant des taux usuraires sur les prêts et les cartes de crédit, au détriment de la quasi-totalité d’entre nous. Un palier décisif a été franchi en mars 2009 avec le plan de sauvetage financier de Geithner, qui offrait aux banques la possibilité de retarder la dévaluation de leurs actifs toxiques adossés à la bulle spéculative des hypothèques, en échange de stress tests purement cosmétiques. Au plan politique, les banques s’en sont donc très bien tirées ; depuis, leurs actions ont grimpé.

  • 7 FMI, Perspectives de l’économie mondiale, octobre 2009 ; Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff, Cett (...)

11Malgré ces interventions concertées, production, commerce, capitaux propres et prix de l’immobilier ont connu une chute plus brutale au cours des deux semestres suivant le mois de septembre 2008 que pendant la crise de 1929. Au premier semestre 2009, la production annualisée a plongé de 10 % dans l’ensemble de l’Union européenne et de 12 % au Japon. La panique mondiale – notamment alimentée par le président de la Réserve fédérale (« Il n’y aura peut-être plus d’économie lundi ») – n’a été qu’un facteur de contagion parmi d’autres. Des banques allemandes et japonaises étaient impliquées dans le marché américain des subprimes, et des fonds chinois alimentaient plus largement le secteur immobilier. À mesure que les saisies se multipliaient et que les capitaux étrangers fuyaient, les bulles ont éclaté à leur tour dans les pays qui avaient le plus consciencieusement imité la spéculation immobilière américaine. Les banques à risque autrichiennes et allemandes, implantées respectivement en Hongrie et dans les pays baltes, ont restreint l’accès au crédit dans leurs pays d’origine ; tandis que les pays producteurs de biens d’équipement d’Afrique et d’Amérique latine, ainsi que les exportateurs asiatiques de biens manufacturés, se préparaient à affronter une chute de la demande américaine 7.

Perspectives

  • 8 Ces chiffres et ces pronostics sont tirés des Perspectives de l’économie mondiale publiées par l (...)
  • 9 Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff, Cette fois c’est différent, op. cit., p. 255-259 ; Eric Hobsb (...)

12À l’été 2009, des assouplissements fiscaux et monétaires sans précédent ont commencé à atténuer la contraction mondiale. Selon les pronostics du FMI, dont il faut bien sûr se méfier compte tenu de leurs prévisions optimistes d’avril 2007, le PIB américain va se stabiliser en passant de -?2,7 % en 2009 à 1,7 % en 2010 ; la zone euro remontera de -?4,2 à 0,3 %, la France et l’Allemagne étant légèrement mieux loties, et le Japon rebondira de -?5,4 % à 1,7 % 8. Voilà qui diffère nettement des années 1930, où la production avait chuté sans discontinuer pendant quatre ans en Amérique du Nord, dans une bonne partie de l’Europe et en Amérique latine, les États-Unis enregistrant une baisse maximale de 29 % 9. Mais au moment d’entrer dans la deuxième année de la crise, le contexte mondial semble particulièrement contrasté. Les plus touchés des pays capitalistes avancés sont les économies-phares de l’Atlantique – les États-Unis et la Grande-Bretagne, dont les secteurs financiers sont démesurés, mais aussi l’Espagne, la Grèce et l’Irlande –, où les envolées du crédit, les bulles immobilières, l’endettement des ménages et les institutions financières surendettées ont implosé tour à tour. Le pays le plus mal en point est la Russie, dont les grandes entreprises s’étaient massivement ruées pour emprunter des capitaux étrangers pendant les années où les prix du pétrole et du gaz étaient au zénith : le PIB a chuté de près de 10 % au premier semestre 2009, la demande intérieure a diminué de moitié et la production industrielle a fait un plongeon vertigineux de 40 %. Les chiffres officiels du chômage atteignent 10 % aux États-Unis et dans la zone euro, 18 % en Espagne ; les secteurs de la construction, des biens manufacturés et des services ont tous été touchés. Le régime d’emploi est l’un des rares points de divergence dans les réactions des pays du G20 à la crise : en Asie du Sud-Est, en Allemagne et en France, on a sauvegardé l’emploi ; dans les économies atlantiques, les taux de chômage ont grimpé de 5 % en moyenne. Aux États-Unis, le chômage chez les Hispaniques et les moins de vingt-cinq ans atteint respectivement 13 et 18 %. Ces chiffres sont catastrophiques, mais restent loin des taux des années 1930, où le chômage de longue durée atteignait plus de 20 % dans la plus grande partie de l’Europe et des États-Unis ; cependant, au plan qualitatif, la situation est plus grave qu’après le choc de 1907 ou toute autre récession dite « normale ».

13Pour les économies atlantiques, le FMI prévoit dans le meilleur des cas une reprise timide dans les quatre ans à venir, avec un risque sérieux de nouveaux ralentissements. L’austérité budgétaire et de nouveaux resserrements du crédit se profilent à l’horizon, et la dette et les défaillances des emprunteurs hypothécaires vont nécessairement augmenter quand les taux d’intérêt finiront par remonter. Les plus vulnérables sont les périphéries dépendantes de ces zones, qui disposent de peu de marge de manœuvre pour mener des politiques de relance par le déficit budgétaire ou pour protéger l’emploi. La croissance du PIB mexicain a plongé entre 2007 et 2009, passant de 3,3 % à -?7,3 % ; les économies tributaires de transferts de fonds de l’étranger comme celles de l’Amérique centrale ont été décimées par l’effondrement du marché de la construction américain. L’Europe de l’Est doit faire face à de forts taux d’endettement alors que la couverture sociale y est quasi inexistante ; les monnaies nationales tentent tant bien que mal de suivre le cours de l’euro. Les ex-républiques soviétiques ont souffert de l’interruption des transferts de fonds russes. Ce sont surtout les pays de ces régions qui sont venus se placer sous la tutelle du FMI : Costa Rica, Salvador, Guatemala ; Lettonie, Hongrie, Bosnie, Serbie, Roumanie ; Biélorussie et Ukraine.

14À l’Est et au Sud, la situation est très différente. Adossées à de gigantesques dépenses anticycliques, la Chine et l’Inde ont rebondi presque sans heurt, atteignant en 2010 leurs prévisions de croissance respectives de 9 et 6,5 %. On estime que des mesures de soutien monétaire et budgétaire considérables – atteignant chacune 3 % du PIB, soit trois points de plus que la moyenne du G20 – ont permis d’ajouter 2 % supplémentaires à leurs taux de croissance à court terme. En outre, les investissements chinois en matière d’infrastructures font décoller les exportations indonésiennes et australiennes. (Du fait de moindres dépenses anticycliques, la Corée et Taiwan connaîtraient un taux de croissance de 4 % en 2010, après une forte chute début 2009.) Le rebond de la production industrielle chinoise a principalement été déterminé par l’industrie électronique, la plus touchée par le ralentissement du commerce consécutif à la crise ; mais si le volume des échanges a remonté, la valeur des exportations chinoises affichait encore une baisse de 30 % fin 2009. Ces taux de croissance pourront-ils se maintenir en l’absence d’une reprise américaine et européenne ? Ce sont les secteurs de pointe, caractérisés par de forts investissements, qui souffriront le plus si le niveau des exportations continue de chuter. Dans l’intervalle, le marché de l’immobilier a flambé à Singapour, à Hong Kong, en Inde et en Chine, où les prix avaient déjà augmenté de 40 % en 2008.

  • 10 Lire infra, Jan Breman, « Le mythe du filet de sécurité mondial », p. 135.

15En Amérique latine, le Brésil – protégé, comme l’Inde, par un grand marché intérieur – connaît un mini-boom de croissance grâce à un pic de spéculation sur les prix des matières premières : le soja, principal produit d’exportation, a fait un bond de 20 % en 2009. Les monnaies adossées aux matières premières – le réal brésilien, le rand sud-africain et le dollar australien – ont augmenté de plus de 25 %. L’Afrique du Sud et le Botswana ont été affaiblis par des sorties de capitaux au début de l’année 2009, et le Nigeria a subi de plein fouet l’éclatement de la bulle de crédit liée au prix du pétrole ; mais nombre de pays africains – Kenya, Ouganda, Mozambique, Tanzanie, Sénégal – ont plus souffert de l’augmentation des prix des produits alimentaires et du pétrole de 2007-2008 que de la crise financière. Dans le Sud, les pays les plus pauvres, moins intégrés au marché mondial, ont été relativement épargnés au niveau de leur production, les secteurs à faible valeur ajoutée du textile et de la confection ayant été faiblement touchés par le ralentissement du commerce de début 2009. Mais dans ce cas, de simples chiffres de croissance ne permettent pas de prendre la mesure de l’impact des compressions budgétaires sur ce qui n’était déjà qu’un revenu de subsistance minimal. 10

16Il est sans doute trop tôt pour se prononcer. Toujours est-il qu’au début de l’année 2010 le « redressement » reste remarquablement fragile : les pays de l’Atlantique Nord, minés par le chômage, hébergent en leur sein un système de crédit malade ; l’Orient est une économie de bulle qui devra revoir ses exportations à la baisse pour s’adapter à la contraction du marché ; une montagne de dettes n’ont toujours pas été réglées ; des fonds spéculatifs continuent de circuler dans le système de façon imprévisible, faisant flamber les prix des matières premières. Les effets de la crise se sont déplacés vers l’Est et le Sud, mais la finance reste un terrain miné.

Un libéralisme régulé ?

  • 11 Paul Krugman, « How Did Economists Get it so Wrong ? », New York Times, 6 septembre 2009 ; George A (...)
  • 12 James Buchan, « Is Britain Bust ? », Prospect, août 2009.
  • 13 Par exemple, Gillian Tett, L’Or des fous. L’histoire secrète de la JP Morgan, Le Jardin des li (...)

17Derrière le terme de « sauvetage » se cache un remarquable consensus des institutions dirigeantes sur les causes de la crise et les moyens d’y remédier. Cette vision repose sur le présupposé que l’économie américaine était profondément saine avant le krach : les problèmes étaient limités au secteur financier, même s’ils ont été aggravés par un déséquilibre global de l’épargne est-asiatique et de la dette américaine. Du point de vue des États-Unis, la solution consiste maintenant à faire fonctionner l’économie, réguler les banques et instituer une politique commerciale agressive. Une fois ces mesures mises en place et l’austérité budgétaire restaurée – ce qui, on le reconnaît, n’est pas une mince affaire –, il y a toutes les chances d’espérer qu’une variante plus sobre et plus durable de la même économie libéralisée et mondialisée verra le jour. Les principales différences sont affaire de proportions : des dépenses anticycliques insuffisantes ou trop laxistes ; une autorité régulatrice trop timorée ou trop interventionniste. À un niveau plus analytique, les théories des marchés efficients et les modèles à agents représentatifs ont été critiqués pour avoir négligé de prendre en compte des facteurs comme la nature humaine, le défaut d’information ou les mécanismes d’incitation perverse. Mais là encore, la régulation est la solution 11. À l’exception de quelques voix isolées demandant un libre-échange total 12, le consensus des élites autour de ce qu’on pourrait appeler le « libéralisme régulatoire » semble presque complet. Les partisans d’autres « types de capitalisme » ont été réduits au silence – peut-être parce qu’ils ont fini par rallier à leur tour le libéralisme régulatoire. C’est là le parti pris tacite de très nombreuses analyses de la crise faites au coup par coup, qui l’envisagent le plus souvent par son bout le plus « select » – les géants de Wall Street, Mayfair et les hedge funds du Connecticut 13. Des analyses alternatives apparaîtront très certainement plus tard. Mais l’unanimité actuelle offre un contraste très net avec les crises précédentes, où diagnostics et prescriptions étaient contestés par en haut et par en bas : après 1873, le bimétallisme des paysans populistes de l’Ouest américain, les barrières douanières au commerce et à l’agriculture, ou l’expansion impérialiste permettant de conquérir des débouchés commerciaux outre-mer ; après 1929, l’affrontement entre les écoles de Keynes et de Schumpeter et les vertus du plan quinquennal soviétique.

  • 14 Giandomenico Majone, Regulating Europe, Routledge, Londres, 1996. Pour une analyse approfondie, lir (...)
  • 15 John Plender, « How to Tame the Animal Spirits », Financial Times, 30 septembre 2009 ; lire aussi J (...)
  • 16 Martin Wolf, « Victory in the Cold War Was a Start as well as an Ending », Financial Times, 11 nove (...)

18Au plan idéologique, le libéralisme régulatoire semble plus s’assimiler à une inflexion du paradigme néolibéral qu’à une véritable rupture. Si le terme de « régulation » a l’avantage d’exprimer équité et neutralité, il s’agit en fait d’un concept économique renvoyant à un libéralisme pur et dur, comme le rappelle sans équivoque l’un de ses principaux théoriciens contemporains, Giandomenico Majone. Initialement mise en avant en tant que moyen de gestion privée des chemins de fer américains dans les années 1880, la régulation a toujours été brandie contre la nationalisation et la gestion publique. Menée par l’État, et par conséquent au nom du peuple, cette dernière peut être conditionnée par des exigences et des attentes multiples – développement économique, plein-emploi, équité sociale, etc. Dans un régime régulatoire, au contraire, l’État délègue les responsabilités à un tiers qui lui, n’a pas à se soucier de rendre des comptes aux électeurs. La logique de la régulation correspond donc à « créer une séparation de plus en plus complète entre l’autorité experte et la volonté populaire » 14. Bien sûr, en pratique, ce sont les banques elles-mêmes qui déterminent les nouvelles modalités de régulation. Les partisans de réformes aussi modestes que la restauration du Glass-Steagall Act, le service public, les activités bancaires « étroites » ou à vocation spécifique, reconnaissent qu’ils sont marginalisés : même obtenir un entretien avec « les réseaux d’influence des grandes banques – un congressiste, cinq lobbyistes de la finance – nécessite une bataille acharnée » 15. L’impression qui s’en dégage, celle d’une continuité-par-l’adaptation, idéologique et pragmatique, a été résumée lors d’un sermon du Financial Times à l’occasion du vingtième anniversaire de la victoire du capitalisme dans la guerre froide. La grande vertu de la démocratie libérale, rappelle Martin Wolf à ses lecteurs, est sa capacité à apprendre et à s’adapter, à se détourner des programmes utopistes en faveur d’un bricolage poppérien : « Dans le cas de cette crise, l’échec ne tient pas tant au système de marché dans son ensemble qu’à certains défauts des systèmes monétaires et financiers mondiaux […]. Il est heureux que les gouvernements et les banques centrales aient retenu les leçons des années 1930 et décidé, à juste titre, d’éviter l’effondrement du système financier ou de l’économie. C’est un très bel exemple d’ingénierie sociale au pied levé. 16 »

Problèmes sous-jacents

  • 17 Eric Hobsbawm, L’Ère des empires, op. cit., p. 51-78 ; Giovanni Arrighi, Adam Smith à Pékin. Pr (...)
  • 18 Hoover lui-même considérait que la Dépression avait été causée par l’essor de la production extra-e (...)
  • 19 Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff, Cette fois, c’est différent, op. cit., p. 255-259 ; Hobsbawm (...)

19Une telle confiance paraît déplacée. Dans les années 1870 comme dans les années 1920, les bulles boursières et immobilières étaient sous-tendues par des problèmes d’accumulation du capital dans l’économie réelle, ce qui a contribué à prolonger les récessions par des crises économiques mondiales de longue durée. Le krach de 1873 est intervenu après deux décennies d’une expansion économique mondiale soutenue qui permit à l’Allemagne et à l’Amérique de rattraper le niveau de développement de l’Angleterre, mettant fin à la situation avantageuse du Royaume-Uni en tant que seule puissance industrialisée et initiant une période de compétition de plus en plus intense. L’offre de main-d’œuvre étant relativement limitée, sinon fluctuante, et les travailleurs combatifs, la rivalité entre firmes prit la forme d’une déflation des prix : malgré un accroissement des investissements et de la productivité entre 1873 et 1896, profits et prix chutèrent. En dépit d’une répression implacable – les agents Pinkerton aux États-Unis, les lois antisocialistes en Allemagne –, ce fut une période d’avancées pour les travailleurs, illustrée par l’essor des organisations ouvrières de masse et par l’élargissement de l’alphabétisation et du suffrage partiel ; les salaires augmentaient, en partie du fait de la masculinisation de la force de travail et des « suppléments de salaire pour charges familiales », tandis que les prix alimentaires restaient bas 17. En 1929, la situation était plus contrastée : pendant et après la Première Guerre mondiale, l’économie américaine en plein essor avait pris le devant de la course avec la production automobile fordiste, les biens de consommation durables et l’électrification, tandis que la production continentale était de nouveau en berne après une courte reprise à l’après-guerre ; mais l’économie américaine commençait à subir le contrecoup de sa démesure quand les niveaux de production européens se mirent à augmenter, à partir du milieu des années 1920 18. Dès la fin de la décennie, les prix agricoles américains ne décollaient plus et les salaires se tassaient ; le boom immobilier s’était effondré en 1926 et la bulle boursière qui avait suivi, nécessitant de rapatrier les capitaux américains d’Europe et d’Amérique latine et déstabilisant ainsi ces régions même avant la crise, était entretenue par des capitaux empruntés. Le colosse américain étant le principal importateur d’une grande partie des matières premières mondiales – café brésilien, soie japonaise, riz sud-asiatique, blé argentin –, la série de faillites de banques et d’entreprises, de liquidations de stocks, de déflations des prix et d’autres faillites qui s’ensuivit ne put que prendre des proportions mondiales 19.

  • 20 Robert Brenner, The Economics of Global Turbulence, Verso, Londres, 2006, p. 112-113.
  • 21 Richard Freeman, « The Challenge of the Growing Globalization of Labour Markets to Economic and Soc (...)
  • 22 Lire infra, Giovanni Arrighi, « Les tortueux sentiers du capital », p. 195.

20En termes d’accumulation de capitaux, d’offre de main-d’œuvre et de commerce mondial, quels sont les éléments de comparaison actuels ? La surcapacité productive commençait déjà à poser problème au début des années 1970, quand les États-Unis ont perdu, les unes après les autres, leurs industries-clés au profit de l’Allemagne et du Japon : textile, métallurgie, automobile, machines-outils, électronique grand public 20. Depuis, de nouveaux centres de production de grande envergure implantés au Brésil, en Corée du Sud, à Taiwan, en Thaïlande puis en Chine ont inondé le marché mondial de produits concurrents. Dans le même temps, un affaiblissement historique de la part du travail et des salaires dans l’économie mondiale a eu pour effet de réduire la demande relative. Le processus de féminisation de la main-d’œuvre entamé depuis les années 1970, lié à l’expansion du secteur des services, a également contribué à réduire les salaires un peu partout. La délocalisation de la production manufacturière de la Rust Belt à la Sun Belt, loin des communautés ouvrières traditionnelles, a brisé la continuité générationnelle des mouvements syndicaux. Dans le Sud, des centaines de millions d’individus ont été contraints d’aller chercher un travail salarié quand l’agriculture de subsistance a été décimée par la productivité bien supérieure de l’agro-business euro-américain, un processus encore accéléré par les politiques du FMI. L’intégration de l’Inde et de la Chine au capitalisme mondial a fait entrer quelque 1,5 milliard de travailleurs chroniquement sous-rémunérés sur le marché du travail, ce qui en a doublé la taille et, selon une estimation, réduit de 55 à 60 % le ratio capital/travail par rapport à son niveau antérieur 21. L’arrivée massive de travailleurs non possédants depuis la sphère domestique, les campagnes et les anciennes structures collectives a ajouté au problème de la surcapacité celui de la relative sous-consommation – « un manque systémique de demande effective » 22.

  • 23 Richard Duncan, The Dollar Crisis†: Causes, Consequences, Cures, John Wiley & Sons, Singapour, 20 (...)

21Dans ces conditions, il semble que le retour du profit dans une économie ne puisse avoir lieu qu’au détriment d’autres économies : que ce soit en abaissant les coûts, en élargissant les marchés ou en modifiant les termes des échanges. Au tout début de l’ère néolibérale, l’incapacité de la production manufacturière américaine à générer des retours suffisants, du fait de la concurrence croissante de l’Allemagne et du Japon, fut l’une des principales causes de la suspension par les États-Unis, dans les années 1970, de la convertibilité du dollar en or instituée depuis la conférence de Bretton Woods : ce qui vidait les réserves de Fort Knox, c’était autant les investissements des firmes américaines, lesquelles voulaient profiter de la main-d’œuvre bon marché des économies étrangères, que l’accroissement constant des dépenses sociales et militaires 23. Les crises de change, conséquences de brusques variations du taux directeur américain, ont souvent été à l’origine des turbulences de la période néolibérale. En 1979, l’augmentation du taux directeur, décidé par Volcker et Carter pour réduire l’inflation et discipliner la main-d’œuvre intérieure, a déclenché la faillite des pays endettés du tiers-monde et du CAEM [Conseil d’assistance économique mutuelle, COMECON en anglais] socialiste, et interrompu les programmes de développement industriel. Les solutions de crise imposées par le FMI et la Banque mondiale dans les années 1980 sont un prolongement implacable des programmes d’abolition des contrôles de capitaux extérieurs et de libéralisation intérieure : ils ont offert aux opérateurs financiers une manne de privatisations au moment précis où l’arrivée sur les marchés des gestionnaires de fonds de pension et de sociétés d’investissement suscitait un accroissement gigantesque du secteur financier américain. En 1985, les accords du Plaza, ratifiés par Baker et Reagan, abaissaient la valeur du dollar pour favoriser les exportations américaines, clouant au sol les firmes japonaises et allemandes en plein essor. De ce fait, le capital japonais se rabattit sur l’immobilier et créa une bulle sans précédent. Après qu’elle eut éclaté, en 1992, les fonds japonais, contrariés par des rendements médiocres à l’intérieur et par les faibles taux d’intérêt américains, ont déferlé sur la Corée, la Thaïlande, la Malaisie, Singapour, Taiwan puis sur la Chine. Les Tigres de l’Asie de l’Est ont alors connu un essor fulgurant en créant les nouveaux produits électroniques des années 1990. Les investisseurs internationaux ont suivi le mouvement, et les banques locales sont devenues de simples officines de crédits étrangers.

  • 24 On trouvera des chiffres dans le livre d’Anton Brender et Florence Pisani, La Crise de la finance g (...)
  • 25 Ce passage s’inspire beaucoup de l’article inédit de Robert Brenner, « What’s Good for Goldman Sach (...)

22À partir du début des années 1990, le décollage oriental s’est poursuivi, porté par le commerce, les biens d’équipement et les flux d’investissement, en entretenant un rapport symbiotique complexe avec le ralentissement continu des régions du cœur. Pendant les années 1990 et jusqu’au début des années 2000, l’Allemagne et le Japon affichaient des taux de croissance à peine positifs, tandis que l’essor de la « Nouvelle Économie » américaine, débuté au milieu des années 1990, se révélait de courte durée. La stratégie de Clinton, élaborée par Goldman Sachs, supposait que l’effet de richesse créé par les profits du secteur financier compenserait le peu de retours sur investissements du capital et la stagnation des salaires – ce qui revenait à ériger en vertu la mauvaise allocation systémique du capital. Mais quand le dollar remonta à partir de 1995, la compétitivité des firmes américaines se trouva affaiblie. En 2000, les revenus médiocres des sociétés provoquèrent l’éclatement de la bulle numérique. Par la suite, une série de bulles financières basées sur l’endettement furent alimentées par le crédit bon marché offert par les investisseurs étrangers, en particulier japonais et chinois 24. Pour tenter de maintenir l’économie américaine à flot, Alan Greenspan réduisit drastiquement les taux d’intérêt directeurs, qu’il fit passer de 6,5 % à 1 % à partir de 2001 et, au cours des quatre années suivantes, fit flamber les prix de l’immobilier de 50 %. Quand ils menacèrent de chuter en 2003, au moment où les troupes américaines débarquaient en Irak, il décida d’appuyer le marché titrisé des subprimes. Mais les taux de croissance américains continuèrent à décliner : 3,6  % en 2004, 3,1  % en 2005, 2,7  % en 2006, 2,1  % en 2007 et 0,4 % en 2008. L’emploi ne s’est jamais remis de la récession de 2000. Quand, en 2006, Bernanke entreprit de relever les taux d’intérêt pour stabiliser le dollar et contenir la bulle financière, le château de cartes commença à vaciller 25.

23À ceci s’oppose la transformation étonnante de l’économie chinoise, aussi bien qualitative que quantitative : c’est désormais le premier marché automobile mondial. Au cours des vingt années à venir le Conseil économique chinois prévoit de construire deux cents villes nouvelles d’un million d’habitants, ce qui augure d’une croissance potentiellement gigantesque des investissements en matière d’infrastructures, de services et de consommation. Quelle résilience l’économie chinoise opposera-t-elle aux pressions cumulées qui convergent sur elle – marchés américains en déclin, hausse du prix des matières premières, excès de liquidités liés à ses mesures de relance de 600 milliards de dollars et, après 2008, à une expansion du crédit de 1 000 milliards de dollars ? L’avenir nous le dira. Compte tenu de son taux de production effréné, on voit mal comment la République populaire de Chine (RPC) pourrait éviter de connaître à court terme une crise de récession, même temporaire.

Frictions

  • 26 Lire C. Fred Bergstein, « The Dollar and the Deficits : How Washington Can Prevent the Next Crisis  (...)
  • 27 Marcello De Cecco, « From Monopoly to Oligopoly : Lessons from the pre-1914 Experience », in Eric H (...)

24Les perspectives de stabilisation et de rééquilibrage immédiat de l’économie mondiale sont tout simplement suspendues à des négociations entre Washington et Pékin, et entre Berlin et Tokyo. Au moment où j’écris ces lignes, Obama et Bernanke semblent opérer un tournant vers une économie néo-reaganienne : un deuxième accord du Plaza permettra d’abaisser le cours du dollar, d’alléger la dette par l’inflation, de regagner des avantages compétitifs dans le commerce mondial et d’écarter la menace qu’un gros créancier ne réclame le paiement de la dette souveraine ; il s’accompagnera de déficits records et d’une expansion militaire à l’étranger. Plusieurs facteurs vont à l’encontre de cette stratégie. En premier lieu, tout choc sur le marché international du crédit ou risque de défaillance des emprunteurs souverains risquent de faire remonter le dollar, à mesure que les capitaux déferleront vers ce havre de sécurité. Ensuite, même si les dirigeants européens et japonais ont docilement accédé aux demandes de Washington, Pékin est pour le moment déterminé à opposer au protectionnisme du taux de change américain son propre taux de change protectionniste, et des responsables chinois ont proposé à l’Union européenne de « s’allier » avec la RPC contre la politique monétaire américaine. Des conseillers américains ont commencé à évoquer la surtaxe de 10 % sur les produits importés mise en place par Nixon, qui avait rapidement persuadé le Japon et l’Allemagne d’accepter un dollar bas dans les années 1970. Certains proposent actuellement que la monnaie internationale de transaction ne soit plus seulement le dollar mais aussi l’euro, le yen ou le yuan, de façon à donner plus de marge de manœuvre à la politique économique américaine 26. Mais si, comme le suggère Marcello De Cecco, l’économie mondiale, de « collusoire » qu’elle était, est en train de se transformer en « oligopole concurrentiel », les possibilités des stratégies mercantilistes nationales restent tributaires de l’interdépendance des grandes économies mondiales. C’est là encore une situation inédite, sans précédent dans le monde d’avant la Deuxième Guerre mondiale 27.

25Pourtant, on se tromperait en considérant que, parce que la place de l’Amérique décline dans l’économie mondiale, son hégémonie diminuerait d’autant. Certes, on peut approuver Washington dans sa façon de diriger le système politique international – la désignation des alliés et des ennemis, le fait de déclarer la guerre ou la paix – sans pour autant soutenir les priorités macro-économiques américaines. Mais en pratique, les deux choses se recoupent : les dirigeants d’États qui suppriment les contrôles de capitaux et taillent dans les dépenses publiques sont les mêmes que ceux qui autorisent l’implantation de bases militaires et approuvent les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU. Les gratifications obtenues dans une sphère renforcent l’obéissance dans une autre. La part des États-Unis dans l’économie mondiale est en déclin depuis plusieurs décennies – passant de près de 50 % en 1945 à 22 % en 2008 ; mais selon les principaux critères en vigueur, leur influence militaire, politique et culturelle est plus importante aujourd’hui qu’elle ne l’était au xxe siècle. En outre, l’administration Obama n’a pas renoncé à la stratégie d’étalage de puissance impériale mise en œuvre par Washington depuis 1990, qui s’est traduite par la première guerre du Golfe, les offensives dans les Balkans, en Irak et en Afghanistan. Au contraire : non seulement Obama a étendu la prérogative américaine de guerre préventive initiée par la doctrine Bush, mais il est aussi parvenu à la naturaliser. En 2002, le rapport sur la stratégie de sécurité nationale des États-Unis avait provoqué une levée de boucliers. Dès 2009, les conseillers d’Obama pouvaient, en toute désinvolture, rebaptiser en « Afpak » le théâtre des opérations afghanes sans que personne ne cille. Ainsi, bien que la Chine ait dénoncé de façon cinglante la doctrine d’« intervention humanitaire » comme volonté de puissance hégémonique déguisée, et décrit la position américaine vis-à-vis du droit international comme « he ze yong, bu he ze†qi » – « utiliser au moment opportun et ignorer le reste du temps » –, la stratégie géopolitique de Pékin consiste toujours à « construire le pôle chinois dans un monde multipolaire » et non à « rattraper et dépasser le bel empire ». Ses compagnies pétrolières en Irak et ses intérêts miniers en Afghanistan sont tributaires de l’armée américaine. Le monde reste dominé par une puissance hégémonique au pouvoir immense. L’ère transitionnelle n’est pas un interrègne.

26Une des principales raisons du maintien de l’hégémonie américaine tient aux victoires du projet néolibéral, qui a toujours consisté à la fois en une idéologie et en un programme. L’idéologie a revêtu des formes diverses – monétarisme, thatchérisme, « troisième voie » libérale, mondialisation triomphante – qui sont aujourd’hui derrière nous. Mais nous continuons à ressentir les effets révolutionnaires du programme. Dans le monde entier, les rapports sociaux ont été reconfigurés : le capital financier, coupé de ses liens avec l’industrie nationale, a été intégré aux circuits de richesse mondiaux et agrémenté d’une nouvelle élite de célébrités médiatiques ; les travailleurs en col blanc du public ou du privé ont été soumis à de nouvelles normes issues du marché en contrepartie de l’obtention de petits actifs financiers ; et la classe ouvrière, privée d’influence organisationnelle et de projet politique, est désormais à deux vitesses, ses membres les plus jeunes travaillant pour la plupart dans le secteur informel. Jusqu’ici, l’aspect le plus frappant de la crise de 2008 est peut-être la combinaison d’agitation économique et d’immobilité politique qui l’a caractérisée. En 1931, l’effondrement des banques et des devises avait provoqué la chute de la quasi-totalité des gouvernements européens – en Grande-Bretagne, en France, en Espagne et en Allemagne ; même en 1873, après la faillite des compagnies ferroviaires, l’administration Grant avait été paralysée par des scandales de corruption et le ministère Gladstone était tombé. Les seules pertes politiques occasionnées par la crise de 2008 sont le régime Haarde en Islande et les autorités des îles Caïman. Avec la montée du chômage et les réductions de dépenses publiques, on peut espérer que des protestations plus énergiques verront le jour ; jusqu’à maintenant, les occupations d’usine et des séquestrations de patrons ont été principalement motivées par l’obtention de justes indemnités de licenciement. Le fait que la crise du néolibéralisme puisse se dérouler de façon si étrangement pacifiée, bien loin des âpres batailles qui avaient présidé à son installation, témoigne de façon déconcertante de l’étendue de son triomphe.

  • 28 Antonio Gramsci, Gramsci dans le texte (1916-1935), François Ricci (dir.), édition électronique, Ch (...)

27Dans son « analyse de situations », Gramsci opère une distinction célèbre entre les phénomènes historiques de long terme, dits « organiques », et les phénomènes « de conjoncture » de plus court terme : « on peut définir la conjoncture comme l’ensemble des circonstances qui déterminent le marché à une phase donnée » ou « l’ensemble des caractéristiques immédiates et éphémères de la situation économique ». Il poursuit par une mise en garde – nous sommes en 1933 : « On peut exclure que, par elles-mêmes, les crises économiques immédiates produisent des événements fondamentaux. » Elles peuvent tout au plus créer un terrain plus favorable à l’émergence de certaines questions ; mais l’élément décisif de toute situation reste la force organisée et prête à intervenir 28. Rétrospectivement, on peut considérer que les conjonctures de 1873 et de 1929 n’ont fait que renforcer des mouvements organiques déjà à l’œuvre : dans le premier cas, l’intensification des rivalités industrialo-capitalistes qui se solderont par les collisions inter-impérialistes de la Première Guerre mondiale ; et en 1929, la croissance explosive mais inégale des États-Unis, les succès tragiques de l’Allemagne et le déclin accéléré de la Grande-Bretagne, le tout sur fond de révoltes de classe virulentes. Les mouvements organiques qui sous-tendent la conjoncture de 2008 sont, d’une part, le rapport entre le ralentissement de long terme des économies les plus avancées et la croissance explosive de la Chine ; en second lieu, l’expansion continue de l’État impérial américain ; et en troisième lieu, l’affaiblissement global de la part du travail. Au plan politique, l’issue de la crise a été entièrement façonnée par en haut. L’alliance du Trésor et de Wall Street a renforcé son influence tout en s’assurant que la totalité des pertes serait assumée par les travailleurs. Il en résulte une dégradation supplémentaire des conditions de travail, en particulier dans les zones économiques du cœur et dans leur périphérie. Au plan idéologique, le triomphalisme de la haute finance a peut-être été atténué pour un temps. Mais si le paradigme néolibéral est en train de subir une mutation vers un libéralisme régulatoire, ses principales composantes sont toujours en place : les mouvements de capitaux incontrôlés, la propriété privée et la création de valeur pour les actionnaires restent les objectifs.

28Faute de rencontrer d’opposition, le programme néolibéral a en fait progressé pendant la crise, le sauvetage des banques ayant donné lieu à une expropriation sans précédent. Cependant, l’énorme transfert de richesse du travail au capital occasionné par la « grande modération » du capitalisme pourrait à présent commencer à fragiliser le système lui-même. Le renflouer au moyen de profits spéculatifs adossés à une croissance future perpétuelle ne saurait être qu’un expédient, mais les dirigeants du Trésor et de Wall Street sont politiquement incapables d’envisager autre chose. Quant au poids du travail, il faudra peut-être plusieurs générations avant que ne se reconstruise une alternative hégémonique susceptible de faire basculer ou de transformer le monde à l’avantage des milliards de travailleurs qui l’habitent. En RPC, l’Occident est confronté à une autre Weltanschauung ; mais la classe – ou caste – dirigeante chinoise a amplement profité du néolibéralisme mondialisé. L’idée que le parti communiste chinois puisse incarner un ordre mondial plus équitable est battue en brèche par de profondes inégalités à l’intérieur du pays.

Futurs

29L’histoire nous fournit-elle la moindre piste pour imaginer quelle pourrait être l’issue de la crise sur le long terme ? Après le ralentissement post-1873, la rentabilité globale avait fini par se réinstaller durablement en 1896, bien qu’une longue crise agricole eût contribué à accroître l’offre de main-d’œuvre dans les villes. L’expansion impériale permit de trouver de nouveaux débouchés pour les produits – en 1896, la quasi-totalité des territoires et pays encore indépendants avaient été soumis à la puissance métropolitaine – et le réarmement à l’échelle industrielle commença. À l’intérieur, les grands établissements financiers accumulèrent de gigantesques concentrations de capitaux. Les corporations et les cartels intervinrent directement pour freiner la déflation. On découvrit que les innovations technologiques et organisationnelles qui allaient façonner la Belle Époque avaient incubé pendant le ralentissement des gros investissements : cinéma, enregistrement du son, moteur à combustion interne et production d’électricité à grande échelle ; grande entreprise, taylorisme, publicité, grands magasins et marchés de consommation de masse. Après la Grande Dépression, la reprise ne se réinstalla complètement qu’avec la course à l’armement préparant la Deuxième Guerre mondiale, d’abord en Allemagne, puis aux États-Unis où de gigantesques investissements industriels ouvrirent la voie au boom de l’après-guerre. Là encore, les avancées qui allaient marquer l’ère à venir – le plastique, le tube cathodique – étaient déjà en place. Au niveau politique mondial, les élites américaines, tirant les leçons des années 1920 et 1930, se préparèrent avec détermination à jouer un rôle hégémonique en dessinant dans les grandes lignes le paysage international d’après guerre.

  • 29 Lire infra Gopal Balakrishnan, « Spéculations sur l’état stationnaire », p. 169.

30Dans un article récent, Gopal Balakrishnan soutenait que, contrairement aux scénarios prévoyant pour les années 2010 d’importantes secousses suivies d’un rétablissement, le rythme de croissance des régions les plus avancées pourrait bien s’étioler indéfiniment 29. D’après cette hypothèse, une crise conjoncturelle d’accumulation vient s’ajouter à des ralentissements de plus long terme, causés par le vieillissement des sociétés et par le glissement vers des économies de service à faible productivité. La révolution des modes de production lancée par la « nouvelle économie » s’est révélée un mythe – technologies de l’information et de la communication (TIC), logistique des conteneurs, production post-fordiste et chaînes d’approvisionnement « ne se sont pas traduites dans les chiffres » –, de même que les prédictions d’une phase d’accumulation centrée sur la Chine, étant donné qu’aucune innovation ou avancée majeure n’est apparue dans l’organisation des forces productives, mais seulement une dissémination plus large de la production existante. S’appuyant sur le diagnostic établi par Brenner dans Economics of Global Turbulence, qui prévoit un déclin de long terme des taux de retour sur les capitaux investis, Balakrishnan fait l’hypothèse que 2008 marque peut-être le « terminus » d’une croissance reposant sur les déséquilibres budgétaires, les bulles spéculatives et la création de dette. Loin de se renouveler par le biais des ouragans destructeurs décrits par Schumpeter, le monde capitaliste semble s’acheminer vers un « état stationnaire ».

  • 30 Lire le « symposium » consacré à la discussion du livre de Robert Brenner Economics of Global Turbu (...)
  • 31 Pour une analyse décisive consacrée au rôle de l’État dans les vingt-trois économies de l’OCDE dura (...)

31Par opposition à ce genre de scénarios, Michel Aglietta pointe le potentiel de croissance non encore réalisé de la Chine, tandis que Nicholas Crafts et Kozo Yamamura rappellent que les vagues de progrès technologique ne sont pas nécessairement déterminées par les niveaux de rentabilité : de nombreuses avancées technologiques ont vu le jour dans les années 1930. Comme dans les années 1870, l’apparition de nouveaux acteurs dans l’économie mondiale pourrait susciter une augmentation des investissements et de l’innovation 30. On ne comprend toujours pas bien pourquoi les TIC et les semi-conducteurs n’ont pas révolutionné la productivité dans les années 1990. Crafts considère que leur poids dans l’ensemble de l’économie était trop faible, du fait de la concentration dans les industries de service à faible productivité. Ces raisonnements laissent néanmoins ouverte la possibilité d’une issue non stationnaire, même si elle ne devait survenir qu’après des années de turbulence dépressive et d’éclatements de bulles. Indubitablement, nous sommes très loin des visions d’une avancée spectaculaire des technologies convergentes susceptible de recouvrir les pays du Sud de panneaux solaires, de révolutionner les transports et de stimuler des programmes éco-innovants de dessalement d’eau de mer, qui feraient des océans dont les eaux montent de nouvelles sources d’irrigation. Mais il est certain que les marchés de consommation bas de gamme ont encore des perspectives d’expansion dans les villages de Chine et d’Inde : les centaines de millions d’individus qui restent prisonniers à la périphérie de la production globale ne se trouvent pas pour autant en dehors des circuits de consommation mondiaux. Dans les baraques des favelas brésiliennes, dépourvues de système d’égouts et où aucun membre du foyer ne travaille, trônent des téléviseurs et des fours à micro-ondes achetés à prix d’or par des échelonnements de dettes interminables, grâce à la Bolsa Familia. Pendant l’ère néolibérale, l’État a joué un rôle déterminant en créant des conditions sociales propices à l’accumulation du capital 31 ; il pourrait sans doute faire encore plus pour resserrer les filets du marché mondial autour des populations. Mais que l’avenir nous réserve un ralentissement continu ou une reprise de l’économie mondiale, la loi des conséquences imprévues – par exemple le fait que les capitaux japonais aient finalement migré vers les Tigres asiatiques et la Chine après la conclusion des accords du Plaza – continuera probablement à prévaloir à mesure que se poursuivront les opérations de sauvetage.

–2–

  • 32 Perry Anderson, « Renouvellements », supra, p. 22-23.

32Quelles sont les implications de la crise du néolibéralisme pour le projet éditorial de la New Left Review ? Lorsque la revue fut relancée, il y a dix ans, elle provoqua des réactions scandalisées en exigeant de la gauche un constat d’échec lucide. « Aucune puissance collective capable de rivaliser avec le pouvoir du capitalisme ne pointe encore à l’horizon », notait Perry Anderson ; au niveau des idées, « pour la première fois depuis la Réforme, il n’y a plus d’oppositions proprement dites – c’est-à-dire de vision du monde rivale – dans l’univers de la pensée occidentale » 32. Ces constats sont toujours valables. Prêter attention à l’évolution actuelle du capitalisme reste la première tâche d’une revue comme la New Left Review. Chacun à sa manière, Robert Brenner (sur le déclin des États-Unis comme moteur économique du monde), Robin Blackburn et Robert Wade (sur l’intermédiation financière), et Andrew Glyn (sur les déséquilibres mondiaux) ont soulevé des questions fondamentales pour de futures investigations. Dans « Parallax View », Slavoj Zizek a insisté sur le fait que la critique radicale doit penser conjointement la production et la consommation. Adoptant la perspective des pays du Sud, « The African Crisis » de Giovanni Arrighi et « Planet of Slums » de Mike Davis ont ouvert des continents de recherche inexplorés. Dans les années à venir, une des priorités de la revue devra être de dresser une nouvelle typologie des situations de développement à l’heure de la finance mondialisée. Une autre consiste à cartographier le prolétariat mondial – localisation, secteurs, différentiels – en tenant compte de la façon dont les classes se font et se défont dans le monde contemporain.

  • 33 Giovanni Arrighi répond par la positive dans Adam Smith à Pékin (op. cit., p. 351-378) mais revi (...)

33Ces dernières années, Arrighi et Anderson ont proposé des analyses contrastées de l’ordre politique mondial : dans « Hegemony Unravelling », Arrighi met en avant l’échec des tentatives américaines à imposer un nouveau régime impérial et l’émergence possible de la Chine en tant que nouveau pouvoir dominant de l’Est asiatique et au-delà ; dans « Jottings on the Conjuncture », Anderson décrit un concert de puissances – dans lequel chaque État est susceptible de jouer des coudes pour conquérir son rang – dont la cohésion serait assurée par un pouvoir supérieur unique. À des degrés divers, tous deux se demandent dans quelle mesure la RPC incarne un système différent 33. Autant de questions fondamentales que la New Left Review devra continuer de débattre et d’approfondir. Un immense travail reste à faire pour analyser les nouveaux processus de domination libéral-capitaliste, leurs modalités ainsi que leurs formes de légitimation : de la recherche empirique, qui permettrait de voir si les conclusions de Peter Mair sur l’érosion du parlementarisme en Europe occidentale s’appliquent aussi aux démocraties libérales de la troisième vague en Amérique latine, en Afrique et en Asie ; des analyses conceptuelles, comme celles de Chico de Oliveira sur l’étatisation du PT au Brésil, celles de Cihan Tugal sur l’otanisation du parti AKP en Turquie ou encore la typologie incisive des nationalismes de Wang Chaohua, notamment en Chine et à Taiwan. Tom Nairn et Lutz Niethammer ont soulevé des questions tout aussi fondamentales sur l’identité sociale post-nationale. Des théorisations ambitieuses, comme celles de Wang Hui qui, dans son travail sur la « politique dépolitisée », se penche sur les neutralisations contemporaines à travers le prisme du court siècle révolutionnaire chinois, ou encore celles de Luciano Canfora sur les « constitutions mixtes » des oligarchies capitalistes, appellent elles aussi un débat critique. Pendant les années 1960 et 1970, de houleuses controverses en sociologie politique ont fait émerger plusieurs analyses sur les élites dominantes de l’époque ; analyser l’actuelle classe dominante américaine connue pour son envergure et sa fluidité – à travers son mode de reproduction, ses composantes changeantes, la médiation de ses rapports avec l’État impérial – constitue une autre priorité.

  • 34 Un exemple de synthèse empirique est fourni par l’enquête de Kenneth Pomeranz sur les ruptures d’ap (...)
  • 35 Mike Davis, « Who Will Build the Ark ? », NLR II-61, janvier-février 2010.
  • 36 Hester Eisenstein, Feminism Seduced : How Global Elites Use Woman’s Labor and Ideas to Exploit the (...)

34En matière d’écologie, le moins qu’on puisse dire est que la New Left Review offre un bilan inégal : de longues périodes de silence ont été entrecoupées d’interventions aussi isolées qu’originales – « Critic of Political Ecology » de Hans Magnus Enzensberger, « Meat-Oriented History of the World » d’Alexander Cockburn, « The New Agenda » d’André Gorz. Cela doit changer. Ce sujet offre de nombreux registres d’analyse : synthèses empiriques, interventions programmatiques 34, analyses politiques. Les partis écologistes, farouches partisans des guerres de l’OTAN, attendent toujours leur histoire critique. Compte tenu du démembrement du programme du mouvement (recyclage, lutte anti-OGM, reforestation) réduit aux seules mesures acceptables dans les sommets mondiaux, seule une réflexion utopiste est peut-être en mesure de reconstruire la somme écologique des rapports sociaux, économiques et environnementaux. C’est dans cet esprit que Mike Davis revisite les rêves constructivistes de cités vertes 35. Sur les questions sociales, le bilan de la revue s’avère tout aussi intermittent, en particulier touchant à ce que l’on appelait jadis la « querelle des femmes ». Là encore, le virage à droite opéré dans la plupart des débats sur la question a laissé de vastes domaines de réflexion en friche. Aucun bilan réellement global n’a été consacré aux transformations historiques de la division sexuelle du travail et des statuts, pas plus que l’on n’a expliqué de façon satisfaisante le comment et le pourquoi de ces transformations. Les travaux de Hester Eisenstein et de Nancy Fraser sur les affinités électives entre la deuxième vague féministe et le capitalisme néolibéral constituent à cet égard des points de départ salutaires 36.

35Pour analyser la culture capitaliste contemporaine en tant que phénomène historique, la New Left Review s’est tout particulièrement appuyée sur le travail de Fredric Jameson, qui a permis d’ouvrir une série de champs : l’environnement bâti, le règne de l’image, les possibilités d’une rupture littéraire ou utopique, l’interprétation de travaux spécifiques. Dans la pratique culturelle elle-même, les points d’Archimède à partir desquels il reste possible de cibler le système dans son ensemble se situent le plus souvent dans ses marges : chez les réalisateurs et les documentaristes qui travaillent en dehors du circuit des studios multinationaux ou chez les écrivains qui s’adressent à un public et non à un marché. Les interprétations de Robert Schwartz – à propos de la poésie minimaliste de Chico Alvin ou de l’épopée de la néo-favela de Paulo Lins – sont des exemples remarquables d’une conscience sociale aiguë et d’une intelligence critique de haut niveau appliquées aux œuvres les plus abouties de cette forme culturelle. On s’arrêtera dans les numéros à venir sur les impasses désespérées du monde arabe vues à travers le regard désabusé de ses jeunes écrivains, et sur les puissants mouvements de contestation chinois capturés par des cinéastes indépendants du pays. La New Left Review espère publier de nouvelles explorations des mondes radicaux passés et à venir – les interconnexions transocéaniques entre avant-gardes racontées par Benedict Anderson, notamment la rencontre stupéfiante entre l’anarchisme et l’imaginaire anticolonialiste – ainsi que des relectures d’œuvres canoniques : Terry Eagleton sur Beckett, Hayden White sur Tolstoï, Andrew Plaks sur Cao Xueqin, Tony Wood sur Platonov ou encore Franco Moretti sur Ibsen.

  • 37 Lire Stuart Hall, « Life and Times of the First New Left », New Left Review, II?61, janvier-février (...)
  • 38 En français dans le texte. [ndt]

36Quand la revue a été créée, la construction d’une « nouvelle gauche » était un projet immédiat et concret 37 ; aujourd’hui, dans la deuxième décennie du xxie siècle, ce ne peut être qu’une entreprise de longue durée 38. Mais la revue doit continuer à se demander comment préfigurer la culture intellectuelle générale sur laquelle pourrait s’appuyer une véritable gauche – donc pluraliste et internationaliste. Par définition, un tel mouvement défendrait les conditions d’émergence d’une culture critique plus ouverte et plus riche, d’une pratique politique plus engagée, d’un système économique plus humain : il devrait se monter aussi obstiné que le pouvoir auquel il fait face. Aussi loin que nous en soyons aujourd’hui, c’est l’horizon que nous devons garder en tête à l’heure où la jeune génération commence à se manifester. Dans les premiers temps de sa création, la New Left Review a grandement bénéficié du brassage de générations permis par la fusion des deux journaux qui ont permis de relancer la revue en tant que projet commun. Les éditeurs du New Reasoner, nés dans les années 1920, étaient des vétérans de la guerre et avaient pour la plupart reçu leur formation politique dans le parti communiste anglais. Les jeunes écrivains et critiques réunis autour de la Universities and Left Review étaient plus proches des nouvelles tendances culturelles et de la contestation sociale. Aujourd’hui, des générations très éloignées sont amenées à se croiser – le vieillissement de la société se révélant un allié inattendu de la gauche. Hobsbawm, Hall et quelques autres partagent nos colonnes avec des auteurs qui n’étaient pas encore nés en 1960 : Malcolm Bull dans les champs de l’esthétique et de la philosophie, Dylan Riley ou Benno Teschke sur la théorie politique ; Zhang Yongle sur l’histoire de la pensée chinoise ; Tony Wood et Forrest Hylton sur la Russie et l’Amérique latine ; Cihan Tugal et Ece Temelkuran sur la Turquie ; Kasian Tejapira sur la Thaïlande, Peter Hallward sur Haïti ; Sebastian Budgen ou Alexander Zevin sur la France ; Tom Mertes et Naomi Klein sur les nouveaux mouvements sociaux ; et Sven Lütticken, Julian Stallabrass et Emilie Bickerton dans le domaine des arts visuels.

37En réalité, le contraste entre générations est plus marqué aujourd’hui qu’il ne l’était en 1960. Les éditeurs qui ont animé la revue pendant ses premières décennies de parution avaient grandi au sein d’une culture nationale et d’une sphère publique qui restaient strictement délimitées, et où les classes sociales étaient une réalité tangible ; leur implication dans le monde intellectuel avait débuté au milieu des années 1960, dans une période où l’engagement à gauche était florissant et où la victoire semblait à portée de main ; on forgeait et on débattait ses opinions dans un milieu très politisé et internationaliste. Les jeunes auteurs d’aujourd’hui ont grandi dans des environnements intellectuels et culturels beaucoup plus dépolitisés, structurés par le marché et médiatisés, pour le meilleur et pour le pire, par des formes de sociabilité électroniques. Les flambées de protestation ont été éphémères et toutes les mobilisations qu’ils ont connues – altermondialisme, changement climatique, manifestations contre l’invasion irakienne – se sont soldées par des défaites. Mais l’actuelle rareté de véritables lieux de rencontre de la gauche rend peut-être l’existence de la New Left Review d’autant plus appréciable. La pensée occidentale est de plus en plus façonnée par les structures de pouvoir et de richesse américano-centrées. Les disciplines universitaires – relations internationales, économie, droit, sciences sociales, études régionales – voient leurs contenus se transformer au gré des perspectives toujours plus étroites des besoins des dirigeants. Le marxisme tend à s’effacer devant la pensée purement académique et neutralisée qui passe malheureusement pour l’héritière de ce courant. La New Left Review se tient à l’extérieur de ce monde et définit ses propres priorités. Peut-on mener à bien un projet intellectuel de gauche en l’absence d’un mouvement politique ? Cela n’est pas certain. Mais en attendant de le savoir, nous avons largement de quoi nous occuper.

Notes

1 Lire supra l’éditorial de Perry Anderson, « Renouvellements », p. 9. [nde]

2 Alfred Marshall, Principles of Economics, cité in Eric Hobsbawm, L’Ère des empires, 1875-1914, Hachette Pluriel, 2000, p. 53. Lire aussi Charles Kindleberger et Robert Aliber, Manias, Panics and Crashes : A History of Financial Crises, Macmillan, Basingstoke, 5e édition, 2008, p. 17, 44, 118-119.

3 Mais il va de soi que la plupart des néolibéraux, qui n’ont pas son érudition historique, ont toujours rejeté ce terme pour des raisons politiques.

4 Formule employée par Paul Krugman (« Gordon Does Good », New York Times, 12 octobre 2008) pour décrire l’action de Gordon Brown visant à défendre les intérêts de la City de Londres.

5 Sur le célèbre compte rendu de Hoover à propos du « laissez-faire liquidationniste » de Mellon, lire Charles Kindleberger et Robert Aliber, Manias, Panics and Crashes, op. cit., p. 178. D’après les auteurs, en 1873, le plaisir malicieux éprouvé par les dirigeants de Washington en voyant les arrogants banquiers new-yorkais recevoir le châtiment qu’ils méritaient a joué un rôle non négligeable dans le non-interventionnisme fédéral qui a suivi la faillite des compagnies ferroviaires.

6 Troubled Assets Relief Program : un des volets du programme de soutien aux institutions financières, bancaires et industrielles américaines lancé en octobre 2008 ; ces fonds, s’élevant initialement à 700 milliards de dollars, ont en partie servi à racheter aux banques leurs actifs toxiques. [ndt]

7 FMI, Perspectives de l’économie mondiale, octobre 2009 ; Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff, Cette fois c’est différent. Huit siècles de folie financière, Pearson, 2010, p. 271-296.

8 Ces chiffres et ces pronostics sont tirés des Perspectives de l’économie mondiale publiées par le FMI (octobre 2009) et des Perspectives économiques régionales (FMI, octobre 2009) concernant l’Europe, l’hémisphère occidental, l’Afrique, l’Asie et le Moyen-Orient. Selon ces mêmes sources, les mesures d’urgence de dépenses anticycliques ont fait remonter la croissance d’une moyenne de 1,5 % du PIB dans les économies capitalistes avancées.

9 Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff, Cette fois c’est différent, op. cit., p. 255-259 ; Eric Hobsbawm, L’Âge des extrêmes. Histoire du court xxe siècle, André Versaille/Le Monde diplomatique, Bruxelles, 2008, p. 123-151.

10 Lire infra, Jan Breman, « Le mythe du filet de sécurité mondial », p. 135.

11 Paul Krugman, « How Did Economists Get it so Wrong ? », New York Times, 6 septembre 2009 ; George Akerlof et Robert Shiller, Les Esprits animaux. Comment les forces psychologiques mènent la finance et l’économie, Pearson, 2009. Voir aussi Joseph Stiglitz, « The Current Economic Crisis and Lessons for Economic Theory », Eastern Economic Journal, 2009, vol. 35-3 ; et Jeff Madrick, « They Don’t Regulate Enough and Still Don’t », New York Review of Books, 5 novembre 2009.

12 James Buchan, « Is Britain Bust ? », Prospect, août 2009.

13 Par exemple, Gillian Tett, L’Or des fous. L’histoire secrète de la JP Morgan, Le Jardin des livres, 2011.

14 Giandomenico Majone, Regulating Europe, Routledge, Londres, 1996. Pour une analyse approfondie, lire Perry Anderson, Le Nouveau Vieux Monde. Sur le destin d’un auxiliaire de l’ordre américain, Agone, 2011. La citation est d’Anderson et se trouve p. 149.

15 John Plender, « How to Tame the Animal Spirits », Financial Times, 30 septembre 2009 ; lire aussi John Kay, « Narrow Banking : The Reform of Banking Regulation », rapport au Centre for the Study of Financial Innovation, Londres, 2009 ; Niall Ferguson et Laurence Kotlikoff, « How to Take the Moral Hazard out of Banking », Financial Times, 2 décembre 2009.

16 Martin Wolf, « Victory in the Cold War Was a Start as well as an Ending », Financial Times, 11 novembre 2009.

17 Eric Hobsbawm, L’Ère des empires, op. cit., p. 51-78 ; Giovanni Arrighi, Adam Smith à Pékin. Promesses de la voie chinoise, Max Milo, 2009, p. ??? et ???.

18 Hoover lui-même considérait que la Dépression avait été causée par l’essor de la production extra-européenne – notamment au Japon et au Canada – pendant la guerre : quand l’Europe se remit à produire, les capacités « se révélèrent excessives pour les prix de 1925 ». Lire Charles Kindleberger et Robert Aliber, Manias, Panics and Crashes, op. cit., p. 120.

19 Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff, Cette fois, c’est différent, op. cit., p. 255-259 ; Hobsbawm, L’Âge des extrêmes, op. cit., p. 123-151.

20 Robert Brenner, The Economics of Global Turbulence, Verso, Londres, 2006, p. 112-113.

21 Richard Freeman, « The Challenge of the Growing Globalization of Labour Markets to Economic and Social Policy », in Eva Paus (dir.), Global Capitalism Unbound : Winners and Losers from Outshore Outsourcing, Palgrave Macmillan, New York, 2007.

22 Lire infra, Giovanni Arrighi, « Les tortueux sentiers du capital », p. 195.

23 Richard Duncan, The Dollar Crisis†: Causes, Consequences, Cures, John Wiley & Sons, Singapour, 2003, p. 10.

24 On trouvera des chiffres dans le livre d’Anton Brender et Florence Pisani, La Crise de la finance globalisée, La Découverte, 2009.

25 Ce passage s’inspire beaucoup de l’article inédit de Robert Brenner, « What’s Good for Goldman Sachs Is Good for America » (avril 2009), partiellement repris dans « L’économie mondiale et la crise américaine », infra, p. 63. Lire aussi R.†Taggart Murphy, « In the Eye of the Storm : Updating the Economics of Global Turbulence », Asia-Pacific Journal : Japan Focus, 7 décembre 2009.

26 Lire C. Fred Bergstein, « The Dollar and the Deficits : How Washington Can Prevent the Next Crisis », Foreign Affairs, novembre-décembre 2009.

27 Marcello De Cecco, « From Monopoly to Oligopoly : Lessons from the pre-1914 Experience », in Eric Helleiner et Jonathan Kirshner (dir.), The Future of the Dollar, Cornell University Press, Ithaca, 2009, p. 122.

28 Antonio Gramsci, Gramsci dans le texte (1916-1935), François Ricci (dir.), édition électronique, Chicoutimi, Québec, 2001, p. 60-67.

29 Lire infra Gopal Balakrishnan, « Spéculations sur l’état stationnaire », p. 169.

30 Lire le « symposium » consacré à la discussion du livre de Robert Brenner Economics of Global Turbulence dans le n° 54 de la New Left Review (novembre-décembre, 2008) : Nicholas Crafts, « Profits of Doom » ; Michel Aglietta, « A New Growth Regime » ; Kozo Yamamura, « More System, Please ! »

31 Pour une analyse décisive consacrée au rôle de l’État dans les vingt-trois économies de l’OCDE durant la première décennie du néolibéralisme, lire Göran Therborn, « The Prospects of Labour and the Transformation of Advanced Capitalism », NLR I-145, mai-juin 1984.

32 Perry Anderson, « Renouvellements », supra, p. 22-23.

33 Giovanni Arrighi répond par la positive dans Adam Smith à Pékin (op. cit., p. 351-378) mais revient sur sa position dans « Les tortueux sentiers du capital », infra, p. 214 sq. Pour l’analyse de Perry Anderson, lire « Two Revolutions », NLR II?61, janvier-février 2010.

34 Un exemple de synthèse empirique est fourni par l’enquête de Kenneth Pomeranz sur les ruptures d’approvisionnement d’eau en Asie, « The Great Himalayan Watershed » ; en matière d’intervention programmatique, on pourra lire le travail d’Aubrey Meyer sur les budgets carbone per capita réalisé pour le Global Commons Institute.

35 Mike Davis, « Who Will Build the Ark ? », NLR II-61, janvier-février 2010.

36 Hester Eisenstein, Feminism Seduced : How Global Elites Use Woman’s Labor and Ideas to Exploit the World, Paradigm Publishers, Boulder, 2009 ; Nancy Fraser, « Feminism, Capitalism and the Cunning of History », NLR, II?56, mars-avril 2009.

37 Lire Stuart Hall, « Life and Times of the First New Left », New Left Review, II?61, janvier-février 1961.

38 En français dans le texte. [ndt]

Pour citer cet article

Référence électronique

Susan Watkins, « Paysages instables », revue Agone, 49 | 2012, [En ligne], mis en ligne le 22 octobre 2014. URL : http://revueagone.revues.org/1097. Consulté le 18 décembre 2014. DOI : 10.4000/revueagone.1097

Auteur

Susan Watkins

Susan Watkins est rédactrice en chef de la New Left Review depuis 2003 et auteure (avec Tariq Ali) de 1968 : Marching in the Streets, Free Press, 1998.

Droits d'auteur

© Editions Agone